Tramète hirsute, polypore hirsute

Publié le 25 Mars 2017

Tramète hirsute, polypore hirsute (Trametes hirsuta) Photo Gilles Weiskircher

Tramète hirsute, polypore hirsute (Trametes hirsuta) Photo Gilles Weiskircher

Nom scientifique :  Trametes hirsuta (Wulf. : Fr.) Pilát 1939

 

Date de l’observation:  20 mars à Herbitzheim
Division des Basidiomycota, famille des polyporacées

 

Champignon saprophyte très commun, le tramète hirsute est un polypore que l'on peut retrouver toute l’année. 

Ce champignon se reconnaît par son chapeau couvert de poils brillants, hirsutes  (d’où son nom vernaculaire de hirsute). Grégaire, en colonie assez nombreuses, les chapeaux s'étagent à la verticale sur troncs ou bois ouvrés encore debout.

La confusion avec d’autres tramètes est possible, mais il suffit de retourner le champignon et la forme des pores ronds et les poils caractérisent le tramète hirsute.

Tramète hirsute, polypore hirsute (Trametes hirsuta) Photos Gilles Weiskircher
Tramète hirsute, polypore hirsute (Trametes hirsuta) Photos Gilles Weiskircher
Tramète hirsute, polypore hirsute (Trametes hirsuta) Photos Gilles Weiskircher

Tramète hirsute, polypore hirsute (Trametes hirsuta) Photos Gilles Weiskircher

Chair : plus ou moins blanche, compacte, coriace, avec une odeur d’anis

Sporée : blanche

Habitat:
Sur feuillus morts (parfois parasite) des genres Fagus, Betula, Querçus, Alnus, Salix, Fraxinus, quelquefois sur conifères, sur troncs abattus, également sur poteaux de clôture ainsi que sur Prunus, Malus. Il est responsable de pourriture blanche.


Consommation:  non comestible

 

Une famille d’ enzymes extraites de ce tramète (les laccases) possèdent des propriétés de détoxification et de décoloration de certains colorants utilisés dans l’industrie textile.

Les laccases sont des enzymes qui ont besoin de cuivre et d’oxygène pour fonctionner. Ces enzymes sont capables de dégrader des résidus chimiques souvent présents dans les rejets de déchets industriels.

Il y a à l’heure actuelle de nombreuses recherches dans le domaine de la dépollution par les champignons, domaine que l’on appelle la mycoremédiation.

La mycoremédiation  est l'ensemble des techniques utilisant une ou plusieurs espèces de champignon(s) pour épurer un milieu (eau, air, sol) ou un substrat de culture d'un ou plusieurs polluants ou éléments chimiques indésirables. C'est une technique initialement promue par Paul Stamets et d'autres mycologues qui préconisent de développer la culture de champignons, et qui considèrent la fungiculture comme une source importante de nourriture et de molécules utiles pour le futur.

Le concept de mycoremédiation a été exploré dans le très beau film d’animation (1984) de Hayao Miyazaki  Nausicaä de la vallée du vent, où de vastes étendues de forêts de champignons réhabilitent la planète après une catastrophe polluante et une apocalypse.

 

Les champignons sauveront-ils la planète ? Certains le disent. Personnellement je préfère rester réaliste et laisser la recherche se poursuivre. Il est évident qu’on est loin d’avoir découvert tout le potentiel de ces organismes. Discrets et en même temps fascinants de complexité, l’humanité a probablement beaucoup à gagner en s’intéressant davantage aux champignons, si ce n’est déjà l’humilité.



Texte et photos, et bibliographie : Gilles Weiskircher




Sources
http://champyves.pagesperso-orange.fr/champignons/fichier_htm/sur_arbres/tram_hirsuta.htm

Tramète hirsute, polypore hirsute (Trametes hirsuta) Photo Gilles Weiskircher

Tramète hirsute, polypore hirsute (Trametes hirsuta) Photo Gilles Weiskircher

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région, #champignons

Commenter cet article

Gilles 28/03/2017 19:02

Salut Chantal,
Ta remarque est juste et ce détail m'intrigue encore, d'autant que certains exemplaires avaient des pores plus rond. J'aurais du choisir une photo de l'hymenophore plus caractéristique, d'autant qu'ici ce dernier ressemble beaucoup à Daedalopsis confragosa.
Ça n'a jamais été facile ces aphyllophorales

Chantal Gauthier 28/03/2017 16:48

Très bel exposé. Je remarque que les pores ici ne sont pas ronds mais plutôt anguleux à labyrinthiques...peut-être même dédaloïdes?