Biodiversité rare ou menacée: seulement 22 % des habitats et 28 % des espèces dans un état favorable

Publié le 16 Juin 2017

Azuré de la sanguisorbe (Maculinea teleius ) Photo Jean-Claude Weissend- (Anab)                 Exemple d'espèce communautaire en danger

Azuré de la sanguisorbe (Maculinea teleius ) Photo Jean-Claude Weissend- (Anab) Exemple d'espèce communautaire en danger

source : Commissariat Général au Développement Durable N 196

La deuxième évaluation de l’état de conservation des habitats et espèces parmi les plus rares ou menacés d’Europe a été réalisée par les États membres.
Couvrant la période 2007-2012, elle confirme les conclusions de la précédente évaluation (2001-2006) : la part des habitats et des espèces d’intérêt communautaire en bon état de conservation en France est faible (un habitat sur cinq et une espèce sur quatre).
évolution de la conservation de la biodiversité rare

évolution de la conservation de la biodiversité rare

La Directive européenne, Habitats faune Flore prévoit une  évaluation tous les 6 ans de la biodiversité rare, c'est-à-dire les 1200 espèces  et les 230 habitats d’intérêt communautaire= à l’échelle de l’Europe-  menacés de disparition sans mesure de sauvegarde.
Attention il existe de nombreuses autres espèces menacées dans chacun des pays mais elles ne le sont pas dans d’autres pays.

Le bilan n’est vraiment pas terrible pour la France. Elle doit gérer et évaluer 312 espèces et 132 habitats. Seulement 28% des espèces et 22 % des habitats sont dans un état favorable.

Les différences sont notables selon les régions et les types de milieux.
En nette dégradation, les milieux marins, littoraux et zones humides.
Le Nord Est n’est pas en très bonne situation. Ceci provient de l’urbanisation galopante et l’intensification de l’agriculture et bien sût du manque d''intérêt de certains hommes  politiques pour cette situation.

Agriculture : en cause, les retournements de prairies, les prairies semées et cultivées  pour produire de la matière herbe mais sans aucune biodiversité et sans  fleurs, les prairies amendées.
Les zones de  montagne, Alpes en particulier s’en sortent mieux ainsi que les espèces de milieu forestier. Les  mammifères, médiatisés comme la  loutre, le lynx, le loup, le castor sont en situation plus favorable que 6 ans auparavant  mais aussi d'autres espèces telles, le vautour moine et à l’Outre mer, les tortues marines.
 
Le réseau européen d’espaces naturels pour évaluer cette biodiversité est le réseau Natura 200 qui couvre 12.6 du territoire métropolitain et 12.2%  des eaux métropolitaines.

Illustration d’un point positif : les loutres passées pas loin de la disparition totale sont entrain  de voir leurs effectifs remonter ; entre 1000 et 2000 contre tout de même 50 000 en 1900.

synthèse par Roland

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité hors région

Commenter cet article