Trouver les mots justes pour parler écologie

Publié le 30 Août 2016

Article paru sur Dev durable le 13 juillet 2016 | Laurent Radisson

article où est citée une intervention de l'ancien Président d' Alsace Nature, Maurice Wintz

Le choix de mots est loin d'être innocent pour accompagner la société dans une véritable transition écologique. Sociologues et communicants ont débattu de la question lors des premières universités d'été de France Nature Environnement.

"Changer de mots pour changer le monde ?". Tel était le thème de l'un des ateliers de la première université d'été de France Nature Environnement (FNE) qui s'est tenue les 8 et 9 juillet 2016 dans l'Essonne. L'occasion de confronter le point de vue militant d'un adhérent d'une association de protection de l'environnement, sociologue de métier, et celui d'une spécialiste de la communication au regard plus institutionnel.

Trouver les mots justes pour parler écologie
Site internet de FNE

Site internet de FNE

Il y a une guerre des mots"

"De la même manière qu'il y a des luttes dans la société, il y a aussi une guerre des mots, des mots chargés de valeur", analyse Maurice Wintz, sociologue et vice-président d'Alsace Nature, association affiliée à FNE.

Le maître de conférence prend l'exemple du mot "nature" très présent dans les années 70 et qui a aujourd'hui fait place à celui de "biodiversité". L'intitulé de la loi du 10 juillet 1976 relative "à la protection de la nature" et celui de la loi de "reconquête de la biodiversité", qui doit être adoptée cet été, en sont une bonne illustration. "Il s'agit d'autre chose qu'un simple changement de mot", alerte M. Wintz, qui décèle un changement de représentation de ce qu'est la nature, couplé à un changement de pratique sociale.

Contrairement à la notion de "nature", celle de "biodiversité" ne revêt pas de dimension émotionnelle, explique le chercheur en sciences sociales. Il s'agit d'une notion à prétention scientifique, reprise par les ingénieurs, et qui "ouvre la porte à de la maîtrise : mesurer, monétariser, transformer", explique-t-il. "L'utiliser avalise cette approcheNous légitimons une pratique contre laquelle nous nous battons", alerte le militant.

La question environnementale a été dépolitisée pour en faire une question de consommation, déplore de manière plus large Maurice Wintz, qui estime donc nécessaire un travail de repolitisation mené par les citoyens. Une illustration selon le chercheur ? La notion de "développement durable" a été créée pour contrer le discours critique sur la croissance, affirme-t-il en s'appuyant sur les travaux du philosophe Dominique Bourg. Cette notion, explique-t-il, permet de ne pas remettre en cause le modèle dominant, le néo-libéralisme, qui a transformé les individus en consommateurs atomisés.

"L'incantation ne marche pas"

"Oui, il faut utiliser les bons mots, mais attention à la traduction opérationnelle des choses", réagit Valérie Martin, chef du service Communication et information des publics de l'Ademe. Les gens sont abreuvés par le modèle de la société de consommation, admet-elle, mais l'incantation ne marche pas. "Il est nécessaire de coconstruire le modèle de demain qui passe par un mouvement d'écoute de l'autre", ajoute la communicante, estimant que l'on est trop souvent dans le jugement, même de façon involontaire.

En d'autres termes, la communication jusque là trop moralisatrice a conforté les engagés mais n'a pas touché le gros de la population, déplore la représentante de l'Ademe. Une fracture sociale, mise en lumière en 2015 par une étude Ethicity, qui sépare les "engagés", d'un côté, les "rétractés", de l'autre, qui ont tendance à se placer dans une situation de retrait ou d'échec.

La mobilisation du "ventre mou" de la population passe par la nécessité de rendre le futur désirable, analyse également Mme Martin. "Il y a une catastrophisation du futur qui refroidit", affirme la représentante de l'Ademe qui déplore le vocabulaire apocalyptique trop souvent utilisé, même s'il peut être justifié pour certains événements graves (Bhopal, AZF, tsunamis…). Une nécessité d'équité transparaît également. "Les Français sont lucides sur la situation actuelle, estime-t-elle, mais ils n'acceptent d'agir que si les efforts sont partagés équitablement entre chacun des acteurs".

"Nommer l'alternative au modèle libéral"

"Aujourd'hui, les choses se passent au niveau des territoires", relève aussi Mme Martin, qui précise que la communication n'est pas le seul moyen pour passer à l'acte. Et de citer comme exemple le défi "Famille à énergie positive" lancé par l'ONG Proriterre, qui a permis de mobiliser des familles au-delà du cercle habituel des "engagés". "Le passage à l'acte dépend du bouche à oreille transmis par sa communauté", analyse la représentante de l'Ademe.

"Il y a beaucoup d'expérimentations dans les villes, confirme Maurice Wintz, mais elles restent cachées compte tenu du modèle dominant". La solution pour en faire quelque chose de majoritaire, selon le sociologue ? Nommer l'alternative au modèle libéral afin d'agglomérer les forces de ceux qui prônent un modèle solidaire mais qui vivent chacun dans leur monde.

Rédigé par ANAB

Publié dans #Opinions

Commenter cet article