Sortie nature - Sarre-Union Les haies, lieux de vie

Publié le 24 Octobre 2013

De nombreuses haies délimitent les parcelles. PHOTO DNA

De nombreuses haies délimitent les parcelles. PHOTO DNA

Les haies et leur environnement étaient le thème de la sortie guidée par Roland Gissinger de l’Anab. De Sarre-Union à Sarrewerden, longeant la Sarre, le sentier encaissé est au pied du Rebberg. Aujourd’hui, ses pentes sont recouvertes de prés et d’arbres fruitiers ; jadis, de cultures en terrasses comme en atteste le muret.

30 espèces différentes.

Ce vieux chemin encaissé est entouré de vieilles haies où on trouve aussi des arbres de la forêt comme le charme, le hêtre, le chêne. Plus les haies sont anciennes, plus elles comptent d’espèces. On peut y dénombrer jusqu’à 30 espèces différentes en Alsace Bossue où les nombreuses haies sont des réservoirs de biodiversité et un garde-manger pour de nombreux animaux à l’automne. Les noisetiers, Corylus ou casque, en raison de la forme de la cupule, étaient anciennement appelés coudriers. C’est le premier arbre à fleurir au printemps.

Depuis toujours, son bois souple a été utilisé pour faire des arcs. C’est aussi le bois des sourciers. Les haies fleurissent en deux vagues blanches au printemps, fin mars, le prunellier ; mi-avril l’aubépine monogyne qui peut vivre jusqu’à 1500 ans. Ses baies rouges (des cenelles) sont dispersées par les oiseaux. L’aubépine est la plante du cœur par excellence…

La fleur de l’aubépine entre dans la composition de plus de deux cents spécialités pharmaceutiques…

Les fleurs du lierre qui fleurit en septembre, octobre sont une des dernières sources de pollen pour les insectes. Le cornouiller sanguin dont les feuilles virent au rouge est aussi un des piliers de la haie tout comme l’érable champêtre. On connaît 10 variétés d’érables en France dont seulement 3 dans la région. Cet arbre n’est pas difficile ; il est aussi à l’aise dans les haies qu’en forêt. Ses fruits s’appellent des samares. C’est un excellent bois de chauffage.

« Bonnets d’évêque »

Le est remarquable pour ses fruits surnommés « bonnets d’évêque » en raison de leur aspect. Carbonisé en vase clos, il produit un charbon de bois très apprécié des dessinateurs. Les fruits réduits en poudre étaient utilisés autrefois pour essayer de se débarrasser des poux. Sureau noir et sureau yèble (toxique), acacia dont on fait les manches de pioche, frêne, peuplier noir, cardaire (cabaret des oiseaux), ortie royale, autres plantes de la haie vues au cours de la promenade. Qui ne connaît l’églantier et son fruit le cynorhodon ? Peut-être connaissez-vous alors le gratte-cul que vous avez utilisé pour faire des farces ou de l’humour potache ? Le cynorhodon est appelé vulgairement gratte-cul car les graines à l’intérieur du fruit charnu sont recouvertes de poils qui ingérés causent une irritation comme l’indique son nom ! Ce fruit charnu est comestible et la confiture est délicieuse. De plus il est 3 fois plus riche en vitamine C que les agrumes.

DNA par M.-C. B., publié le 24/10/2013 à 05:00

Rédigé par ANAB

Publié dans #On parle de nous

Commenter cet article