Les pro-loup veulent attaquer la France

Publié le 25 Août 2015

Les associations pro-loup sont remontées, particulièrement contre deux arrêtés ministériels qui facilitent l’abattage de 36 loups. Elles vont porter plainte auprès de la Commission européenne.

L’arrêté ministériel pris fin juin permet le prélèvement de 36 loups au maximum d’ici au 30 juin 2016. L’année précédente, ce chiffre était de 24 individus. Photo : Jean-Louis Schmitt (ANAB)

L’arrêté ministériel pris fin juin permet le prélèvement de 36 loups au maximum d’ici au 30 juin 2016. L’année précédente, ce chiffre était de 24 individus. Photo : Jean-Louis Schmitt (ANAB)

"La France est en infraction avec la convention de Berne et la directive Habitat" : pour les associations du collectif Cap Loup qui agissent en faveur de la protection du canidé, il n’y a pas de doute. Dans un communiqué, elles affirment leur volonté de porter plainte contre la France auprès de la Commission européenne. "Nous avons déjà saisi précédemment la Commission européenne sans que cela n’aboutisse, précise Madline Reynaud, directrice de l’association pour la protection des animaux sauvages. Là, on va lancer une nouvelle plainte qui sera déposée en fin de semaine ou la semaine prochaine. Cela va prendre du temps, mais on va dénoncer les mesures prises contre le loup. C’est plus un plan de chasse organisé qu’un outil de régulation."
Dans le viseur des pro-loup, deux arrêtés ministériels datés du 30 juin. Ils permettent, pour la période 2015-2016, le prélèvement d’un maximum de 36 individus, contre 24 l’année précédente. Surtout, ils facilitent les conditions d’abattage de l’animal "strictement protégé" par la convention de Berne et la directive Habitat, deux textes signés par la France.
Pour Patrick Boffy, de l’association Férus, ce qui est également inquiétant, c’est "le nombre impressionnant d’arrêtés préfectoraux" pris en l’espace de seulement deux mois : dans la Drôme, le Var, les Alpes-de-Haute-Provence, les Alpes-Maritimes et les Hautes-Alpes. Neuf arrêtés au total permettent de tuer 31 loups.
Population en diminution
"Sur certains secteurs, les arrêtés indiquent qu’on peut prélever quatre ou cinq loups. Quand on sait qu’une meute, c’est entre quatre et sept individus, ça veut dire qu’on éradique une meute entière…", ajoute-t-il. "On a l’impression que le discours du gouvernement, actuellement, c’est “ Il faut tirer le loup ”, et non plus la cohabitation entre cette espèce protégée et l’élevage. À la base, les tirs de prélèvement, c’est pour de la régulation. Pour stopper la prédation. Or l’an dernier, on n’a jamais eu autant d’attaques de troupeaux alors que dans le même temps, on n’avait jamais tué autant de loups", poursuit Patrick Boffy.
En un an, la population de loups en France a diminué.
Selon le bulletin d’information de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage publié en juillet, on comptabilise 282 loups sur la période hivernale 2014-2015, contre plus de 300 l’année d’avant. Les textes permettent ainsi de tuer plus de 10 % de la population des loups français...
DNA-Coralie Dreyer 18/08/2015

Rédigé par ANAB

Publié dans #Infos à partager

Commenter cet article