Le Héron cendré

Publié le 19 Novembre 2015

Le Héron cendré
Nom scientifique : (Ardea cinerea Linnaeus, 1758

est une espèce d'oiseau de la famille des Ardeidae.

Le Héron cendré  (Ardea cinerea)

Le Héron cendré (Ardea cinerea)

Observation : Rauwiller, 14 novembre 2015

Statue pétrifiée posée au bord de l’eau, exhibitionniste se chauffant au soleil, dague redoutable lorsque passe un poisson ou magnifique volatile au vol lent et tranquille, le Héron cendré étonne toujours. Et si la brise joue dans son habit aux douces nuances ardoisées ou bleutées, soulevant les longues plumes claires de son dos ou la fine aigrette noire qui orne sa nuque, c’est l’oiseau entier qui semble se mouvoir au gré du vent. Indissociable des zones humides, le héron cendré est un personnage qui suscite un grand intérêt.

Le héron cendré a un plumage à dominance grise, un cou blanc et une poitrine tachetée de noir, une tête blanche avec des lignes noires s'étirant de l'œil à l'arrière du cou. Son bec, en forme de poignard et ses pattes sont jaunes. Lorsqu'il est jeune, son apparence est plus terne, avec les motifs de la tête moins marqués. En vol, les ailes sont très amples, le cou replié et les longues pattes pendantes.

Cris et chants : La voix du héron cendré est assez désagréable. En général, c’est un coassement dur et haut-perché « fraark », lancé en plein vol. Ce même cri peut être entendu au nid, de jour comme de nuit, auquel se rajoutent d’autres sons gutturaux « frauk-jauk-jauk-ak-ak ». (Ecoutez ci-dessous)

chant du Héron cendré (Ardea cinerea)

C’est un grand échassier solitaire. Très prudent, il est rarement observé dans les jardins, mais il peut toutefois être attiré par les mares pour pêcher des poissons ou des grenouilles. Il reviendra alors jusqu'à ce qu'il ait épuisé cette source très ponctuelle de nourriture. Timide, on le voit s'envoler précipitamment quand il est dérangé. Il faudra alors s'armer de patience pour observer sa pêche à l'aube ou le soir. Les pisciculteurs qui voient l'arrivée d'un Héron cendré d'un mauvais œil devraient prendre contact avec une organisation de protection des oiseaux…

Le Héron cendré se nourrit le plus souvent de poissons, mais il n'est pas exclusivement ichtyophage. En effet, son régime alimentaire est également composé de batraciens, de reptiles, de crustacés, de petits mammifères (musaraignes d'eau, campagnols, mulots et rats), d'oiseaux et même de végétaux (bourgeons). Il ne néglige pas non plus les insectes et les mollusques terrestres et aquatiques. Il peut digérer les arêtes mais il n'en est pas de même pour les poils de rongeurs qu'il rejette sous forme de pelotes. Ce régime alimentaire varié permet à l'espèce d'exploiter différents milieux : cours d'eau et plans d'eau, marais, zones humides, prés et même espaces verts urbains et bordures routières.

Le Héron cendré  (Ardea cinerea)

Le Héron cendré (Ardea cinerea)

Quand il chasse, le Héron cendré peut demeurer longtemps immobile, le cou dressé, en attendant le passage d'une proie. Lorsqu'elle passe à portée de son bec, il s'en saisit rapidement en projetant vers l'avant la partie supérieure de son cou.

Les hérons cendrés nichent généralement en colonie (héronnière), laquelle peut être fréquentée durant des siècles. La période de couvaison débute tôt souvent avant que les premières feuilles n'apparaissent sur les arbres.

Le Héron cendré  (Ardea cinerea) Photos : Jean-Louis Schmitt (ANAB)

Le Héron cendré (Ardea cinerea) Photos : Jean-Louis Schmitt (ANAB)

Statut juridique : L’espèce est intégralement protégée sur l’ensemble du territoire national par l'arrêté ministériel du 29 octobre 2009 (abrogation de l’arrêté ministériel modifié du 17 avril 1981).

La protection de l’habitat est dorénavant prise en compte dans son article 3-II : « Sont interdites … la destruction, l’altération ou la dégradation des sites de reproduction et des aires de repos des animaux. Ces interdictions s’appliquent aux éléments physiques ou biologiques réputés nécessaires à la reproduction ou au repos de l’espèce considérée … ».

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région

Commenter cet article

Marie-Colette Becker 19/11/2015 08:12

Bien documenté et bien écrit, de plus illustré par de belles photos !