Peltigère membraneuse

Publié le 29 Avril 2017

Nom scientifique :  Peltigera membranacea (Ach.) Nyl.

 



Date de l’observation:  2 avril à Herbitzheim
Division des Ascomycota, Famille des peltigeracées

 

C’est un lichen à thalle foliacé (on appelle thalle une forme végétative sans organes distincts)  s'étalant en une rosette pouvant atteindre 20-30 cm de diamètre, formé de lobes entiers sans folioles de 1-3 cm de largeur, repliés vers le bas (ou vers le haut) à leur extrémité. Sur la face inférieure, on note la présence de rhizines (petites « racines ») , isolées, finement "plumeuses" en goupillon.

Peltigère membraneuse  (Peltigera membranacea ) Photos Gilles Weiskircher Anab
Peltigère membraneuse  (Peltigera membranacea ) Photos Gilles Weiskircher Anab

Peltigère membraneuse (Peltigera membranacea ) Photos Gilles Weiskircher Anab

HabitatEspèce commune venant sur la mousse recouvrant les rochers, les troncs d'arbres


Dans les articles précédents, on a vu que les champignons pouvaient être
- saprotrophes (donc se nourrissent de matières organiques d’organismes morts),
- parasites (donc se nourrissent de matières organiques d’organismes vivants) mais ils peuvent élaborer des symbioses.

Le lichen est une de ces symbioses. Il s’agit de l’association durable entre un champignon avec une algue ou/et une cyanobactérie. Cette association leur permet de coloniser des niches écologiques particulièrement hostiles.

Le champignon entoure de son thalle protecteur l’algue et constitue environ 90 % de la masse du lichen. Outre la protection, le champignon fournit également à l’algue de l’eau et des sels minéraux. L’algue, seul organisme à effectuer la photosynthèse dans cette association, fournit au champignon les ressources carbonées.

Comme le champignon est le seul capable de reproduction sexuée dans cette association, les lichens appartiennent au règne des champignons.

 

Dans l'écosystème, les lichens sont une composante importante de la biodiversité. Ils sont une source importante de nourriture pour de nombreuses espèces, y compris parfois pour de grands mammifères (rennes ou caribous en particulier). Ils jouent aussi un rôle important en captant les particules de l'air et des pluies, contribuant à l'épuration permanente des milieux et au recyclage des éléments.

Dans les milieux minéraux, ils sont les premiers à apparaître avec les mousses puis l'humus. Les lichens se nourrissent de ce que leur apportent l'air et les eaux météoritiques et les particules, excréments, pollens, etc., qu'ils peuvent intercepter et capter. Ils sont capables de faire des réserves et d'accumuler des composés minéraux, bien au-delà des besoins de leur organisme. 
Cela présente des avantages (ex : réserve d'éléments comme le phosphore), mais également des inconvénients comme l'accumulation d'éléments toxiques, ce qui fait que certains lichens sont très sensibles à la pollution atmosphérique. De nombreux lichens sont ainsi des indicateurs de pollution utilisés pour la biosurveillance.

A l’heure actuelle, les scientifiques estiment qu’il existerait près de 20 000 espèces différentes de lichens. Association apparue bien avant l’émergence des plantes terrestres, elle aurait permis aux ancêtres des végétaux  de mettre un « pied » à terre tout en étant protégée des rayons ultraviolets et de la dessication, mais aussi aux champignons de coloniser le milieu terrestre. Une association surprenante qui nous montre qu’ensemble, on va plus loin.
 

Texte, photos, et bibliographie : Gilles Weiskircher


Source
http://www.afl-lichenologie.fr/Photos_AFL/Photos_AFL_P/Text_P/Peltigera_membr.htm

Peltigère membraneuse  (Peltigera membranacea ) Photos Gilles Weiskircher Anab
Peltigère membraneuse  (Peltigera membranacea ) Photos Gilles Weiskircher Anab
Peltigère membraneuse  (Peltigera membranacea ) Photos Gilles Weiskircher Anab

Peltigère membraneuse (Peltigera membranacea ) Photos Gilles Weiskircher Anab

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région

Commenter cet article