Le Cynips du rosier

Publié le 31 Octobre 2015

Le Cynips du rosier (Diplolepis rosae ) Photo : Libor Hudik

Le Cynips du rosier (Diplolepis rosae ) Photo : Libor Hudik

Nom scientifique :Diplolepis rosae (Linnaeus, 1758) 

Observation : 15 octobre à Bissert

Famille : Hyménoptères (celle de l'abeille et de la guêpe)

Dimensions : 5 mm seulement pour l'insecte volant, 1 à 5 mm pour la larve

Description : petite guêpe de couleur noirâtre et à l'abdomen effilé. La photo de l'abeille en illustration provient d’un amateur tchèque -Libor Hudik- patient et bon photographe car cet insecte est minuscule.

Habitat : jardins, haies

Cycle biologique et activité : la femelle pond au printemps ses œufs dans des plantes bien spécifiques : le rosier et l'églantier. Elle pond sur le bourgeons à l'endroit où arrive la sève. Elle avait déjà inventé le « sève drive ».

Les larves -de très petits vers blancs- se développent au sein d'une gale appelée « bédégar ». Celle-ci est constituée de filaments végétaux collants à l'air de chevelure. La présence des larves de cynips provoque une réaction de l'églantier et la croissance de ces filaments spectaculaires par un mécanisme est encore peu connu.

Une protéine secrétée par le cynips stimule la croissance de manière quasi cristalline des cellules du végétal. Pour les plus curieux, voir l'article.

 

 

 Larves de  Cynips du rosier (Diplolepis rosae ) Photo : Roland Gissinger (ANAB)
 Larves de  Cynips du rosier (Diplolepis rosae ) Photo : Roland Gissinger (ANAB)

Larves de Cynips du rosier (Diplolepis rosae ) Photo : Roland Gissinger (ANAB)

L'ensemble atteint 4 à 10 cm de large. Ces filaments n'affectent pas ou très peu la croissance des plantes. Les « fils » de la plante et les tissus qui se forment autour de ces larves deviennent durs comme du bois en fin de saison.

La larve doit encore se transformer en nymphe puis perforer ce bois au printemps pour sortir de son abri sous forme de petite abeille.

Reproduction : Il existe une particularité pour cet insecte : le femelles sont parasitées par une bactérie. Elles ne peuvent pas donner naissance à des mâles. La nature a trouvé une solution, elles se reproduisent sans mâle et donc sans fécondation ! Les mâles ne sont observés que dans un cas sur 100 ce qui doit suffire à un brassage génétique.

Prédateurs : Oiseaux, odonates pour l'abeille adulte. Il est à noter que si la larve du cynips est une gale sans grand effet parasitaire, de multiples insectes et moisissures la parasitent à leur tour. Ceci limite manifestement l'infestation des rosiers et églantiers…

Texte et photos Roland Gissinger (Anab)
Sources bibliographiques voir index biodiversité

 Larves de  Cynips du rosier (Diplolepis rosae ) Photo : Roland Gissinger (ANAB)

Larves de Cynips du rosier (Diplolepis rosae ) Photo : Roland Gissinger (ANAB)

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région

Commenter cet article

Unknow 05/01/2016 22:36

Merci pour cette article très complet et surtout très bien résumé !

Pour qu'il soit parfait il ne manquerai plus qu'une série de photo montant le développement du parasite étape par étape .

Bravo !