La Grande Aigrette

Publié le 27 Novembre 2015

Fiche réalisée tout spécialement pour Aurélie (qui se reconnaîtra) afin que, désormais, elle ne confonde plus la Grande Aigrette avec un héron albinos ! JLS

La Grande Aigrette  (Ardea alba) Photo : Guy Schneller (ANAB)

La Grande Aigrette (Ardea alba) Photo : Guy Schneller (ANAB)

Nom scientifique :  Ardea alba Linnaeus, 1758


La Grande Aigrette (Ardea alba) est une espèce d'oiseau échassier de la famille des Ardeidae. C'est le plus grand de tous les hérons et aigrettes présents en Europe.

Elle a failli disparaître, décimée par les chasseurs ou piégeurs qui en revendaient les longues plumes nuptiales pour décorer les chapeaux des dames de la fin du XIXe siècle au début du XXe siècle. Ce sont ensuite la destruction des zones humides, les pesticides et la destruction des mangroves qui ont rendu sa survie difficile.

Elle est maintenant protégée et reconstitue lentement ses populations.

Elle est partiellement migratrice dans l'hémisphère nord.

Espèce d'apparition récente en Alsace, la grande aigrette s'est rapidement répandue ces deux dernières décennies, au point d'en devenir commune en hiver !

Les milieux rhénans, qui ont vu l'apparition de cette nouvelle espèce hivernante, attirent toujours ce gracieux ardéidé ; mais on peut le voir en de nombreux autres endroits, à commencer par les étangs du Sundgau, ainsi qu'en bordure de nombreux cours d'eau de la plaine alsacienne de même qu'en Alsace Bossue.

L'aigrette passe la nuit en dortoirs, les plus importants pouvant rassembler plus d'une trentaine d'oiseaux en Alsace.

Description : En période nuptiale, la grande aigrette a le plumage entièrement blanc, avec de longues plumes sur le dos allant jusqu’au-delà de la queue. Le bec est jaune avec l’extrémité sombre.

Au plus fort de la saison nuptiale, le bec peut devenir jaune-orangé et les lores verts. En dehors de cette période, la grande aigrette a aussi le plumage blanc, mais sans les longues plumes du dos. Le long bec et les lores sont jaunes. Les yeux sont jaunes. Les pattes et les doigts sont noirs toute l’année.

Les deux sexes sont semblables, avec le mâle légèrement plus grand que la femelle. Le juvénile ressemble à l’adulte non nicheur, avec le bec et les pattes de couleur plus terne.

Cris et chant : La grande aigrette émet un « corr » bas et sonore. Quand elle est dérangée, elle pousse des cris rauques pour défendre son territoire, émettant un profond croassement. On peut aussi entendre quelques sons sourds au nid.

La Grande Aigrette (Ardea alba) Photo : Guy Schneller (ANAB)

Nourriture : La grande aigrette se nourrit d’insectes et de vertébrés aquatiques et terrestres. Elle utilise une patte pour agiter l’eau et faire sortir les proies, ou bien, elle marche lentement dans les eaux peu profondes, mais elle peut aussi rester sans bouger pendant de longues périodes en attendant le passage d’une proie, poisson ou insecte. Quand l’objet de sa convoitise est repéré, elle le transperce rapidement de son bec.

Sur terre, elle capture aussi des petits mammifères, tels que les souris et les campagnols.

Elle se nourrit seule ou en petits groupes. Elle ingère beaucoup de proies de taille moyenne, préférant avoir de la nourriture de qualité plutôt qu’une grande quantité de nourriture. Elle se nourrit pendant le jour, et dort la nuit dans des dortoirs communs où les oiseaux se rassemblent. Elle dérobe la plupart de sa nourriture aux autres hérons d’espèces plus petites. Elle peut aussi se battre pour de la nourriture, même à l’intérieur de son propre groupe familial.

C’est une espèce agressive dans de nombreuses situations différentes.

Statut et protection : La grande aigrette bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire.

Elle est inscrite à l'annexe I de la directive Oiseaux de l'Union européenne. Il est donc interdit de la détruire, la mutiler, la capturer ou l'enlever, de la perturber intentionnellement ou de la naturaliser, ainsi que de détruire ou enlever les œufs et les nids et de détruire, altérer ou dégrader leur milieu. Qu'elle soit vivante ou morte, il est aussi interdit de la transporter, colporter, de l'utiliser, de la détenir, de la vendre ou de l'acheter.

La Grande Aigrette  (Ardea alba)  Photo : Jean-Louis Schmitt (ANAB)

La Grande Aigrette (Ardea alba) Photo : Jean-Louis Schmitt (ANAB)

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région

Commenter cet article

aurélie 28/11/2015 07:26

Merci Jean-Louis pour ces précisions ainsi que pour la vidéo et les photos ;)
Dorénavant c'est clair pour moi !

Roland 27/11/2015 09:17

Bravo pour le texte et moi j'ai bien apprécié la photo de Guy au soleil couchant. Superbe.

Marie-Colette Becker 27/11/2015 09:14

un oeil exercé a pris la photo. Bravo Jean-Louis