L'Étourneau sansonnet

Publié le 3 Décembre 2015

L'Étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris) est une espèce de passereaux de la famille des sturnidés, originaire de la plus grande partie de l'Eurasie, mais qui a été introduit en Afrique du Sud, en Amérique du Nord, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

C'est l'une des quelques espèces qui semble bien s'adapter au contexte urbain. Ses populations urbaines et périurbaines se sont récemment densifiées, au point de le faire considérer localement comme espèce envahissante.

L'Étourneau sansonnet  (Sturnus vulgaris )

L'Étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris )

Nom scientifique : Sturnus vulgaris Linnaeus, 1758


L’étourneau sansonnet en plumage nuptial a des plumes noires irisées. On peut voir des plumes brillantes violettes et vertes sur tout son corps. Il ressemble à un merle noir, mais il a une queue courte et carrée, et des ailes pointues et triangulaires. Les ailes et la queue sont noires. Le bec est jaune avec la base gris-bleu chez le mâle, et rosâtre chez la femelle.

En plumage d’automne (photos), les plumes sont ourlées de blanc et de chamois, donnant à l’oiseau un plumage tacheté. Le bec devient gris foncé ou noir. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont brun-roux.

Chant : Très en voix à certaines périodes de l'année. Les mâles chantent n'importe quand, sauf pendant leur mue d'été. Leur chant varie des sifflets mélodieux, des cris rauques jusqu'aux imitations réussies de sons tels que les cris et chants d'autres oiseaux, les téléphones, les carillons de porte et les klaxons.

Cet imitateur hors pair adore plagier le Loriot, comme s'il prenait un malin plaisir à faire croire à la présence de l'oiseau jaune dans les branchages nus de mars...

chant de L'Étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris )

chant de L'Étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris )

Régime alimentaire : C'est une espèce omnivore. Les étourneaux peuvent être présents en bandes nombreuses dans les endroits où la nourriture est abondante (décharges, poubelles, mangeoire à bétail, vergers et mangeoire de jardin).

La nourriture naturelle comprend des pommes, des cerises, des chenilles, des larves de tipules, des fourmis volantes. Les oiseaux côtiers se nourrissent de mollusques et de crustacés.

Migrations : L’Etourneau sansonnet est un migrateur partiel (sédentaire à l’Ouest, migrateur à l’Est). Il est présent en France toute l’année. En hiver, des Etourneaux provenant de l’Europe du Nord (Russie, Pologne, Allemagne, Finlande) rejoignent nos oiseaux locaux et forment de grandes troupes.

Cet oiseau sociable se rassemble en dortoirs hivernaux sur de grands arbres, souvent en ville, pouvant dépasser le million d’individus.

L'Etourneau sansonnet a si mauvaise presse que l'élégance de l'oiseau, aux reflets métalliques tantôt émeraude, tantôt mauve parsemé de chevrons de bronze, ébahit le novice. Les traditionnelles nuées évoluant telles des bancs de poissons au-dessus des vignobles en automne constituent un spectacle fascinant, même pour les esprits chagrins réticents au partage des vendanges. Ce squatteur sans-gêne de cavités d'arbres, au détriment des pics qui les ont forées et d'autres oiseaux cavernicoles, mérite pourtant un peu d'indulgence pour ses bienfaits, comme l'élimination des diptères qui tourmentent le bétail.

 L'Étourneau sansonnet  (Sturnus vulgaris )

L'Étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris )

Le saviez-vous ?

- Les Etourneaux chantent en hiver, ce que peu d’autres espèces font.

- La patte d’un Etourneau passe au rouge en été. 

- A certaines périodes de l’année, vous pouvez déterminer le sexe des oiseaux à partir de la couleur de la base du bec, bleu pour les mâles et rose pour les femelles. 

- Les étourneaux peuvent se nourrir à des kilomètres de leurs dortoirs en hiver. 

- Ils se réunissent en grandes bandes, qui augmentent de taille en hiver. On peut même les détecter au radar, elles peuvent compter des milliers d’oiseaux. 

- Il n’est pas rare que des femelles pondent leurs œufs dans un autre nid d’étourneau. 

- Le record de longévité est de 21 ans.

- L’œil de l’étourneau bouge en avant pendant qu’il se nourrit pour lui permettre de voir ce qu’il mange. 

- Les taches du plumage de chaque étourneau sont variables. Elles sont blanches, crème et s’estompent quand l’hiver avance. Elles peuvent signaler le statut d’un individu dans un groupe, et servir à établir une hiérarchie de nourrissage sans avoir besoin de combats. Les jeunes étourneaux ont davantage de taches que les adultes, et les femelles en ont plus que les mâles. 

- Les mâles ont aussi une gorge plus longue et pointue que les femelles. Ces attributs servent à impressionner les autres mâles, mais aussi les femelles.

La diminution des effectifs constatée sur cette espèce est en contraste avec ce qui est observé au Royaume-Uni (-70% en 25 ans) et tout particulièrement en Angleterre (-24% entre 1994 et 2002). Sur le long terme, l’Etourneau est en déclin, mis en évidence malgré les fluctuations parfois importantes entre les années. L’espèce est en déclin modéré en Europe, mais est stable sur la période récente.

En France, la tendance sur les 10 dernières années est à la diminution. L’espèce est, malgré ces données, toujours classée « nuisible » en Alsace !

L'Étourneau sansonnet  (Sturnus vulgaris )  Photos : Jean-Louis Schmitt (ANAB)

L'Étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris ) Photos : Jean-Louis Schmitt (ANAB)

L'Étourneau sansonnet

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région

Commenter cet article