Le gouvernement prône une meilleure gestion de la ressource en eau. FNE aussi, mais pour de vrai…

Publié le 11 Août 2017

La France est à sec. La carte des arrêtés de restriction d’eau le montre très clairement. Il est plus que temps d’en prendre conscience et de mettre en place des mesures efficaces et durables quant à la gestion quantitative de l’eau. Il semble que le Gouvernement ait eu cette prise de conscience lors du Conseil des Ministres du 9 août. Messieurs Hulot et Travert souhaitent agir, faire en sorte que cette période critique de sécheresse, cette année exceptionnelle, ne devienne pas la norme d’ici à 2050. France Nature Environnement partage cette volonté : il faut prendre des mesures urgemment. Mais les solutions que propose le Gouvernement ne sont pas (toutes) viables et la question des retenues d’eau fait une fois de plus réagir le mouvement associatif.

Cascade du Hérisson (Jura)

Cascade du Hérisson (Jura)

L’eau pour tous, tous pour l’eau !

Aujourd’hui, plus de 200 arrêtés sécheresse ont été pris sur le territoire national. Des cours d’eau sont à sec sur plusieurs centaines de mètres, voire sur des kilomètres, comme en Charente-Maritime. Comme le rappelle Nicolas Hulot, l’eau est un bien commun, qu’il convient de partager entre de multiples acteurs dans la mesure de la disponibilité de la ressource. Production d’eau potable, industrie ou agriculture, chacun des secteurs de la société a besoin d’eau pour fonctionner. Le tout est de parvenir à une gestion équilibrée de cette ressource entre ces usages, afin d’éviter des situations comme celle d’aujourd’hui. A ce titre, la loi sur l’eau est claire : la priorité est donnée à l’eau potable, puis vient la part d’eau nécessaire à la survie des milieux naturels, objectif pour lequel France Nature Environnement se bat quotidiennement. Les usages économiques liés à l’eau ne viennent qu’en 3ème position. Alors il est bien difficile de comprendre et d’accepter le fait que dans une situation de sécheresse comme celle que connait actuellement la France, des dérogations sont accordées tout azimut, notamment pour les agriculteurs ! Pour contrer ces solutions à court terme, le Gouvernement propose des solutions soi-disant à long terme. L’une d’elles concerne la création de retenues pour le secteur agricole. Nous avions pourtant cru comprendre qu’il souhaitait mettre en place des solutions à long terme…

Attribuer des dérogations et construire des retenues ne sont pas des solutions durables

Si France Nature Environnement partage la plupart des solutions apportées par le Gouvernement pour faire face à l’indisponibilité de la ressource en eau, cette action présentée comme une action phare est en revanche inacceptable : poursuivre la construction de retenues d’eau n’est pas LA solution ! Le manque de précipitations de cet hiver et du printemps le montre : les retenues peuvent elles aussi se retrouver à sec, c’est pourquoi elles ne sont pas une solution viable. Les retenues ne sont pas non plus sans impacts environnementaux, il est important d’en avoir conscience. Si l’on s’intéresse réellement au long terme, alors il faut réfléchir très sérieusement au changement de pratiques agricoles. Les agriculteurs doivent pouvoir être accompagnés pour évoluer vers des cultures moins gourmandes en eau et mieux adaptées aux conditions climatiques locales.

Pour Marine Le Moal, coordinatrice du réseau eau de France Nature Environnement : « il faut rappeler que ce n’est pas l’eau qui doit s’adapter à l’homme et à ses besoins, quels qu’ils soient, mais c’est bien à l’homme de s’adapter aux ressources que la Terre lui offre, dans le respect d’un équilibre aujourd’hui trop fragilisé. »

Le Gouvernement propose également d’ « accompagner les collectivités locales compétentes dans le domaine de la préservation de l’eau et des milieux aquatiques, notamment via les Agences de l’eau ». Certes. Mais pour cela, il ne faudrait pas que ces agences de l’eau, qui peinent déjà à faire en sorte que 100% des eaux soient en bon état en France d’ici à 2027, continuent de voir leur budget fondre comme neige au soleil…

Pour Alain Chabrolle, vice-président de France Nature Environnement : « sans eau, il n’y a rien. Il en faut pour tout le monde, mais dans le respect des besoins de chacun et sans oublier les besoins du milieu naturel. Pour mettre en place une gestion quantitative de l’eau efficace et qui soit à la hauteur des enjeux auxquels on va devoir faire face dans les années à venir, avec des épisodes extrêmes d’inondations et de sécheresses de plus en plus fréquents, le Gouvernement doit prendre des mesures adaptées à la hauteur des ambitions affichées. Les pouvoirs publics doivent prendre leurs responsabilités dans l'accompagnement de la transition écologique, avec notamment la mise en place effective de politiques publiques de sensibilisation fortes ».

Rédigé par ANAB

Publié dans #préserver les ressources

Commenter cet article