Quelle est cette fleur ? Kirchberg - Sortie naturaliste

Publié le 19 Mai 2017

Article paru dans les DNA/M.-C. B. (14/05/2017)


Lundi 8 mai, l’association Nature Alsace Bossue (ANAB) a proposé une promenade sur la colline du Kirchberg pour découvrir les fleurs. Douze personnes ont répondu à l’invitation. L’Anab a pour objet de promouvoir la connaissance du patrimoine naturel et des écosystèmes de l’Alsace Bossue et de la proche Moselle, en vue de contribuer à le protéger contre les atteintes qui lui sont portées, notamment par les activités humaines.


 

Roland Gissinger présente l’aubépine. La loupe botanique permet d’observer les détails des fleurs.
Roland Gissinger présente l’aubépine. La loupe botanique permet d’observer les détails des fleurs.

Roland Gissinger présente l’aubépine. La loupe botanique permet d’observer les détails des fleurs.

Roland Gissinger, animateur de cette sortie, a distribué des chemises aux participants. Les uns étaient chargés de collecter des fleurs bicolores, d’autres des plantes odorantes, d’autres encore des plantes à feuilles douces au toucher. « Pour faire percevoir les plantes sous un autre aspect, dans leur simplicité comme leur complexité, avec tous les sens », a expliqué le guide.

« Quelque 200 fleurs différentes se trouvent sur le parcours », a-t-il affirmé. Les loupes botaniques ont permis d’observer leurs détails. Quand les enfants ont apporté une renoncule, c’était l’occasion de préciser : « Il existe une quinzaine de boutons d’or déterminés, par des critères botaniques, à partir du plan entier ».

Arrivés dans le sous-bois, les promeneurs ont eu moins froid. Ce milieu comporte moins de fleurs, car le soleil y est moins présent. Une plante y est toutefois omniprésente le long du chemin : l’arum recouvre le sol d’un épais tapis. La floraison de l’arum est une spathe colorée, blanche, jaune, brune voire violette.

Des fleurs prisons

Ces plantes émettent une odeur de fumier qui attire les mouches. Elles suivent l’épi floral jusqu’en bas, et les poils, situés sur l’étranglement de la spathe, les emprisonnent le temps qu’elles fécondent les organes femelles situés à la base de la spathe. Entre-temps les organes mâles arrivent à maturité, les poils fanent et la mouche, libérée, emmène du pollen sur son passage pour féconder d’autres arums.

Arrivé sur le plateau au-dessus de Thal, le guide a fait le point sur les fleurs et feuilles collectées par les uns et les autres. Sur le chemin du retour, des orchis mâles, de belles orchidées mauves, se sont encore offerts aux regards des naturalistes.



Voir les articles sur ce blog, plus détaillés sur ce sujet de l'arum et sa plante prison :


PSYCHODRAME pour les PSYCHODA, victimes d’une duperie olfactive de la part de Arum maculatum

Le Gouet maculé, Gouet tacheté, Chandelle

 

L’arum a développé un système de reproduction complexe

L’arum a développé un système de reproduction complexe

Rédigé par ANAB

Publié dans #On parle de nous

Commenter cet article