Odonat s’offre un livre rouge pour ses 20 ans

Publié le 7 Novembre 2015

Après une première édition en 2003, l'Office des DOnnées NATuralistes d'Alsace a réactualisé son livre rouge de la nature menacée en Alsace. Il a été présenté le 6 novembre à l'ENA à Strasbourg à l'occasion des 20 ans d’ODONAT.

Yves Muller, président d’Odonat, heureux de présenter le fruit de 19 structures et 120 experts pendant quatre ans. Photo : DNA

Yves Muller, président d’Odonat, heureux de présenter le fruit de 19 structures et 120 experts pendant quatre ans. Photo : DNA

L’enthousiasme de tous ces naturalistes qu’ils soient passionnés de grands prédateurs, de botanique, de mollusques bivalves, de serpents, de mousse ou de champignons ne laisse pas d’étonner.
Ils sillonnent le territoire, observent, inventorient, notent et surtout partagent leurs données avec un appétit de connaissance qui paraît insatiable . Toutes ces données sur la faune, la flore et la fonge, coordonnées par Odonat ont été hiérarchisées en fonction des risques de disparition et compilées dans la deuxième édition du livre rouge des espèces menacées en Alsace, « inventaire le plus complet à ce jour sur la biodiversité de la région ».
Si Yves Muller, président d’Odonat a eu le privilège de présenter l'ouvrage, une quinzaine de naturalistes se sont succédé hier dans l'auditorium de l’ENA à Strasbourg pour évoquer brièvement l’état de conservation des différents groupes d’espèces naturelles.
« 100 % des écrevisses alsaciennes, soit trois espèces natives, sont menacées » par les pollutions, les maladies, les écrevisses invasives, résume Marc Collas de l'ONEMA (Office national de l'eau et des milieux aquatiques).
« 10 % des 4 000 champignons d’Alsace sont sur la liste rouge, mais aucune espèce n’est protégée », se plaint le mycologue Patrick Laurent.
« Le courlis cendré est en danger critique et toutes les mesures agroenvironnementales prises pour le protéger ont montré leurs limites » regrette Jean-Marc Bronner de la LPO.
Unique en France, « l’ail odorant n’est plus présent que sur une seule station en Alsace » déplore Julie Nguefack du Conservatoire botanique d’Alsace.
Au total, sur les 8 500 espèces évaluées, 1 302, soit 17 %, sont menacées. Cette proportion est même de 23 % si l'on ne comptabilise pas les espèces déjà éteintes ou sur lesquelles les observations sont insuffisantes.
40 % des oiseaux sont en danger, 29 % des plantes vasculaires, 22 % des amphibiens, 16,6 % des mammifères…
La comparaison avec la première édition des listes rouges n’est pas aisée dans la mesure où la nouvelle version a été établie sur les critères de l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) garantissant la validité des indicateurs de référence.
Mais force est de constater qu’en une dizaine d’années, la biodiversité alsacienne accuse de nouvelles pertes (busard cendré, mercure, hespérie des cirses…)
À l’inverse, le retour du loup ou de la cigogne noire sont des signes d’espoir mais prouvent également que la reconquête n’est possible qu’à condition de préserver ou renaturer les milieux.
L’ouvrage est disponible auprès d'Odonat, 8, rue Adèle Riton à Strasbourg, 
au prix de 30 €

 

DNA-Simone Wehrung 07/11/2015


Lire également ici.

Rédigé par ANAB

Publié dans #Infos à partager

Commenter cet article