Chénopode blanc, Senousse

Publié le 26 Juin 2017

Chénopode blanc, Senousse (Chenopodium album).
Chénopode blanc, Senousse (Chenopodium album).

Chénopode blanc, Senousse (Chenopodium album).

voici une plante très discrète mais qui est une pionnière des terrains nus, abandonnées et en friche. Elle s’y multiplie très rapidement et envahit  les déblais de terre. Elle est par la suite  chassée par d’autres plantes plus vigoureuses et mieux armées pour s’implanter dans ces  sols remués.

Roland


Nom scientifique : Chenopodium album L.

Nom commun allemand/ dialecte : Weisser Gänsefuss

Date de l’observation:  24 juin à Herbitzheim   

Famille de plantes : La famille des Chenopodiacées où était classée ce chénopode n’est plus valide. Elle existe  encore dans tous les ouvrages anciens. Les plantes de cette famille ont rejoint celle des Amaranthacées. Elle contient 75 genres et plus de 800 espèces, comme les épinards . Certaines sont des arbustes et quelques autres des lianes ou des arbres.

Caractères généraux mais pas toujours communs : feuilles généralement alternes, fleurs parfaites à symétrie radiale. Au niveau de l’expression des gènes : les Amaranthacées produisent de la bétalaïne, colorant typé,  qui leur donne une couleur rouge éclatant. C’est le cas pour  la betterave rouge. Les chénopodiacées produisent des isoflavones, agents de protection des plantes contre les attaques de moisissures.

Particularité biochimique : la synthèse des sucres de ces plantes est en C4. Ces  plantes utilisent pour la synthèse des sucres à 4 atomes de carbone au lieu de 3 pour la plupart des plantes. Les oxalates font partie du métabolisme  des plantes en C4. Cette particularité rend les plantes en C4 plus efficaces pour produire de la matière organique donc des feuilles, des tiges, quand il fait chaud au dessus disons de 30°C.
En dessous les plantes en C3  sont plus efficaces.
Avec le changement climatique nous risquons de voir plus d’amaranthacées.


Catégorie: plante de couleur vert bleuté  (glauque) parsemée de granules blancs avec des feuilles souvent ovales ou rhomboïdales

Détails feuilles et fleursChénopode blanc, Senousse (Chenopodium album).
Détails feuilles et fleursChénopode blanc, Senousse (Chenopodium album).
Détails feuilles et fleursChénopode blanc, Senousse (Chenopodium album).

Détails feuilles et fleursChénopode blanc, Senousse (Chenopodium album).

Hauteur: 30 à 150 cm de haut et plus.

Tiges et racines: tige glabre, glauque et ramifiée. Rameaux dressés et étalés


Feuilles: de forme très variable  qui évoquent une patte d’oie d’où son nom allemand. Elles sont lancéolées, plus longues que larges mais plus souvent en rhomboïde soit  un parallélogramme si vous  vous rappelez un peu des maths de votre enfance (sujet à ne pas évoquer ? ah bon).
Le dessous de la fleur, irrégulièrement dentée,  est parsemé de grains blancs farineux.


Floraison: de juillet  à septembre

Couleur des fleurs: Les fleurs blanchâtres et pruineuses comme le reste de  la plante, sont  groupées en inflorescence, à l’aisselle des feuilles ou en bout de tige.
A la loupe vous pourrez facilement distinguer de petites fleurs de 2 à 3mm à 5 tépales  et leurs étamines.



Fruits: ce sont des glomérules eux aussi farineux. Ils contiennent de nombreuses graines ou akènes d’un noir lustré.
Une seule plante peut produire des dizaines de milliers de graines ce qui explique sa dissémination rapide.


Habitat: champs, décombres, bord des chemins, jardins.

Origine du nom:  du grec « chèn   », l'oie et "podium", le pied, allusion à la forme de ses feuilles,  et de « album », blanc, selon la couleur générale de cette plante.


Utilisation médicinale:  a des effets
purgatifs, laxatifs,

Etait  utilisée contre les problèmes respiratoires de type bronchite et la sciatique. Le suc serait utilisé contre les verrues.
Comme toujours et à de rares exceptions,  les effets des plantes sont très peu documentés par des études scientifiques.


Utilité alimentaire: plante consommable cuite. Les feuilles sont cuites comme les épinards, plantes proches et les tiges comme des asperges.
Les feuilles sont riches en protéines mais aussi en vitamines A (vitamine de croissance et pour la peau) et vitamine C, antioxydante et antitoxique. Les graines sont à éliminer de ces cuissons. Elles étaient utilisées pour faire de la farine.
Tout cela serait parfait si cette plante ne contenait pas des saponines et surtout de l’acide oxalique,. Celle-ci est  toxique pour les personnes souffrant d’affections urinaires et grande quantité pour tout le monde.


Utilité agricole :
Ce Chénopode blanc est une herbe répandue dans le monde entier. Les pertes économiques des agriculteurs liées au chénopode  se chiffrent en millions d’euros. Comme elle n’est pas difficile, elle se colonise de nombreuses surfaces nues. Elle est classée comme nuisible ou « mauvaise herbe » par les organismes agricoles et les agriculteurs. Traitée abondamment aux pesticides elle a trouvé des moyens de résistance ! Les rotations de cultures sont un moyen plus efficace d’éliminer ou de restreindre le Chénopode blanc.


 



Texte et photos Roland Gissinger (Anab)
Sources bibliographiques voir index biodiversité

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région

Commenter cet article