Stratégies pour se reproduire

Publié le 23 Juin 2017

Fleur de Sureau yèble visitée par les érystales et autres syrphidés

Fleur de Sureau yèble visitée par les érystales et autres syrphidés

Stratégies pour se reproduire

Trouver un partenaire sexuel n’est pas une mince affaire…

Les plantes à fleur, qui ne bougent pas, compensent cela en laissant les insectes effectuer la pollinisation en échange d’un peu de nectar. Cette collaboration est vraiment spectaculaire puisque la morphologie de l’insecte s’adapte à la morphologie de la fleur (et vice et versa). Tous les insectes ne peuvent pas polliniser toutes les fleurs et il existe même des espèces d’insectes qui ne peuvent polliniser qu’une seule espèce de fleur. Ainsi, pour qu’une fleur soit butinée, il est nécessaire que la trompe ou la langue de l’insecte soit de la bonne longueur pour atteindre le fond de la fleur où se trouve le nectar. Pour cela, l’insecte récoltera du pollen de cette plante qu’il ira déposer en butinant sur les organes sexuels femelles (pistil) d’une nouvelle fleur, ce qui permet ainsi sa pollinisation.

D’autres plantes comme certaines orchidées ont des fleurs qui ressemblent à des insectes. Ces derniers, en recherche de partenaire se font berner et tentent de féconder la fleur qu’ils confondent avec un partenaire sexuel. La morphologie de la fleur est telle que durant cette pseudocopulation, le pollen s’accroche à l’insecte et l’orchidée est pollinisée sans perdre de nectar. C’est un phénomène intéressant de coadaptation plante/insecte. On peut noter des cas beaucoup plus rare de pollinisation par d’autres animaux (des chauves-souris et même des limaces pour une espèce d’orchidée).
Lorsque les plantes sont pollinisées, elles produisent des graines qui doivent à leur tour être disséminées. Là encore, une multitude de stratégies existe pour que les graines se dispersent. Elles peuvent être disséminées par le vent, l’eau, s’accrocher aux poils d’animaux ou bien transiter dans leur tube digestif. Les fruits, graines enveloppées de chair sucrée, attirent les animaux qui vont ainsi disperser les graines au gré de leurs déjections.

Chez les animaux, les stratégies de reproduction sont très variées.
Les oiseaux sont connus pour leurs parades amoureuses et celles-ci sont aussi nombreuses qu’il existe d’espèces d’oiseaux. Ces parades nuptiales s’accompagnent parfois de chants. Ils sont très courants dans le règne animal pour attirer les femelles : on en trouve également chez les insectes (grillons), les amphibiens (grenouilles et crapauds), les oiseaux et les mammifères (cerfs). Les vers luisants utilisent, quant à eux, la lumière émise par leur abdomen pour se faire remarquer.

Une méthode pour attirer les femelles consiste également à lui faire un cadeau. Certaines espèces d’oiseaux et de poissons construisent des nids d’amour aux femelles, et sa qualité esthétique peut-être un caractère discriminant.
Les araignées constituent un groupe à part puisqu’il arrive chez certaines espèces (genre Pisauridae) que le mâle offre à la femelle une proie en cadeau. Elle sert à attirer la femelle mais elle permet surtout au mâle de ne pas être dévoré à la fin de l’accouplement et d’avoir le temps de s’éclipser tandis que la femelle grignote encore son cadeau… Il faut savoir que chez les araignées, les femelles - imposantes - peuvent peser jusqu’à 400 fois le poids du mâle !

 

Imitation insecte par cet Ophrys  scolopax hybride

Imitation insecte par cet Ophrys scolopax hybride

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité hors région, #Infos à partager

Commenter cet article