Le Coprin chevelu

Publié le 22 Octobre 2016

Nom scientifique :  Coprinus comatus (O.F. Müller : Fr.)

 Date de l’observation:  20 octobre à Thal Drulingen
Famille de champignons : les Psathyrellaceae, ordre des  Agaricales , celui du Rosé des prés


Le Coprin chevelu  (Coprinus comatus)

Le Coprin chevelu (Coprinus comatus)

Hauteur: 5 à 14 cm  et 2.5 à 4.5 cm   de large par son chapeau
Description:  pousse  souvent en touffes, plusieurs pieds groupés
Son  chapeau est lisse et blanc quand il est jeune. Par la suite, il devient ocre ou jaune et parsemé de petites mèches.
Elles  se détachent en partie. Les mycologues disent que la cuticule ou l’enveloppe externe  est méchuleuse (du mot mèche).
Il a une  forme  typique d’œuf allongé ou de cloche quand il vieillit.
Lamelles : présence.
Les lamelles sont blanches, libres. Elles changent de couleur  après maturité, devenant brunes puis très noires. Le bas du pied est renflé et porte un anneau mobile, souvent masqué.
Pied : glabre
Odeur : la chair n’a pas d’odeur mais une agréable saveur à l’état jeune.
Sporée : noire

Habitat:  sols très riches ou  fumés des jardins et des chemins, bois en décomposition et plus particulièrement de cheval ou de chiens, d’où sa présence fréquente dans les parcs.

Espèce intéressante, remarquable  à noter sur vos calepins de naturaliste,
car déterminante Znieff en Lorraine et le Nord-Pas de Calais.


Origine du nom :  vient du mot grec « copros »,  le fumier et  du latin,  « 
coma +atus»,  avec des cheveux .



Le Coprin chevelu  (Coprinus comatus)
Le Coprin chevelu  (Coprinus comatus)

Le Coprin chevelu (Coprinus comatus)

Consommation:
considéré comme un excellent comestible quand il est très frais mais s’abstenir quand  il est plus  âgé ou noir.


La consommation du coprin chevelu  avec de l’alcool n’est pas toxique contrairement à celle de son cousin le coprin noir d’encre.


dont je rappelle les méfaits ci-dessous :
- très toxique si  consommé avec de l’alcool peut provoquer des troubles sévères en fonction de la quantité d’alcool ingéré
C’est la présence de coprine, composé dénommé cyclopropylglutamine, cela fait plus savant   qui bloque une enzyme, l’acetaldéhyde dehydrogénase. Le blocage de l’acétaldéhyde provoque des troubles cardiaques.


Pour vous décourager de toute dégustation simultanée de coprin noir et d’alcool, voici l’extrait de la fiche 8, intoxication aux coprins de l’ARS de Normandie.
 

Signes cliniques : vasodilatation périphérique :érythrose cutanée du visage et de la partie supérieure du thorax, bouffées de chaleur avec sensation de malaise. Autres signes :céphalées, sueurs, tachycardie sinusale, fluctuations tensionnelles, goût métallique dans la bouche, paresthésie des mains et des pieds. Ces symptômes régressent en 2 à 4 heures. Retentissement cardiovasculaire (exceptionnel) :troubles du rythme, précordialgies, collapsus.
Ces malaises peuvent reprendre  pendant 10 jours pour toute nouvelle prise d’alcool.


Merci beaucoup à Gilles et Michaël de leurs corrections et remarques pour cet article.


 

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région, #champignons

Commenter cet article

Roland 16/11/2016 09:24

Bonjour Michaël,

merci beaucoup de ta correction et de tes remarques.
Je ne suis pas mycologue mais seulement vaguement mycophage.
Mon erreur n'a pas échappé à ta perspicacité et je t'en remercie vivement.

J'ai rectifié mon article et j'espère que ce n'est pas trop faux à présent.
J'ai laissé la partie effet antabuse pour attirer l'attention de chercheurs de champignons pas trop doués, comme moi.
Cela permettra aussi d'y revenir si on reparle du coprin noir d'encre!

A une prochaine.

Michael 15/11/2016 17:59

Bonjour Roland,
J'adore ton blog .cependant si je me permettre il me semble que les photos de ces champignons ne sont pas des coprins noir d'encre , mais il s'agit vraisemblablement de l'excellent coprin chevelu (coprinus comatus).
Il a si je ne m'abuse , pas d'effet antabuse contrairement à son cousin. N'étant pas un grand specialiste, il serait bon de demander à Gilles.
@ Bientot