Collybie aqueuse

Publié le 13 Mai 2017

Nom scientifique : Gymnopus aquosus(Bull.) Antonín & Noordel. 1997

 

 
Date de l’observation:  8 mai 2017 à Sarreinsming
Division des basidiomycota, famille des marasmiaceae


Cette collybie précoce est visible dans les bois frais au printemps, à partir du mois de mai. Les Collybies (du grec kollubos: petite pièce de monnaie) sont des champignons dont l’hyménium est formé de lamelles, le chapeau est généralement aplani, mince et peu charnu. Le pied est pliable, fibreux, et difficilement séparable du chapeau. On parle d’ailleurs en mycologie de champignon à forme collybioïde pour désigner un champignon de petite taille, fin au niveau du pied et avec des lames non décurrentes attachées au pied. Aucune collybie n’est toxique mais ils ne raviront pas non plus les papilles des gastronomes.


Sporée : blanche

Habitat:  sous feuillus dans les bois humides, terricoles (poussant à terre) et saprotrophe

Consommation:  non comestible


Cette collybie qu’on peut facilement confondre avec d’autres collybies de même morphologie (G. dryophilus et oreadoides), se caractérise par un la présence d’un bulbe à la base du pied, souvent strié longitudinalement et avec des cordons mycéliens 

Collybie aqueuse (Gymnopus aquosus) photos Gilles Weiskircher
Collybie aqueuse (Gymnopus aquosus) photos Gilles Weiskircher
Collybie aqueuse (Gymnopus aquosus) photos Gilles Weiskircher
Collybie aqueuse (Gymnopus aquosus) photos Gilles Weiskircher

Collybie aqueuse (Gymnopus aquosus) photos Gilles Weiskircher

Il n’est jamais évident de définir un champignon. Rappelons nous qu’un champignon n’est ni une plante, ni un animal ! Il n’a pas de chlorophylle, ce pigment vert qui permet à la plupart des végétaux d’assimiler, avec l’aide de la lumière, le carbone contenu dans le dioxyde de carbone.
Il n’est donc pas un végétal
.
Les biologistes classent les champignons dans une catégorie à part.
C’est un ensemble de caractéristiques qui permet de classer un organisme dans le règne des champignons.
Ces caractéristiques, au nombre de 7 sont :

1/ organisme eucaryote (l’ADN) des cellules est contenu dans un noyau ;

2/ organisme hétérotrophe (qui ne peut fabriquer sa nourriture carbonée mais doit la puiser dans son environnement) ; Tout le contraire d’une plante qui elle est autotrophe ;

3/ organisme absorbotrophe : la digestion se fait à l’extérieur. Le champignon excrète ses enzymes dans le milieu extérieur.
Les nutriments sont absorbés par le champignon; les animaux se nourrissent par phagocytose, c’est-à-dire ingurgitent leur nourriture pour la digérer à l’intérieur ; tout le contraire du champignon

4/ tissu végétatif constitué de filaments diffus, ramifiées et tubulaires (mycélium)

5/ présence de chitine dans la paroi cellulaire ; c’est la même molécule qui constitue la carapace de certains insectes, ce qui explique pourquoi les champignons sont plus proches des animaux (sans toutefois en être) que des végétaux qui eux ont de la cellulose dans leur paroi cellulaire

6/ reproduction par des spores

7/ spore possédant 1 flagelle maximum ou sans flagelle

 

Un champignon  est constitué d’une partie souterraine : ce sont des fils blancs parfois très longs qu'on appelle le mycélium.
La partie visible qui émerge du sol, qu’on appelle familièrement champignon, sert uniquement à la reproduction.
Le dessous du chapeau produit des sortes de « graines » minuscules, appelées spores.
Elles tombent et font de nouveaux mycéliums. Et le cycle recommence.

 

Texte, photos, et bibliographie : Gilles Weiskircher





Source : http://www.mycodb.fr/fiche.php?genre=Gymnopus&espece=aquosus
 

Rédigé par ANAB

Publié dans #champignons, #Biodiversité de notre région

Commenter cet article