La Sittelle torchepot

Publié le 19 Décembre 2015

La Sittelle torchepot  (Sitta europaea )

La Sittelle torchepot (Sitta europaea )

La Sittelle torchepot
Nom scientifique : Sitta europaea Linnaeus, 1758
est une espèce d'oiseaux de la famille des Sittidae. C'est une sittelle de taille moyenne, mesurant 14 cm de longueur. Comme les autres sittelles, c'est un oiseau trapu à la queue courte et au long bec. Les parties supérieures sont bleu-gris, les parties inférieures de couleurs très variables selon la géographie, et peuvent être blanc pur ou roux jaunâtre, avec ou sans zone pâle sur la joue. L'oiseau a également un trait oculaire noir, et présente un certain dimorphisme sexuel, le mâle ayant des couleurs plus prononcées que la femelle.

C'est un oiseau bruyant, au répertoire varié, émettant divers types de chants, en vuih, vuih, vuih, vuih… et, en cas d'excitation ou d'alerte, de longues séries de cris sonores en tuit répétés rapidement (écoutez ci-dessous).

chant de La Sittelle torchepot (Sitta europaea )

chant de La Sittelle torchepot (Sitta europaea )

Habitat : La sittelle torchepot affectionne les bois de haute futaie, feuillus, mixtes et résineux. Mais on la rencontre aussi en abondance dans les parcs et les grands jardins.

Comportements : La sittelle torchepot est capable de parcourir les troncs d'arbres et les branches dans un sens ou dans l'autre, même avec la tête en bas. Elle bouge obliquement, se suspendant grâce à la patte supérieure, et se propulsant avec l'autre. Elle n'utilise pas la queue comme les pics, mais ses longues griffes. Pour se nourrir d'un gland ou d'une noisette, elle l'emporte sur une branche où elle la cale dans une crevasse de l'écorce, et elle la taillade pour l'ouvrir avec de vigoureux et bruyants coups de bec.

Elle fréquente aussi les mangeoires où elle se montre très agressive, chassant les autres oiseaux. Elle est très active et agile. Elle sautille rapidement sur le sol.

Régime : La sittelle torchepot se nourrit d'insectes et d'araignées qu'elle trouve dans l'écorce des arbres. En hiver, elle se nourrit aussi de graines.

Pour se nourrir, elle se rapproche volontiers des habitations et fréquente régulièrement les lieux de nourrissage. Ses préférences vont surtout aux graines de tournesol : elle les prend une à une dans son bec, s'envole sur une branche, cale la graine sur un tronc, la décortique et avale le noyau, puis s'en va en chercher une autre.

À l'instar des mésanges noires et nonnette, elle est connue pour faire des réserves de nourriture dans des crevasses, notamment des noisettes, qu'elle mangera en période de disette.

Dans son long bec, elle peut emmagasiner deux ou trois graines de tournesol. Elle s'envole alors en direction d'un arbre pour dissimuler son butin dans les crevasses du tronc. Elle camoufle ses caches de graines avec des morceaux d'écorce, de lichen ou de mousse. Comme la sittelle est très fidèle à son territoire, elle retrouve toujours ses cachettes aux cours de ses pérégrinations. Elle coince les noisettes dans des crevasses et assène de puissants coups de bec jusqu'à ce que la coque se fende en deux. Ces martèlements sont si forts qu'on croirait entendre un pic.

Répartition : La Sittelle torchepot est sédentaire et largement répandue dans la majeure partie de l’Europe tempérée et de l’Asie.

Reproduction : La saison de reproduction a lieu en avril-mai. La Sittelle torchepot nidifie dans des cavités. Elle est monogame et territoriale. Elle ne creuse pas la cavité mais occupe des loges abandonnées par des pics ou d’autres cavités naturelles dans les arbres. Si l’entrée est trop grande, l’oiseau la réduit avec de la boue (d’où son second nom « Torchepot ») et peut aussi en tapisser l’intérieur pour protéger le nid du mauvais temps.

La femelle dépose de 5 et 9 œufs blancs légèrement marqués de roux. Elle incube pendant 13 à 18 jours et ensuite, elle couve les poussins. Les jeunes sont nourris par les deux parents et la période au nid dure environ 19 à 29 jours. Les jeunes deviennent indépendants une ou deux semaines plus tard. Cette espèce produit une seule couvée par saison, exceptionnellement deux.

Statut : La Sittelle torchepot est un oiseau commun et largement répandu, mais elle a besoin de grands arbres. La fragmentation des forêts cause des déclins locaux...

La Sittelle torchepot  (Sitta europaea )Photos : Jean-Louis Schmitt (ANAB)
La Sittelle torchepot  (Sitta europaea )Photos : Jean-Louis Schmitt (ANAB)La Sittelle torchepot  (Sitta europaea )Photos : Jean-Louis Schmitt (ANAB)

La Sittelle torchepot (Sitta europaea )Photos : Jean-Louis Schmitt (ANAB)

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région

Commenter cet article

Dominique 19/12/2015 08:12

Merci Jean Louis
Magnifique tes photos comme toujours