Permis de polluer

Publié le 4 Mars 2016

DNA-L’éditorial de Pascal Coquis

DNA-L’éditorial de Pascal Coquis

L’encre de la COP 21 et la petite larme de Laurent Fabius ne sont pas encore sèches que le gouvernement s’est déjà essuyé les pieds sur l’esprit de la conférence de Paris. Celle qui devait, on s’en souvient, changer notre vision du monde et notre rapport à la planète.
Histoire sans doute de fêter joyeusement le retour des ministres écologistes au sein de l’équipe de Manuel Valls, l’exécutif a ainsi déposé hier matin un amendement au projet de loi sur la biodiversité qui exonérerait les industriels en cas de préjudice écologique causé. En clair, si cet amendement était adopté, il reviendrait désormais à l’État, et donc au contribuable, de réparer les dégâts et d’indemniser les victimes après une catastrophe environnementale. L’entreprise fautive serait quant à elle exemptée de tout dédommagement pour peu qu’elle bénéficie d’une autorisation administrative justifiant son activité. Avec ce texte, Total n’aurait jamais été condamné après le naufrage de l’Erika.
C’est Libération qui a soulevé le (gros) lièvre sur son site internet ce mardi, à quelques heures de l’examen de la motion à l’Assemblée nationale.
Sous couvert d’un légalisme implacable et d’un symbole réconfortant (l’inscription dans le Code civil), cet amendement n’est en fait rien d’autre qu’un blanc-seing accordé aux grosses multinationales et aux entreprises les moins scrupuleuses. Un permis de polluer validé et garantit par l’État.
Le message est bien évidemment terrible d’un strict point de vue environnemental et même politique, mais sur ce dernier point le gouvernement n’est plus à ça près c’est vrai. Il dit surtout la puissance des lobbies industriels qui font pression depuis des années sur les pouvoirs publics pour faire passer sournoisement ce genre de mesure dévastatrice. Dont les effets ne sont visibles qu’avec le temps.
Une fois qu’il est trop tard.

DNA-02/03/2016

Rédigé par ANAB

Publié dans #Infos à partager

Commenter cet article

Jpl 04/03/2016 23:00

Notre problème majeur devient notre représentation, nos "élus " sont indirectement mis au pouvoir par justement ceux pour qui ils font ces lois. Ils tirent les ficelles en coulisses en échange d'une carrière...comment changer cela puisque ils sortent de la même école.

D.S. 04/03/2016 11:40

Je vais me répéter :

- Les salauds salopent : c'est dans leur ADN ...
- Les capitalistes capitalisent : c'est leur fonds de commerce ...
- Les pollueurs polluent : c'est logique ...
- Quand nos élus nous trahissent de la sorte ce n'est ni normal, ni logique, ni acceptable ...

A quand une juridiction qui les poursuivra jusqu'en enfer pour leurs manquements, leurs trahisons, pour les crimes contre l'humanité que cautionnent leurs lois scélérates ?

Roland Gissinger 04/03/2016 05:44

Difficile de dire combien ce projet d'amendement relatif à la loi sur la biodiversité, véritable permis de polluer, nous a choqués à l'ANAB.
Même le journal, les DNA, pourtant en général assez consensuel et proche des politiques, est scandalisé ! Pourtant le quotidien en question n'a jamais été classé comme écologiste ou grand protecteur de la nature…
Pascal Coquis (ci-dessus) le dit bien mieux que moi (édito de ce mercredi).

Bien cordialement, Roland Gissinger

Jean-Louis 04/03/2016 05:57

Concrètement donc, avec cet amendement ignominieux, en cas de catastrophe écologique, l’industriel n’aurait rien à payer pour réparer les dégâts ! Autant dire que ce gouvernement (prétendument de gauche et socialiste je le rappelle) délivre un authentique « permis de polluer » dont certains ne vont pas se priver d’user et même d’abuser allègrement !

Autre scandale non moins inquiétant révélé ce 1er mars : la proposition de renouvellement par la commission européenne du glyphosate (élément chimique pourtant soupçonné d’être cancérogène) pour une durée de 15 ans !!!

Réagissez : signez la pétition en ligne (www.petition-glyphosate.foodwatch.fr ) et partagez le plus largement possible !