Le biotope très riche du Kirchberg

Publié le 24 Juillet 2015

En dépit de la chaleur, la sortie naturaliste au Kirchberg avec Florian Gissinger de l’ANAB (association nature Alsace Bossue) fut passionnante et pleine d’enseignements.

Premier arrêt panorama sous le tilleul. PHOTO DNA

Premier arrêt panorama sous le tilleul. PHOTO DNA

L’originalité du Kirchberg, par rapport au reste de l’Alsace Bossue réside dans sa situation particulière sur la côte du Muschelkalk. C’est le pendant oriental des falaises de la Manche à l’autre extrémité du Bassin parisien.
Pour le guide, « ce relief préservé de l’industrialisation, de l’agriculture intensive est intéressant pour le naturaliste ». Depuis la place du tilleul, six fois centenaire, le panorama qui s’offre aux yeux des promeneurs semble avoir traversé les siècles. Les terres cultivées occupent la majeure partie du paysage. En face le massif forestier des Vosges du Nord sur des sols à base de grès. L’ensoleillement important de cette colline sèche, exposée sud-est, constitue un écosystème remarquable. Au-dessous du Kirchberg, des terres pâturées, des vestiges des vergers traditionnels et le vignoble de Berg, l’un des patrimoines d’Alsace Bossue. En contrebas de gauche à droite, le village-nid de Thal (point de vue au lieu-dit Knie) et le village-rue de Berg. Dans la vallée, des saules, quelques roselières témoignent des milieux humides.
Une abeille bien particulière
Haies et friches s’accrochent à cette rupture de pente. Le long du sentier menant à Berg, prunellier, aubépine, noisetier, troène, viorne, érable champêtre abritent une faune riche et variée : des oiseaux, la sittelle torchepot, le pic-vert, la fauvette à tête noire, le rouge-gorge et des insectes comme la zygène, beau papillon noir et rouge, le demi deuil et le tabac d’Espagne.
La Sylvaine, papillon au vol très rapide. PHOTO DNA

La Sylvaine, papillon au vol très rapide. PHOTO DNA

La flore du Kirchberg comporte des fleurs peu communes de collines sèches comme des orchidées, l’ornithogale à ombelle ou dame de onze heures et la belle gentiane ciliée bleue, plante protégée. On y trouve 15 espèces différentes d’orchidées sauvages, dont la céphalanthère à grande fleur, l’orchis militaire, l’épipactis hélléborine et l’ophrys abeille.
Ces plantes sont discrètes et très fragiles. Elles ne poussent que dans certains biotopes ou milieux bien précis comme les friches et les prairies de fauche tardive. Elles sont exclusivement sur des terrains sans engrais et non pollués car elles ont besoin d’un champignon microscopique pour la germination de leurs très petites graines
Le tristan. PHOTO DNA

Le tristan. PHOTO DNA

Premier arrêt à la source où les guêpes et abeilles viennent s’abreuver. Parmi celles qui existent au Kirchberg, on note une abeille sauvage, l’Andrena florea, qui a la particularité de butiner une seule espèce de plante, la bryone. Ensuite le groupe s’est rendu dans les sous-bois pour découvrir la richesse de la faune et de la flore autour du Kirchberg avec notamment de magnifiques papillons.
L’andrena florea butine exclusivement la bryone. PHOTO DNA

L’andrena florea butine exclusivement la bryone. PHOTO DNA

DNA-M.-C. B. 21/07/2015

Rédigé par ANAB

Publié dans #On parle de nous

Commenter cet article