En ville, ces arbres dont on attend tellement…

Publié le 19 Février 2019

Liquidambar L. par Inge WULLWEBER, CC-by-SA Tela Botanica

Liquidambar L. par Inge WULLWEBER, CC-by-SA Tela Botanica

paru sur Telabotanica

Les arbres dans la ville, c’est tout simplement beau mais pas que…Tout le monde le sait, l’entend, le vit, une ville sans arbres serait insupportable ! Cet article vous est proposé par Corinne Bourgery, ingénieure agronome, urbaniste, experte-conseil en arboriculture ornementale.

Les arbres dans la ville, c’est beau mais pas que…

Tout le monde le sait, l’entend, le vit (en habitant ou traversant les villes, les bourgs et les agglomérations), une ville sans arbres serait insupportable ! Car au-delà de l’embellissement, les chers ligneux rendent de multiples services écologiques. Il est bon de rappeler que les arbres sont avant tout fort utiles pour le stockage du carbone (rôle de la photosynthèse permettant la séquestration du carbone sous forme de biomasse végétale durant toute la croissance de l’arbre). En 2014, W. Selmi alors à l’université de Strasbourg, démontrait que pour cette ville, l’ensemble de ses arbres stockait 128 000 tonnes de carbone en en capturant 3 700 tonnes par an. Il est bien évident que ce stockage varie considérablement en fonction des essences et des dimensions de l’arbre (par exemple, un sujet de 10cm de diamètre à 1,30m stockerait 19kg de carbone là où un autre de 110cm pourrait en stocker quelque 5 700kg…). Dans tous les cas, pas de doute quant au rôle de cette absorption de carbone pour contribuer à l’atténuation du réchauffement climatique.

 
 

Arbres et ilôts de chaleur

Un autre des rôles de plus en plus utiles au niveau de la ville dense, est assurément la lutte contre les îlots de chaleur (secteurs des villes où les températures ont, du fait du caractère très minéral du milieu, des valeurs supérieures de plusieurs degrés aux zones avoisinantes). Au sein de tels îlots, la différence de chaleur est souvent de plus de 4-5°C – voire jusqu’à 8°C en pleine canicule, comme celle de 2003 – entre la ville et la campagne alentour. La contribution des arbres pour lutter contre ces phénomènes de concentration de chaleur est double : à la fois par l’ombre directement procurée et par l’évapotranspiration des feuillages.
De récentes études ont permis de mesurer qu’un double alignement d’arbres d’une dizaine de mètres de haut pouvait diminuer jusqu’à 10°C la température sous couvert. De quoi améliorer significativement le confort de la rue et des habitants : en cela les arbres sont de véritables « bio climatiseurs » (un arbre adulte de grand développement et en bon état physiologique équivaudrait à 5 climatiseurs fonctionnant 20h/j, soit une économie de 11,4 kWh/j…).

Photographie de Barringtonia asiatica par Liliane Roubaudi, CC-by-SA Tela Botanica
Barringtonia asiatica par Liliane Roubaudi, CC-by-SA Tela Botanica

Arbres et diversité urbaine

La longue liste des « services écologiques » rendus par les arbres ne s’arrête pas là et dépasse les seuls bénéfices envers les humains. De nombreuses espèces animales, végétales et fongiques bénéficient également des habitats favorisés par la présence d’arbres en ville. Les peuplements ligneux urbains contribuent largement à la notion même de trame verte, se devant d’assurer de véritables continuités écologiques. Ces « corridors verts » assurant les connexions entre les divers sites plantés, participent à maintenir une nécessaire biodiversité. Cette dernière s’impose comme une sorte de garantie d’équilibre, seule susceptible de limiter les risques sanitaires et de maintenir un pouvoir d’adaptabilité des diverses espèces.
Alors bien sûr, l’actuelle biodiversité des villes « intra-muros » serait davantage une « biodiversité naturalisée » (à comparer à ce que serait une « biodiversité autochtone » faite de plantes indigènes, et telle que rencontrée dans les territoires plus ruraux).
La biodiversité des villes est domestiquée par l’homme qui a largement introduit des essences à des fins ornementales ou de services et des animaux de compagnie. Certaines de ces essences introduites sont même devenues invasives. Selon les sites et même en pleine ville, la « nature » reprend aussi ses droits en laissant place à des enfrichements mêlant flore indigène et essaimage de plantes exogènes…La « nature en ville » est aujourd’hui ce mélange très hétérogène.

Photo de Matricaire inodore, par Pierre Hémon, CC-by-SA Tela Botanica
Matricaire inodore, par Pierre Hémon, CC-by-SA Tela Botanica

Quelques mots sur l'auteure et l'article

Cet article a été rédigé par Corinne Bourgery, qui est ingénieure agronome, urbaniste, experte en arboriculture ornementale (CITARE – Conseil Ingénierie Technique pour l’Aménagement, les Arbres et l’Environnement). Elle est également membre du collège expert de la Société Française d’Arboriculture et du Groupement des Experts-conseil en Arboriculture Ornementale. Cet article s’inspire de l’article Comme un arbre dans la ville, paru dans le magazine Pour la science.

Cet article fait suite à l’appel à contribution sur le thème de l’arbre. Si ce thème vous inspire également, n’hésitez pas à nous faire part de vos articles à l’adresse mail suivante : apa@tela-botanica.org.

Si vous souhaitez allez plus loin sur le thème de l’arbre en ville, nous vous invitons à consulter et rejoindre l’espace projet Auprès de mon arbre. Vous pourrez ainsi communiquer sur la thématique, poser vos questions, partager vos actualités et échanger sur les forums.

Rédigé par ANAB

Publié dans #Changement climatique

Commenter cet article