Les premiers lynx bientôt lâchés dans le Palatinat

Publié le 8 Juillet 2016

Article paru sur le site du Parc Naturel Régional des Vosges du Nord

Les premiers lynx bientôt lâchés dans le Palatinat
Ces lynx orphelins se trouvent actuellement en Slovaquie, dans un enclos de quarantaine. Les trois lynx ont été capturés dans les Carpates slovaques alors qu'ils étaient encore jeunes. Il s'agit d'un mâle et de deux femelles. Ils seront bien relâchés cet été dans la Forêt du Palatinat.
D'ici 2020, 20 lynx doivent être relâchés dans la Réserve de Biosphère du Pfälzerwald, dans le cadre du projet de la Fondation Nature et Environnement et avec la coopération des partenaires du projet, tels que des associations de protection de la Nature et la Fédération des Chasseurs de Rhénanie-Palatinat.
Les lynx orphelins ont les mêmes chances de survivre dans la nature que des individus sauvages et adultes. La recherche d'un territoire approprié est en règle générale une étape difficile et éprouvante pour les jeunes lynx. Sur les trois lynx orphelins de Slovaquie, deux sont déjà en âge de se reproduire, ce qui pourrait être un avantage. De plus dans la Forêt du Palatinat, ces trois animaux pourront s'approprier un territoire sans avoir à s'immiscer entre des territoires déjà occupés par des lynx.
Dans le même temps, dans le Jura Suisse, trois femelles et deux mâles ont été équipés de colliers GPS, de manière à ce qu'ils puissent rapidement être capturés pour le projet de réintroduction, ceci dès qu'un enclos de quarantaine approprié sera disponible en Suisse. "De cette manière, le « sexe-ration » sera particulièrement favorable pour ce début de la réintroduction" explique Jochen Krebühl, de la Fondation Nature et Environnement de Rhénanie-Palatinat. Après leur lâcher, les lynx seront observés grâce à leurs colliers émetteurs ; leurs déplacements et leur comportement pourront donc être suivis.
De plus amples informations sur le projet Life de la Fondation Nature et Environnement de Rhénanie-Palatinat sont sur le site : http://www.luchs-rlp.de.

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région

Commenter cet article

Denis S. 08/07/2016 19:24

De la part de feu l'ours de Pyrénées, des loups, des renards, des blaireaux et des mouflons il ne faudra pas oublier de leur dire qu'il ne faut surtout pas venir en France, pays où dans moins de 6 mois on réclamera leur peau.
Bon courage quand-même !

Marie-Colette BECKER 08/07/2016 18:41

Ils auraient aussi pu signer l'article de mon nom vu qu'ils ont repris intégralement ce que j'ai écrit dans les DNA (région) en changeant quelques mots !

Guy 08/07/2016 06:55

Ca va énerver les chasseurs et nos politiques et préfets vont les autoriser à leur tirer dessus.....