La buse variable

Publié le 22 Octobre 2015

La buse variable (Buteo buteo)

La buse variable (Buteo buteo)

Nom scientifique : Buteo buteo (Linnaeus, 1758)

La Buse variable (Buteo buteo) est une espèce de rapace diurne de la famille des Accipitridés aux formes lourdes, au bec et aux serres faibles, d’une taille d'environ 50 à 55 cm de long, la largeur de ses ailes est de 46 à 58 cm pour une envergure de 110 à 130 cm.

 

La buse est assez facilement reconnaissable car 80 à 90 % des rapaces diurnes de nos campagnes sont des buses.

Trois façons de l’identifier :

- en vol : ses ailes sont larges, sa queue courte, en éventail et arrondie, sa tête parait forte et peu détachée du corps, son vol paraît lourd, et lorsque le vent est assez fort il peut lui arriver de chasser en vol stationnaire au-dessus des champs.

- à l’affût : sur un piquet, sa silhouette est massive le plumage strié de sa poitrine est plus clair et forme un croissant. On la voit fréquemment sur le bord des autoroutes, attendant qu’une de ses proies se fasse écraser, pour aller ensuite la chercher.

- son cri : en vol est assez caractéristique « hiéé » on peut l’entendre toute l’année… certain le compare à un miaulement (écoutez ci-dessous).

Chant de La buse variable (Buteo buteo)

Il est quasiment impossible de reconnaître la buse grâce à la couleur de son plumage, celui-ci peut varier selon les individus, certaines buses étant très foncées et d’autres très claires presque blanches.

Alimentation : La buse est carnivore, elle se nourrit des proies qu’elle guette du haut de son affût. Elle se poste sur un poteau, une haie ou un arbre (pas très haut) et scrute le sol, attentive au moindre déplacement. Campagnols et autres petits mammifères des champs représentent l’essentiel de son régime, mais parfois, elle peut ajouter à son menu, des lapereaux, des jeunes oiseaux, des batraciens et même des reptiles (surtout en période chaude, pour nourrir ses jeunes).

La buse variable (Buteo buteo)

La buse variable (Buteo buteo)

En hiver lorsque la nourriture est plus rare, elle ne dédaigne pas les charognes. Ainsi, comme la plupart des rapaces, elle joue un rôle primordial en éliminant les petits rongeurs et en nettoyant les charognes, elle limite les risques de propagation des maladies.

Une fois la proie repérée, elle la capture et la tue avec ses serres puis la déchiquette avec son bec, sur place ou bien dans son aire. Les piquets d’où guettent les buses sont facilement repérables grâces aux fientes blanchâtres qui les recouvrent et aux pelotes de réjections qui jonchent le sol.

• Les fientes, urine blanche et fèces expulsées ensemble ou non par le cloaque, constituent un bon engrais. En général au pied de ces piquets l’herbe est plus haute et plus drue.

• Les pelotes de réjections : les oiseaux comme la buse ne digèrent que partiellement leurs proies. Os, plumes, poils…. tous les résidus non assimilés par les sucs gastriques, se retrouvent dans l’estomac, ils s’agglomèrent entre eux grâce à un mucus collant pour former une petite boulette qui sera rejetée par le bec.

pelote de la buse variable (Buteo buteo)

pelote de la buse variable (Buteo buteo)

Protection : La Buse variable bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire. Il est donc interdit de la détruire, la mutiler, la capturer ou l'enlever, de la perturber intentionnellement ou de la naturaliser, ainsi que de détruire ou enlever les œufs et les nids, et de détruire, altérer ou dégrader son milieu. Qu'elle soit vivante ou morte, il est aussi interdit de la transporter, colporter, de l'utiliser, de la détenir, de la vendre ou de l'acheter.

La buse variable (Buteo buteo) Photos : Jean-Louis Schmitt (ANAB)
La buse variable (Buteo buteo) Photos : Jean-Louis Schmitt (ANAB)La buse variable (Buteo buteo) Photos : Jean-Louis Schmitt (ANAB)
La buse variable (Buteo buteo) Photos : Jean-Louis Schmitt (ANAB)

La buse variable (Buteo buteo) Photos : Jean-Louis Schmitt (ANAB)

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région

Commenter cet article