Hamster cobaye

Publié le 12 Novembre 2015

Le grand hamster est emblématique de notre région. À l’instar de la cigogne, ce petit mammifère est protégé et bénéficié de toute l’attention des doctorants, chercheurs et autres protecteurs de la faune rhénane...

Un tunnel spécialement conçu pour le grand hamster. Photo DNA – Marc Rollmann

Un tunnel spécialement conçu pour le grand hamster. Photo DNA – Marc Rollmann

Ainsi en Alsace, à chaque nouveau chantier, s’il est établi que des engins envisagent de creuser les sols dans lesquels se réfugie la bestiole, des solutions d’assistance sont étudiées. Avant d’attaquer un agencement autoroutier prévu de longue date, un dispositif anti- prédation fut mis en œuvre et le CNRS décida de communiquer sur le sujet.
Affaire de haute importance donc mardi dernier, puisqu’il s’agissait ni plus ni moins que de donner des nouvelles d’un hamster testeur, implanté dans un endroit nimbé d’un quasi secret défense.
Marc Rollmann fut désigné pour mener à bien cette mission et, en spécialiste des opérations délicates, se retrouva promptement dans une voiture, à destination des environs de Geispolsheim.
Sur place, entouré de grillages, fut présenté un système de doubles tunnels, véritable bouclier anti-chats errants et autre renards, prédateurs naturels du protégé.
Puis, une petite cage fut déposée au sol et l’assemblée se concentra sur la libération du hamster cobaye.
Marc ne voulait pas se laisser surprendre et avait décidé de monter un long téléobjectif sur son Nikon, puisque bien que qualifié de grand, ce rat des champs est, de fait, tout petit. À l’ouverture de la porte coulissante, seul un minuscule museau tout entouré de paille se fit voir. Même un animal d’élevage a ses pudeurs.
Concentré, Marc déclenche son obturateur rapidement pour capter au moins le tableau minimaliste.
Acclimaté, le nouveau propriétaire foncier fit sa sortie. Pour Rollmann, imposer l’acteur principal dans un cadre large semblait impossible, question d’échelle. Il s’oblige alors à des prises de vues en rafales, mettant en valeur le tuyau protecteur et le hamster furtif.
Le photographe tente même, dans l’urgence et à ras de sol, un ou deux très gros plans, vite oubliés du fait des herbes folles qui perturbent la mise au point.
Minaudant comme sur les marches à Cannes, notre starlette fait admirer sa fourrure un court moment avant de disparaître en un élégant fondu au noir. Son affaire en boîte, et en cinéphile avisé, Marc décida de ne pas tenir rigueur de cette précipitation.
DNA-C.L-S. 02/11/2015

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région

Commenter cet article