Aider les oiseaux à surmonter les rigueurs de l’hiver

Publié le 8 Février 2015

L’ASL du Val de Moder, et en particulier sa section Jardin nature, rappelle comme tous les ans ses conseils pour le nourrissage hivernal des oiseaux.

Beaucoup d’oiseaux ne survivent pas aux rigueurs de l’hiver. C’est pourquoi vous pouvez leur venir en aide à la mauvaise saison, en installant dans votre jardin une mangeoire ou en suspendant des boules de graisse (oiseaux acrobates). Ce sera l’occasion de les admirer et vous pourrez ainsi apprendre à les reconnaître.

Parce que le retour des chutes de neige et du froid signifie généralement disette et parfois la mort par épuisement pour les oiseaux, pensez à leur nourrissage hivernal. Il est possible de les aider à surmonter les rigueurs de cette pénible saison. Le plaisir des yeux, peut conduire à tenir table dressée pour les oiseaux que la faim rapproche des habitations.

Des graisses afin de convenir aux insectivores.

Aussi le menu proposé doit-il nécessairement comporter des graisses afin de convenir aux insectivores. Pas de lard fumé : les oiseaux friands de lard fumé, ingurgiteraient en effet trop de sel et ne pourraient pas étancher leur soif, par temps de gel. Le gras de bœuf est donc préconisé ainsi que le nombril de cochon bouilli afin de satisfaire les besoins en lipides, essentiels pour que les oiseaux puissent lutter contre le froid.

L’idéal est sans doute de combiner des graines entières ou concassées avec un corps gras. C’est ainsi que des graines de tournesol enrobées dans du saindoux sont très appréciées par les insectivores. Une boule de cette composition, suspendue dans un de ces petits filets à citrons, attire les passereaux acrobatiques tandis que les moineaux et pigeons les ignorent.

L’élément végétal n’est pas à oublier. Le restant de pommes piquées ou d’oranges peut être coupé en deux. Les oiseaux ont vite fait de décortiquer les graines, puis de creuser à petits coups de bec, pour ne plus laisser que la peau.

La boisson a aussi son importance lorsque le thermomètre est en dessous de zéro. Satisfaire les besoins en eau des volatiles demande plus de vigilance, car le gel a vite raison des écuelles d’eau.

Rouges-gorges, merles, pinsons

Un rebord de fenêtre ou un balcon consacré à un tel nourrissage attire des rouges-gorges, des merles, des pinsons, des verdiers, des bouvreuils et même des sittelles. Dans un jardin surtout s’il y a des arbustes à fruits, le spectacle ailé sera plus varié encore. Des pics bariolés et verts pourront faire honneur à votre table.

Ce rebord de fenêtre relève aussi du domaine de l’oiseau et du plaisir des yeux. Aussi ouvrez chacun votre petit « restaurant du cœur ». En échange, les amis chanteurs vous égayeront au printemps.

Et finalement, est-ce vraiment perturber les cycles vitaux que de tendre une main secourable aux oiseaux ? En tout cas, ce serait se priver d’un spectacle toujours réjouissant, celui de la ronde des oiseaux au nourrissage, que de leur refuser une poignée de miettes de pain.

Donc quelques graines, un peu de gras… Et quel beau spectacle au prochain printemps.

Des graines différentes

En général, le premier geste envers les oiseaux consiste à leur offrir les reliefs des repas ou à disperser des miettes. Ce qui attire essentiellement les moineaux. Ne mettez pas de mélange de graines dans votre distributeur, les oiseaux ayant pour habitude de trier et de jeter l’indésirable. Installez plutôt plusieurs mangeoires contenant chacune une variété différente de graines.

Extrait des DNA du 08/02/2015

Chardonneret élégant (Carduelis carduelis) Photo : JLS

Chardonneret élégant (Carduelis carduelis) Photo : JLS

Mésange bleue (Cyanistes caeruleus) Photo : JLS

Mésange bleue (Cyanistes caeruleus) Photo : JLS

Rédigé par ANAB

Publié dans #Infos à partager

Commenter cet article