Paisible balade dans le Ried

Publié le 8 Août 2017

Pas facile de faire de l'éducation à la protection de notre environnement aux enfants et aux adolescents. Répéter les formules  habituelles ou de de manière scolaire pendant les vacances risque de ne pas provoquer d'écho.
La piste utilisée par la Maison de la Nature à Mutterholz est  originale et semble porter des fruits.
Bravo à eux.
Roland



paru dans  les DNA  - DNA/Guillaume Krempp (03/08/2017)

L’association sportive Cakcis propose de parcourir l’Ill depuis Sélestat à bord de tous types d’embarcations : canoë, kayak ou planche à rame. L’été, de nombreux enfants voguent à travers le Ried. L’occasion aussi de les sensibiliser à la protection de la nature.

Un groupe d’enfants se dirige vers la maison de la nature. Le thème de leur semaine : les Apaches. Photo : DNA

Un groupe d’enfants se dirige vers la maison de la nature. Le thème de leur semaine : les Apaches. Photo : DNA

Paul Frommer est le moniteur de la sortie. Il excelle dans le maniement de la pagaie et dans la sensibilisation des jeunes à l’écologie. Photo : DNA

Paul Frommer est le moniteur de la sortie. Il excelle dans le maniement de la pagaie et dans la sensibilisation des jeunes à l’écologie. Photo : DNA

Ils cachent bien leur jeu, ces marins juvéniles. Sur la rive de l’Ill, à la sortie de Sélestat, les enfants attendent patiemment l’embarquement. C’est un mardi gris, la pluie menace de tomber à tout moment. C’est aussi Mardi gras. La semaine organisée par la maison de la nature de Muttersholtz a pour thème « Les Apaches ». Mais les jeunes ne témoignent ni d’une grande motivation, ni d’un grand intérêt pour les vêtements des Amérindiens. À la question du moniteur « Est-ce que vous êtes motivés ? » c’est un oui collectif très timide que l’on entend. Aussi, ce sont plutôt les animateurs qui se sont parés d’une plume dans les cheveux ou d’un long poncho beige.

Des sportifs guident les enfants à travers l’Illwald

La balade en canoë est assurée par l’association sportive Cakcis. Le départ se fait donc de Sélestat pour rejoindre Muttersholtz en passant par Rathsamhausen et Ehnwihr. Deux heures durant, les embarcations voguent à travers la forêt de l’Illwald. On se faufile entre les buissons touffus et les branches de chênes ou d’aulnes.

Les enfants impressionnent à plusieurs égards. Certains sont formés au maniement de la pagaie depuis à peine un jour. Le groupe avance pourtant avec calme et maîtrise. Lorsque Paul Frommer demande le silence pour apprécier celui de la forêt, les jeunes marins d’eau douce s’exécutent. On entend alors le vent qui passe à travers un saule pleureur et le doux son des pagaies qui remuent l’eau.

Passé ce moment, où le temps paraissait suspendu à la quiétude du lieu, le moniteur entame une petite présentation sur le castor en Alsace. « Il fait 30 kilos en moyenne et a récemment été réintroduit dans la région car la population avait été décimée à l’époque de Napoléon. Pour affronter le froid russe, les soldats avaient besoin de vêtements chauds… », explique Paul Frommer.

L’occasion de sensibiliser aux enjeux écologiques

Par un jeu de questions-réponses, il arrive à conserver l’attention des enfants. « Avec des sorties comme celle-là, on peut joindre l’utile à l’agréable. On en profite donc pour sensibiliser les jeunes aux enjeux environnementaux », assure le moniteur.  

Une méthode dont les effets sont immédiats. Gabin et Théo passeront une bonne partie de l’après-midi à chercher les déchets qui stagnent à la surface de l’eau, au milieu des buissons ou des racines d’arbres.

Vers 16h30, les nettoyeurs de l’Ill font le bilan : « On a réussi à récupérer huit bouteilles, en plastique et en verre, une balle de tennis et un déodorant ! »

Une activité appréciée de tous les enfants

Nul doute que les enfants ont apprécié cette sortie. Pour Manon, c’est la meilleure activité proposée par la communauté de communes de Ribeauvillé. « Cela fait la sixième année que je choisis le canoë, le kayak et la planche à rame. J’aime bien la nature, et surtout être proche de l’eau », affirme la jeune fille au regard espiègle. 

Aux moments de calme, quasi studieux lorsque le moniteur décrit le régime des castors, succèdent des instants de jeu qui font le bonheur des petits. Ici, un moniteur crie « Attention ! Un caïman ! » et tous les canoës avancent soudain à une allure folle. Là, on provoque volontairement un embouteillage afin d’en profiter pour se mouiller les uns les autres. L’une des kayakistes commente en riant : « C’est Fast and Furious sur l’eau ! »

Mais les enfants ne sont pas les seuls à apprendre en s’amusant au cours de cette promenade fluviale en Alsace centrale. Les mômes ont, eux aussi, des enseignements à donner aux plus âgés. Souvent, cela passe par quelques énigmes obscures. L’un d’eux pose la question suivante : « Deux gardiens sont devant deux portes. La première donne accès au Paradis, tandis que l’autre mène en Enfer. L’un des gardiens ment constamment. L’autre dit toujours la vérité. Ne sachant pas quel homme se trouve devant quelle porte, comment peut-on, en posant une seule question, accéder au Paradis ? » 

La question aura troublé plus d’un adulte sur la fin du parcours. Aux lecteurs qui ne trouveraient pas la solution, il reste toujours une petite compensation : on trouve un petit morceau de paradis terrestre non loin de Sélestat. En embarquant sur un canoë dans la forêt de l’Illwald, on peut voguer dans le silence des cathédrales végétales. Il y a donc deux réactions possibles à cette petite devinette : certains pédalent dans la choucroute, tandis que d’autres pagaient sans l’ombre d’un doute.

Rédigé par ANAB

Publié dans #Infos à partager

Commenter cet article