Conservatoire botanique d'Alsace, missions et finances

Publié le 16 Décembre 2016

Comme beaucoup d’organismes, le conservatoire botanique d’Alsace a été chamboulé par la réforme territoriale. Depuis décembre dernier, la présidente sortante n’étant plus conseillère régionale, le groupement d’intérêt public était en attente de connaître le nouvel élu représentant la Région Alsace - Champagne Ardenne - Lorraine au conseil d’administration, afin de pouvoir organiser de nouvelles élections pour la présidence.

Mardi soir lors de l’assemblée générale du conservatoire botanique d’Alsace, Bernard Gerber, conseiller régional et vice-président de la commission environnement de la Région, a été élu à l’unanimité à ce poste. Il sera épaulé pour les trois années à venir par deux vice-présidents, Christel Kohler, adjointe au maire de Strasbourg et Michel Habig, vice-président du conseil départemental du Haut-Rhin.

Pour une approche concertée des missions

Dès sa première séance, le nouveau président a dû défendre le CBA. Lors de la présentation du budget prévisionnel de 2016, les deux Départements, membres fondateurs du conservatoire, ont en effet annoncé une baisse de leurs aides, de 10 % pour le Bas-Rhin et de 30 % pour le Haut-Rhin. « Et nous ne pouvons nous prononcer sur notre implication au conservatoire botanique en 2017 », a prévenu Marcel Bauer, vice-président du conseil départemental du Bas-Rhin.

« Il est indispensable de clarifier les compétences des Départements et d’avoir une approche globale, a rétorqué Bernard Gerber. Cela nécessite un travail en concertation avec la Région et les Départements ! »

Zones humides

La vision globale est d’autant plus nécessaire qu’un grand programme pluriannuel s’annonce en partenariat avec les conservatoires botaniques de Lorraine et de Champagne-Ardenne sur les zones humides. Le conservatoire alsacien a également prévu la mise en œuvre des plans d’action pour la préservation de l’œillet superbe et de la gesse du marais, deux espèces emblématiques des prairies du Ried.

Le CBA s’emparera également davantage des questions d’espèces exotiques envahissantes. « Nous allons en particulier nous préoccuper du faux-indigo que nous observons depuis quelques années en Alsace centrale, a détaillé Corinna Buisson, directrice du conservatoire. Cette espèce ornementale à croissance rapide que l’on observe pour l’instant au bord des routes risque de s’étendre vers la réserve naturelle régionale de l’Illwald. Une fois installée sur les berges des cours d’eau, elle se propage très rapidement, au risque de faire disparaître les espèces typiques des bords de l’eau. »

http://www.conservatoire-botanique-alsace.fr/
 

DNA-05/04/2016

 

Faux Indigo du Bush, Amorphe buissonnante (Amorpha fruticosa) classée envahissante

Faux Indigo du Bush, Amorphe buissonnante (Amorpha fruticosa) classée envahissante

Rédigé par ANAB

Publié dans #Infos à partager

Commenter cet article