En plein sanctuaire pour grand hamster

Publié le 30 Août 2015

Les protecteurs de la nature sont atterrés : la société Fonroche développe un projet de géothermie profonde à Hurtigheim, au nord-ouest de Strasbourg, en pleine zone de conservation stricte du grand hamster.

En plein sanctuaire pour grand hamster
« C’est une fois de plus la preuve qu’en France, un sanctuaire n’est jamais définitif », tempête Pierre Gueth, président de l’association SOS Grand Hamster. Non seulement les zones de protection du mammifère le plus menacé de France sont notoirement insuffisantes mais les rares qui existent ne sont même pas à l’abri de projets industriels.
La société Fonroche qui développe actuellement plusieurs projets de géothermie profonde autour de l’agglomération strasbourgeoise (lire ci-dessous) envisage en effet un forage sur un terrain agricole à Hurtigheim, au cœur de l’une des trois zones de conservation stricte du grand hamster. Dans ces zones, la destruction, l’altération ou la dégradation des surfaces favorables au hamster sont interdites.
Resté longtemps méconnu, le projet s’est ébruité au fil de l’avancée administrative du dossier et notamment le passage de la demande de dérogation à la protection du grand hamster devant le conseil national de la protection de la nature. Saisi pour donner son avis sur les mesures compensatoires proposées par Fonroche en échange de l’autorisation de travaux, le CNPN a rendu un avis négatif : les aménagements hostiles à l’habitat du grand hamster « sont par principe à proscrire » a-t-il précisé en mars dernier avant de décider à l’unanimité que la compensation écologique proposée était loin de satisfaire à la protection de l’espèce.
Seul site possible ?
L’affaire aurait pu en rester là mais Fonroche a déposé une nouvelle demande de dérogation, en tenant compte des griefs du CNPN. La société propose notamment un rapport de 5 pour 1 pour la compensation (un hectare dégradé, cinq hectares de cultures favorables à l’animal), des relâchers, des clôtures de protection, etc. au point « que notre projet sera une opportunité pour le grand hamster » avance Jean-Philippe Soulé, directeur de Fonroche Géothermie. Il justifie la localisation du forage projeté par la configuration géologique et la présence d’une faille propice à l’exploitation de la chaleur souterraine.
Quelles que soient les compensations, la protection stricte du hamster ne saurait souffrir aucune dérogation, insistent les protecteurs de la nature qui relèvent que la faille géologique s’étend sur plusieurs dizaines de kilomètres et que d’autres sites sont donc possibles. « Mais peut-être pas aussi facilement exploitables qu’à Hurtigheim où le foncier est disponible », analyse Pierre Gueth.
Moitié moins de hamsters qu’en 2014
En accord avec Alsace Nature, sept associations* se sont adressées à la ministre de l’Écologie Ségolène Royal en rappelant que la France a été condamnée en juin 2011 par la Cour de Justice Européenne pour n’avoir pas su protéger le grand hamster. Actuellement mise à l’épreuve, la France risque une sanction pécuniaire très lourde.
Devant l’absence de réaction des services de l’État et la persistance de la société Fonroche, le collectif d’associations a alerté la commission européenne. La situation est d’autant plus critique que les derniers comptages de grands hamsters effectués au printemps « révèlent un effondrement dramatique des populations. Seuls 242 terriers ont été recensés, soit une régression de 50 % par rapport à 2014.
*L’APELE, le GEPMA, le CERPEA, SOS Grand Hamster, Sauvegarde Faune Sauvage, la Société alsacienne d’entomologie et la société entomologique de Mulhouse.
DNA-Simone Wehrung (21/08/2015)

Rédigé par ANAB

Publié dans #Infos à partager

Commenter cet article