Les prédateurs de la tique

Publié le 24 Juillet 2018

Comme personnes aimant la nature vous avez et êtes confrontés aux tiques.
Nous vous avons déjà informés sur la combinaison des risques avec les tiques
et un article général sur la maladie de Lyme suite à la conférence d'un spécialiste du sujet le Docteur Hartmann.

Nous sommes en été et le printemps a vu nombre de tiques apparaitre. La premère  mesure d'évitement est de porter des pantalons si possible fermés au bas et d'éviter les zones à hautes herbes . Les tiques attendent  au sommet des herbes, fougères en particulier, le moment ou un animal ou un humain passe pour s'accrocher à lui. Elles sont très résistantes au froid et à la pluie et nombreuses. Leur nombre était évalué à 146 nymphes pour 100 mètres carrés (2 à 4 fois votre salon)   dans les régions les plus infestées en  Alsace, 100 à 120 dans le Massif Central et en Normandie.
Il faut combiner avec le degré d'infestation par la bactérie Borelia car toutes les tiques ne sont pas contaminées et le taux varie selon les régions..

La deuxième protection est la pulvérisation d'un agent anti- tiques. Leur efficacité a été évaluée et prouvée tout récemment par Que Choisir dans son numéro de juin 2018.
Le produit le plus efficace est de marque "Insect ecran" si vous ne voulez pas ou ne pouvez pas acheter ce numéro.

 

L'article du jour  est extrait du site  maladie de Lyme dont nous ne pouvons que recommander la lecture. Il contient de nombreuses et très précises informations sur la maladie de Lyme, diagnostic, difficultés sur le diagnostic, répartition, ..La seule chose à regretter est que les informations contenues datent de 2015  et qu'il n'a pas été mis à jour.
Rolan
d


La population de tiques est régulée par des prédateurs parmi lesquels on compte les mammifères insectivores, certains oiseaux, des insectes et des acariens entomophages, voire même des lézards , crapauds ou des amphibiens.

Les mammifères insectivores d’Europe sont représentés par les musaraignes, les taupes et les hérissons, souvent eux-mêmes victimes de morsures de tiques. Les musaraignes semblent jouer un rôle principal comme prédateurs des tiques.

Certains oiseaux, comme des petits passereaux, se révèlent aussi être de grands consommateurs de tiques, notamment au moment où ils nourrissent leurs progénitures. Il n’est pas rare d’observer des étourneaux, occupés à débarrasser des bovins de leurs tiques ou d’insectes. La poule serait aussi une grande mangeuse de tique, elle pourrait ingurgiter jusqu’à 200 tiques en 3 heures quand elle est entourée de bovins ou de chèvres qui en sont infestés. D’autres espèces d’oiseaux assurent cette mission, comme le piqueboeuf à bec rouge et le piqueboeuf à bec jaune qui sont capables de manger plus de 12 000 larves de tiques ou une centaine de femelles gorgées de sang, tout cela en un jour.
 

 

Des insectes semblent aussi capables de manger une grande quantités de tiques, comme par exemple la guêpe parasitoïde ou certaines espèces de fourmis . Mais plus principalement, les espèces de carabes autochtones s’attaquent aux tiques.  Ces carabes et autres insectes préfèrent les tiques gorgées de sang à celle à jeun, sûrement en raison de leur plus grande teneur en protéines. Probablement aussi car les tiques sont plus vulnérables en muant dans la litière traversée, notamment par des carabes, que au sommet d’une brindille.

D’autres espèces rempliraient aussi cette fonction, notamment des araignées, lézards, crapauds et des insectes qui ne sont pas encore clairement définis.


 

Il y a aussi des microorganismes bactéries ou des champignons qui font partis des prédateurs de la tique. Ils ne les mangent pas, mais les infectes, par exemple, les champignons entomopathogènes. Ils se fixent sur la surface externe de son hôte (tique),et ont la forme de spores microscopiques (cellule ou ensemble de cellules). Ces spores se  multiplient si l’humidité et la température leur conviennent, puis ils traversent le corps de leur hôte ce qui provoque sa mort, peu de temps après. Les champignons peuvent modifier le comportement de la tique, comme par exemple dans le choix de leur hôte (mammifère). Plusieurs espèces de nématodes (ver) sont capables de tuer les tiques en les parasitant et en leur inoculant leurs bactéries symbiotes, qui infectent soit la nutrition, le développement, la reproduction ou bien l’immunité de la tique.

Donc la tique a de nombreux prédateurs, mais on peut observer une raréfaction des prédateurs au niveau de notre environnement. Les causes de cette disparition progressive sont principalement le réchauffement climatique, l’utilisation massive de fongicides et de pesticides.

Rédigé par ANAB

Publié dans #Infos à partager

Commenter cet article

Fruitsec 11/11/2019 17:49

merci