Journée mondiale des océans : protéger les océans, c'est protéger l'humanité

Publié le 9 Juin 2017

Journée mondiale des océans : protéger les océans, c'est protéger l'humanité

Communiqué de France Nature Environnement du 7/6/2017

À l’occasion de la journée mondiale des océans, France Nature Environnement, Surfrider Foundation Europe et l’Alliance pour une Méditerranée Solidaire et Durable alertent sur l'urgence de protéger la biodiversité marine, menacée par les dégradations croissantes de l’environnement. Les océans jouent un rôle déterminant dans la régulation du climat mondial, mais ce rôle de régulateur est perturbé par le réchauffement planétaire. La France doit donc porter un message d’ambition de conservation des océans et de la mer au niveau mondial.

Le monde entier parle de climat... mais oublie les océans

Et pourtant ! L’eau potable, l’eau de pluie, les littoraux, le climat et même l'oxygène de l'air que nous respirons, sont fournis et régulés par les océans. Cependant, la pression anthropique (principalement les émissions de CO2), la surexploitation des ressources et les pollutions ont dégradé les écosystèmes marins au point de perturber le rôle de régulateur du climat joué par les océans. Il est urgent de maintenir la qualité fonctionnelle des écosystèmes marins et de restaurer ceux qui se dégradent. Avec le deuxième espace maritime mondial, la France a une responsabilité majeure en matière de protection des océans et doit assumer le rôle de leadership sur la politique maritime internationale.

Pour la création d’un réseau mondial d’aires marines protégées

Gérées efficacement, les aires marines protégées offrent des solutions d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques, et aident à préserver le rôle majeur des océans dans la régulation de la machine climatique. De plus, le renforcement des moyens de sensibilisation, de communication et surtout de connaissance du milieu marin est essentiel afin de le préserver au mieux.

Océan Atlantique

Océan Atlantique

Pour un moratoire sur les permis de recherche de pétrole et gaz off-shore en Méditerranée

Pour limiter le réchauffement planétaire à +1,5°C par rapport au niveau de la Révolution industrielle, objectif sur lequel la communauté internationale s’est accordée à Paris, fin 2015, 80 % des ressources fossiles existantes doivent être préservées, ce qui signifie de stopper tout nouveau projet d'exploitation.

La multiplication des activités d'exploration et d'exploitation de pétrole et de gaz en mer accroît les menaces sur l'environnement, les ressources naturelles et les activités économiques dépendantes des écosystèmes marins. Le 31 mai dernier, le gouvernement italien a décidé l’interdiction d’une demande de prospection pétrolière dans les eaux italiennes en bordure de la Corse à l’ouest des deux îles, par une société Norvégienne. La zone visée était, en outre, proche du sanctuaire marin Pelagos. En France l’année dernière, la ministre de l’Écologie Ségolène Royal annonçait un moratoire immédiat pour l’interdiction de recherche pétrolière dans les eaux françaises en Méditerranée, en dévoilant son Plan Croissance Bleue pour la Méditerranée.

À la veille de la journée mondiale des Océans, France Nature Environnement, Surfrider Foundation Europe et l’Alliance pour une Méditerranée Solidaire et Durable demandent à l’ensemble des pays riverains de la Méditerranée l’arrêt total des recherches et exploitations pétrolières et gazières en Méditerranée au nom de la protection de cette mer, inscrite dans la convention de Barcelone.

Pour Michel Dubromel président de France Nature Environnement, « la journée mondiale des océans est l’occasion de rappeler le rôle majeur des écosystèmes marins dans la régulation de la machine climatique planétaire. La bonne santé des océans est indispensable à l’humanité : ils absorbent un quart de nos émissions de CO2 et produisent la moitié de l’oxygène sur terre ! Je me félicite par conséquent de l’annonce du Président de la république de s’opposer à tout nouveau projet de forage d’hydrocarbures terrestres ou en mer. »

Télécharger le communiqué en PDF

Rédigé par ANAB

Publié dans #préserver les ressources

Commenter cet article