Silène fleur de coucou /Lychnide fleur de coucou, Œil-de-perdrix

Publié le 13 Mai 2018

Silène fleur de coucou /Lychnide fleur de coucou, Œil-de-perdrix (Lychnis flos-cuculi )
Silène fleur de coucou /Lychnide fleur de coucou, Œil-de-perdrix (Lychnis flos-cuculi )

Silène fleur de coucou /Lychnide fleur de coucou, Œil-de-perdrix (Lychnis flos-cuculi )

Le Silène fleur de coucou est bien connu. Vous le rencontrez en ce moment dans  presque toutes les prairies humides exploitées de manière non intensive et les zones inondables. Il agrémente les prairies avec sa jolie fleur rose dont  les pétales sont très fins et échevelés.

Roland



Nom scientifique :
 Lychnis flos-cuculi  L., 1753  
ref Mnhn 106918 (à noter le changement du nom de référence  qui était autrefois Silene flos-cuculi)

 
Nom en dialecte et allemand : Kuckucks-Lichtnelke

Date de l’observation: 12 mai à Oermingen

Famille de plantes :: celle des  Caryophyllaceae, celle de l’œillet des fleuristes. La famille comprend 80 genres  et 2000 espèces, la plupart herbacées et disséminées sur l’hémisphère nord, le bassin méditerranéen en particulier.

Cette famille est homogène. les caractères les plus basiques sont :
Les feuilles opposées fixées sur des nœuds. Ce sont des épaississements d’anneaux de vaisseaux de la plante qui la rendent fragile à ces endroits.
La plupart des genres sont de symétrie 5 de symétrie axiale. Les pétales sont soudés comme chez le silène ou non.
Les graines, souvent recouvertes de picots,  sont contenues dans une capsule ouvrant avec des dents ou des fentes.


Type : herbe de milieu humide.

Hauteur: de 30 à 90 cm

Tige :   non rameuse dans le bas, collante aux nœuds

 

 

Fleurs et et feuilles de Silène fleur de coucou /Lychnide fleur de coucou, Œil-de-perdrix (Lychnis flos-cuculi )
Fleurs et et feuilles de Silène fleur de coucou /Lychnide fleur de coucou, Œil-de-perdrix (Lychnis flos-cuculi )
Fleurs et et feuilles de Silène fleur de coucou /Lychnide fleur de coucou, Œil-de-perdrix (Lychnis flos-cuculi )
Fleurs et et feuilles de Silène fleur de coucou /Lychnide fleur de coucou, Œil-de-perdrix (Lychnis flos-cuculi )

Fleurs et et feuilles de Silène fleur de coucou /Lychnide fleur de coucou, Œil-de-perdrix (Lychnis flos-cuculi )

Floraison: dès le mois d’avril  à août
Couleur des fleurs : fleurs de couleur rose vif dont les pétales sont découpés en lanières inégales de 15 à 25mm. Elles sont   disposées par groupes au bout de  divisions de la tige par deux. (cyme dichotomique). Le centre de la fleur forme une petite couronne ou coronule de 3mm en deux parties.
La fleur possède 5 styles et les sépales mesurent 6 à 9 mm.


Confusion possible : impossible, c’est la seule fleur rose  de ce type dans les prairies


Habitat: prairies humides, bas-marais et en montagne, dans toute l’Europe
Présente sur sols pauvres en calcaire.



Origine du nom : « lychnis  » dérive  du grec et latin « luchnis » et « lychnis », qui  désignaient ce type de plant et aussi la « lumière  » car certains silènes servaient à faire des mèches pour lampes, et 
du latin « flo » , « la fleur », et « cuculi », le « coucou »  car ces fleurs fleurissent au moment où arrive le coucou après sa longue migration.
A noter que c’est très voisin du nom allemand.



 Fruit : une capsule s’ouvrant par 5 dents et qui mesure 8 mm

Usages : rien trouvé

Médecine : n’était pas utilisé dansla pharmacopée traditionnelle.
Des brevets ont été récemment déposés sur cette plante qu aurait certaines vertus en dermatologie comme par exemple le ralentissement de la chute des cheveux.
)

Légendes :
En Angleterre  on croyait (voici bien longtemps) que si les enfants touchaient cette plante, ils pouvaient déclencher un orage !
Selon une autre coutume, les jeunes filles anglaises cueillaient plusieurs bourgeons de fleurs de coucou auxquelles elles donnaient le nom d’un garçon du village. Puis elles cachaient le bouquet sous un tablier. La première fleur qui s’ouvrait désignait le futur époux.



Texte et photos Roland Gissinger (Anab)


Sources bibliographiques voir index biodiversité

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région, #Fleurs roses

Commenter cet article

Roland 14/05/2018 10:57

Merci Christian, beaucoup de consommateurs se méfient des produits industriels. Attention comme tu le notes très justement avec cet exemple, les plantes et produits naturels ont leur toxicité selon les espèces.

Les usages pharmaceutiques notés dans nos rubriques sont presque toujours au conditionnel.

christian 14/05/2018 09:12

Dans les"Ressources médicinales de la flore française" Gabriel Garnier,L. Bezanger-Beauquesne,G. Debreaux,Edition Vigot 1961(page 404),Lychnis Flos-cuculi est citée pour son emploi en tisane dans un cas de rétention d'urine,mais ayant provoqué au bout de 8 jours de traitement,une néphrite hémorragique.
Donc une plante pas si anodine que ça.