Le Héron cendré

Publié le 31 Juillet 2015

Le Héron cendré  (Ardea cinerea)

Le Héron cendré (Ardea cinerea)

Nom scientifique :  Ardea cinerea Linnaeus, 1758

Ordre : Ciconiiformes

Famille : Ardéidés

Durée de vie : 25 ans.

 

De la même famille que les cigognes, les hérons cendrés ont un cou allongé, un bec puissant et pointu de couleur jaune et de longues pattes, elles aussi de couleur jaune.

Le héron cendré possède une excellente vue panoramique latérale et une très bonne vision binoculaire frontale.

Son ouïe, également très développée, le fait réagir aux moindres bruits suspects.

Les mâles et les femelles sont identiques.

Le héron cendré présente un plumage à dominante grise. Les jeunes ont une livrée plus terne : le dos est gris-brunâtre, le cou est gris et le ventre est blanc rayé noir. Ils n'ont pas de huppe et acquièrent leur plumage d'adulte à l'âge de deux ans.

Leur taille varie entre 90 et 98 cm. Leur envergure se situe entre 175 et 195 cm, et leur poids entre 600 et 1 200 g.

 

Vol : Le héron vole lentement avec le cou replié. Ce qui l'oppose aux cigognes, aux grues et aux spatules qui étendent leur cou en volant.

Cri : Le cri du héron est un fort croassement : "fraaank". Le plus souvent émit pour marquer leur territoire à l'adresse de leur congénère.

Lieux de rencontre : Partout où il y a de l'eau ; des étangs aux marais.

Indices de présence : Le héron cendré est facile à observer. Il laisse ses traces sur des terrains humides (sable, vase...). À l'occasion du vidage des étangs, on constate des traces de blessures plus ou moins cicatrisées sur de nombreux poissons. Le héron cendré est un grand échassier diurne, plutôt sédentaire et solitaire (hors saison d'accouplement).

Habitat : Le héron cendré se perche communément dans de grands arbres le long des étangs. Il fréquente tous les milieux humides et peu profonds. C'est un migrateur partiel qui ne se déplace généralement pas au-delà de 500 kilomètres ; le héron a un territoire peu étendu. Certains sujets demeurent même sédentaires.

Reproduction : Les hérons cendrés se reproduisent de février à juillet. Le héron construit un très grand nid en hauteur. Il niche en grandes colonies, appelées héronnières, au sommet des arbres, aux bords des lacs et des rivières. La femelle dépose de 3 à 5 œufs gris-bleus parfois teintés de roux. L'incubation a lieu au mois d'avril. Les œufs sont couvés alternativement par les deux parents durant environ 26 jours. Les jeunes prennent leur envol après 50 jours et quittent le territoire des parents au bout de 8 à 9 semaines.

Alimentation : Le héron pêche à l'affût. Il peut rester immobile pendant de très longs moments, debout, à guetter une opportunité. Lorsqu'une proie passe à sa portée, d'un coup de bec fulgurant, il est capable de se saisir de poissons allant jusqu'à plus de 500 grammes. Son régime alimentaire se compose également de batraciens, de reptiles, de crustacés, de petits mammifères (musaraignes, campagnols, mulots, rats), d'oiseaux et même de végétaux (bourgeons). Le héron cendré ne néglige pas non plus les insectes et les mollusques terrestres et aquatiques. Il peut digérer les arêtes mais il n'en est pas de même pour les poils de rongeurs qu'il rejette par le bec sous forme de pelotes.

Répartition : Partout en France. Dans le monde entier sauf en Amérique du nord. Il est peu présent en Amérique du Sud.

Les prédateurs : Les œufs peuvent être pillés par des fouines. Les petits dévorés par des martres ou des vautours. Adultes et en bonne santé, ils n'ont aujourd'hui plus à craindre les hommes. Ils doivent se méfier des rapaces de grande taille comme les gerfauts, les aigles ou les hiboux grands-ducs.

 

Statut juridique : L’espèce est intégralement protégée sur l’ensemble du territoire national par l'arrêté ministériel du 29 octobre 2009 (abrogation de l’arrêté ministériel modifié du 17 avril 1981). La protection de l’habitat est dorénavant prise en compte dans son article 3-II : « Sont interdites … la destruction, l’altération ou la dégradation des sites de reproduction et des aires de repos des animaux. Ces interdictions s’appliquent aux éléments physiques ou biologiques réputés nécessaires à la reproduction ou au repos de l’espèce considérée … ». Le nouvel arrêté du 29 octobre 2009 assure également la protection de son habitat.


Sources: internet par RG dont
http://www.oiseaux.net/oiseaux/heron.cendre.html

Ecoutez Ardea cinerea (ci-dessous)

chant du Héron cendré (Ardea cinerea)

Miroir, mon beau miroir... Le Héron cendré  (Ardea cinerea)  Photos : Guy Schneller (ANAB)

Miroir, mon beau miroir... Le Héron cendré (Ardea cinerea) Photos : Guy Schneller (ANAB)

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région

Commenter cet article