Une «chouette» soirée

Publié le 17 Avril 2015

Organisée dans toute la France par la LPO, la Nuit de la chouette a rassemblé de nombreux curieux, samedi 4 avril, à Lorentzen. Tous les deux ans , la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) et la Fédération des parcs naturels régionaux de France organisent conjointement la nuit de la chouette, un événement gratuit, rare et insolite, pour faire connaître les chouettes à un large public. Une vingtaine d’adultes et autant d’enfants se sont retrouvés samedi soir dernier à la Grange aux Paysages pour en connaître plus sur ce rapace qu’est la chouette chevêche.

Chouette chevêche (Fabrice Cahez)

Chouette chevêche (Fabrice Cahez)

Chargé de mission pour la protection de la nature au parc naturel régional des Vosges du nord, Jean-Claude Génot a d’abord décrit en détail cet oiseau également connu sous le nom de Chevêche d’Athéna. Cette espèce est de petite taille, un peu plus petite qu’un pigeon (22 cm), rond et trapu (de 170 g). Sa tête est aplatie avec un front bas ; ses yeux sont jaunes sous des sourcils blancs et froncés, ce qui lui confère un air sévère. Le crâne est piqueté de petites taches blanches. Son bec est jaune verdâtre. Elle est également l’espèce la plus diurne des chouettes.
La chouette chevêche pont en moyenne quatre œufs
La chouette chevêche est un oiseau de bocage que l’on peut rencontrer un peu partout (sauf dans les boisements denses), et en général toujours à proximité des cultures et des prairies. On la rencontre notamment dans les milieux ouverts et cultivés comme les vergers où elle niche dans les cavités des vieux arbres d’où son nom de « chouette des pommiers». La femelle pond en moyenne quatre œufs dans son nid et couve pendant 26 à 28 jours. Les poussins naissent couverts d’un duvet épais et sont nourris d’insectes et petits vertébrés. Ils sont capables de voler puis de quitter le nid entre 28 et 35 jours.
Les collisions avec les véhicules sont une des principales causes de mortalité de la chevêche. En effet, la technique de chasse de cet oiseau qui consiste à voler bas ou posée sur le sol est une source d’accident.
Une sortie sur le terrain pour entendre des cris
Armand Wernet président du GECNAL (Groupe d’Étude et de Conservation de la Nature en Lorraine) a ensuite pris la parole. Il a abordé les menaces qui pèsent sur la vie de ces discrètes créatures et les actions possibles pour aider à les protéger (installation de nichoirs, plantation d’arbres et de haies, préservation de vergers, etc.).
Pendant la présentation de la chouette aux adultes, Nathalie Robert animait un atelier pour les enfants. Ils ont disséqué une pelote de réjection, ont observé les différentes plumes des oiseaux en différenciant celles qui aident au vol et celles qui servent à se protéger du froid. Le Kamishiba, sorte de bande dessinée, a également beaucoup plu au jeune public.
Après cette séance en salle, le groupe s’est rendu sur le terrain à quelques centaines de mètres du village pour entendre le cri des chouettes. La chance a été de leur côté puisque le groupe a clairement pu entendre un échange de cris entre deux chouettes chevêches dans le verger de Lorentzen.
C’était une « chouette soirée » ont conclu les nombreux visiteurs, ravis d’avoir découvert un oiseau si rare et si précieux, qu’on ne clouera sans doute plus sur les portes des granges !
DNA-14 avril 2015
Nathalie Robert a animé l'atelier pour enfants. Photo : Roland Letscher

Nathalie Robert a animé l'atelier pour enfants. Photo : Roland Letscher

Rédigé par ANAB

Publié dans #Infos à partager

Commenter cet article

gym flooring 22/04/2015 13:25

I read the article which you shared here, looking forward for more information ...