Orchis pyramidal, Anacamptis en pyramide

Publié le 18 Juin 2017

Orchis pyramidal  (Anacamptis pyramidalis )
Orchis pyramidal  (Anacamptis pyramidalis )

Orchis pyramidal (Anacamptis pyramidalis )

Voici une autre orchidée sauvage et spectaculaire par sa forme et sa couleur de notre région.
Elle est  en fleur depuis une quinzaine de jours .
C’est une  orchidée commune dans d’autres régions, préalpes par exemple, midi,  mais bien rare dans  notre paysage d’Alsace Bossue.

Roland



Nom scientifique : Anacamptis pyramidalis (L.) Rich., 1817

Nom commun allemand/ dialecte : Spitzorchis

Date de l’observation:  14 juin région de Sarre-Union 

Famille de plantes :
celle du phalaenopsis, l’orchidée des grandes surfaces et jardineries, de la vanille exotique,  du très rare sabot de Vénus, (famille des Orchidées).
Les orchidées sont d’après les scientifiques des plantes très évoluées. Elles investissent tous  les milieux en particulier les milieux secs et les milieux très humides.
Difficile de décrire en quelques mots cette famille. Certains auteurs et orchidophiles y ont consacré des livres entiers et épais !
Une des particularités des orchidées est leur vie en symbiose avec un champignon.
Il leur est indispensable pour faire germer  leurs  graines. Celles-ci sont microscopiques, presque dépourvues des réserves
au contraire des autres plantes. Elles ont donc besoin du mycélium de ce champignon et de ses apports en nutriments pour développer leurs premières racines et feuilles. 
C’est la raison pour laquelle les orchidées sont si sensibles à la pollution par les pesticides et les engrais même à faible dose pour certaines d’entre elles.


Les orchidées de notre région sont en voie de disparition. Leurs milieux, coteaux secs et zones humides disparaissent. Les pratiques d’agriculture intensive avec engrais et fumures détruisent ce champignon microscopique.

Catégorie: petite plante rouge tachetée de blanc, vivace, avec un épi de fleurs en pyramide.
Elle habite les  prairies en plein soleil.

Détail de l'épi floral - bourgeon floral -d'Orchis pyramidal (Anacamptis pyramidalis )
Détail de l'épi floral - bourgeon floral -d'Orchis pyramidal (Anacamptis pyramidalis )
Détail de l'épi floral - bourgeon floral -d'Orchis pyramidal (Anacamptis pyramidalis )

Détail de l'épi floral - bourgeon floral -d'Orchis pyramidal (Anacamptis pyramidalis )

Tiges et racines: tige unique, ronde, lisse, sans tâches, non rameuse et surtout feuillée dans le bas.

Feuilles: principales à la base. Les feuilles sont lancéolées à la base et engainantes le long de la tige.

Floraison: mai  à juillet

Couleur des fleurs: fleurs groupées en un épi court de 4 à 8 cm, dense, à l’extrémité des tiges en forme de pyramide régulière.
Elles sont petites, 6 à 10 mm, rouge carmin à rose quelquefois ou panachées. Les tépales  sont soudés en un casque typique de nombreuses orchidées.
Le « casque «   de l’Orchis bouffon est parcouru de fines nervures vertes spécifiques de cette espèce.

Les étamines sont soudées ensemble sous le casque.

Les orchidophiles décrivent de manière très précise  et très longue les fleurs des  orchidées.
En résumé : le labelle partie plate en avant de la fleur et en forme de langue en trois parties (trilobé) de longueur presque égales et étalées.
Les lobes latéraux sont étalés.
L’éperon, partie en forme de tube fin en arrière de la fleur,  est droit, fin, de 12 à 14 mm.

Fécondation : cette orchidée ne secrète aucun nectar. Sa stratégie serait une  couleur et forme voisine de celle d'une autre plante, le sainfoin esparcette.
Cette dernière pousse sur les mêmes habitats et est riche en nectar.
Les insectes sont leurrés par cet orchis et vont après visite de la fleur transporter les pollinies vers d’autres orchis pyramidaux,
avant de trouver leur récompense en nectar sur le sainfoin

Fruits :  la gousse après fécondation par des insectes va se remplir de nombreuses et minuscules graines de moins de 0.3 mm.

Habitat :
en pleine lumière. Présent dans les prairies sèches mais aussi talus,bords des routes, jardins,  et prairies pâturées de manière non intensive, non amendées, sans apport de fumier ou d’engrais.

Origine du nom: 
du grec  « anacamptos », qui  signifie, « recourbé en arrière (position de l’éperon) » et du latin « pyramidalis » comme déjà annoncé, étant donné la forme typique de son épi floral « en pyramide » au début de sa floraison.

Utilisation médicinale et alimentaire:

aucune, des croyances anciennes attribuaient des vertus à ces plantes qu’elles n’ont pas et ont contribué à les faire disparaitre

Texte et photos Roland Gissinger (Anab)
Sources bibliographiques voir index biodiversité

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région

Commenter cet article