Cirse commun, Cirse à feuilles lancéolées, Cirse lancéolé

Publié le 3 Février 2017

Nom scientifique : Cirsium vulgare (Savi) Ten., 1838
Nom commun allemand/ dialecte : Gemeine Kratzdistel

Date de l’observation:  30 janvier à Thal,  plante courante sur les terrains incultes, les prairies
La plante séchée est  restée
visible même sous la neige avec ses feuilles et fruits caractéristiques.

Vous avez échappé  à un quiz sur ce sujet !


Famille de plantes : celle des Astéracées, celle de la marguerite, de la pâquerette

Catégorie: annuelle,  plante robuste, ramifiée, les fleurs sont solitaires à l’extrémité des tiges
Hauteur: 50 à 150 cm de haut

Cirse commun, Cirse à feuilles lancéolées, Cirse lancéolé  (Cirsium vulgare)
Cirse commun, Cirse à feuilles lancéolées, Cirse lancéolé  (Cirsium vulgare)
Cirse commun, Cirse à feuilles lancéolées, Cirse lancéolé  (Cirsium vulgare)

Cirse commun, Cirse à feuilles lancéolées, Cirse lancéolé (Cirsium vulgare)

Tiges et racines: Tige à poils aranéeux -comme les fins fils d’une araignée- et bien ramifiée dans le haut.

Feuilles:  feuilles hérissées d’aiguillons fins et très piquants jaunâtres, sur la face supérieure. Leur  pétiole se prolonge par deux ailes le long de la tige= elles sont décurrentes.
Les feuilles raides sont  découpées jusqu’à la nervure principale (pennatipartites ) et tomenteuses sur le dessous.



Floraison: de juillet à septembre

Couleur des fleurs: petites fleurs en tube, de couleur pourpre. Elles sont réunies en capitules  de 3 à 5 cm.
Les fleurs sont entourées de bractées vertes, longues et très piquantes puis aplaties.

Capitules de Cirse commun, Cirse à feuilles lancéolées, Cirse lancéolé  (Cirsium vulgare)
Capitules de Cirse commun, Cirse à feuilles lancéolées, Cirse lancéolé  (Cirsium vulgare)
Capitules de Cirse commun, Cirse à feuilles lancéolées, Cirse lancéolé  (Cirsium vulgare)

Capitules de Cirse commun, Cirse à feuilles lancéolées, Cirse lancéolé (Cirsium vulgare)

Fruits: akènes de 3 à 4 mm  sont surmontés d’une aigrette soyeuse de 2 à 3cm.

Habitat: terrains plutôt sec et chauds, chemins, décombres, lieux incultes mais aussi prairies peu entretenues .

Origine du nom:  dérive  du mot grec  «kirkos»,  qui désignait un chardon,  et du latin  « vulgaris», = qui signifie « commun ».


Utilisation médicinale: pas d’usage connu. Il en existe pour d’autres cirses.


Akènes de Cirse commun, Cirse à feuilles lancéolées, Cirse lancéolé  (Cirsium vulgare)
Akènes de Cirse commun, Cirse à feuilles lancéolées, Cirse lancéolé  (Cirsium vulgare)
Akènes de Cirse commun, Cirse à feuilles lancéolées, Cirse lancéolé  (Cirsium vulgare)

Akènes de Cirse commun, Cirse à feuilles lancéolées, Cirse lancéolé (Cirsium vulgare)

Utilité alimentaire:
Malgré ses épines, le cirse commun peut  être consommé de sa racine à ses boutons floraux, en passant par sa tige et ses feuilles

Racines          Les racines tendres et charnues sont cuites à l’eau ou au four et ensuite, revenues à la poêle.
Feuilles          Les toutes jeunes feuilles, encore dépourvues de piquants, sont consommées crues en salade ou cuites. On peut aussi couper les épines s’il y en a déjà.
Tiges              Les jeunes tiges encore molles sont parfois épluchées et dégustées telles quelles. Elles peuvent aussi être cuites à la façon des salsifis.
Boutons floraux       Ils peuvent être cuits comme légume.


 

Légende :
le chardon est le symbole de l’Ecosse depuis le Moyen-Age.
Difficile de dire si ce chardon est notre cirse commun mais  il y ressemble pas mal.

L’Ordre du Chardon a été institué en 1687 par le roi d’Angleterre et d’Ecosse Jacques VII. Sa devise ? « Nemo me inpume la cessit » (« Personne ne me provoque impunément « ). En gros, qui s’y frotte, s’y pique.



Il parait qu’après avoir débarqué à Largs, dans l’est de l’Écosse, les Vikings,  venus du nord et du froid avaient décidé d’attendre la tombée de la nuit pour attaquer. Et histoire d’avancer vers le château sans bruit pour ne pas réveiller les « clansmen » écossais, ils avaient enlevé leurs bottes. Pas terrible comme idée : à cause de l’obscurité, nos pieds-nickelés n’ont pas vu qu’ils étaient en train de traverser un champ de « chardons ». Vous imaginez la suite : les hurlements de douleur ont alerté les Écossais, qui ont pu rameuter leurs troupes et repousser l’envahisseur.
Le chardon a donc joué le rôle de
protecteur naturel du pays : en plantant ses aiguilles dans les petits petons des redoutables Vikings, il a enlevé une sacrée épine des pieds écossais.


L’Ordre du Chardon a été institué en 1687 par le roi d’Angleterre et d’Ecosse Jacques VII. Sa devise ? « Nemo me inpume la cessit » (« Personne ne me provoque impunément « ) soit, qui s’y frotte, s’y pique.

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région

Commenter cet article