La Pulicaire dysentérique

Publié le 7 Août 2015

Pulicaire dysentérique (Pulicaria dysenterica )
Pulicaire dysentérique (Pulicaria dysenterica )
Pulicaire dysentérique (Pulicaria dysenterica )

Pulicaire dysentérique (Pulicaria dysenterica )

Pulicaire dysentérique
Nom scientifique  : Pulicaria dysenterica (L.) Bernh., 1800

Famille : Asteraceae

Observation : Forêt de Hirschland (1er août 2015)

Assez reconnaissable à ses fleurs jaunes d’un bon diamètre (2 à 3cm), à ses feuilles lancéolées et ondulées qui montent sur toute la tige ainsi qu’à sa pilosité cotonneuse, la Pulicaire dysentérique est une plante des milieux humides. On la trouve ça et là au bord des lacs et étangs, dans des prés marécageux et dans les fossés. Toute la plante atteint une hauteur comprise entre 30 et 80 cm, la floraison a lieu en été et au début de l’automne.

La Pulicaire tire son nom du latin pulex qui signifie puce (on lui aurait attribué la propriété d’éloigner ces insectes). On l’a utilisée aussi en phytothérapie contre la dysenterie, comme l’indique le qualificatif dysentérique.

Son nom gascon de Sent Roc, se réfère à Saint Roch, invoqué pendant les épidémies de peste. En nommant cette plante Pulicaire, la sagesse populaire savait-elle que la peste était transmise par les puces, bien avant que ce ne soit découvert à la fin du 19e siècle ?

Son odeur est peu agréable ; sa saveur si amère et si âcre que le bétail n'en mange jamais. Elle était autrefois considérée comme médicinale, ses racines et ses sommités fleuries ont été employées comme astringentes, contre la diarrhée.

Usage interne : Combat les diarrhées (en particulier du nourrisson) comme la Salicaire, qui pousse dans les mêmes endroits : fossés, rigoles et endroits très humides. Action tonique et stimulante sur le foie.

Usage externe : serait efficace  comme  lotion anti-poux et puces tout comme la Pulicaire de Mauritanie.
Attention comme de nombreux usages traditionnels, , on manque de données scientifiques, vérifiées, même si cet usage est dans le nom..

JLS

Pulicaire dysentérique (Pulicaria dysenterica). Photos : Jean-Louis Schmitt (ANAB)
Pulicaire dysentérique (Pulicaria dysenterica). Photos : Jean-Louis Schmitt (ANAB)
Pulicaire dysentérique (Pulicaria dysenterica). Photos : Jean-Louis Schmitt (ANAB)
Pulicaire dysentérique (Pulicaria dysenterica). Photos : Jean-Louis Schmitt (ANAB)

Pulicaire dysentérique (Pulicaria dysenterica). Photos : Jean-Louis Schmitt (ANAB)

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région

Commenter cet article

paradis des puces 19/06/2017 11:27

Complétement novice en plante et botanique.... et surtout ayant un habitat transformé depuis deux semaines en paradis des puces, je voudrais en savoir plus sur cette plante.... est-elle vraiment bonne répulsive des puces ou est-ce un mythe de grand-mère?

merci

bouguil@gmail.com


guillaume

Roland 19/06/2017 14:41

Bonjour Guillaume,
j'ai vu que vous avez posté ce message sur différents sites.
Bon tri dans les réponses !!

La rédaction de notre article manquait de prudence. Comme pour de nombreux usages traditionnels de plantes, on manque de données scientifiques, vérifiées. Ici, cet usage est dans le nom...mais désolé c'est sans garantie et pour ma part je n'ai pas eu l'occasion de le tester. La lavande, la tanaisie et la menthe, en herbes seraient aussi de bons répulsifs. Elles ont en commun d'avoir une très forte et tenace odeur. Le risque d'allergie est faible sauf pour la tanaisie.
Les plantes sont bien moins toxiques que les produits chimiques; Vous pouvez toujours tester