Séneçon jacobée, Séneçon de Jacob, Herbe de saint Jacques,

Publié le 7 Juin 2020

Séneçon jacobée, Séneçon de Jacob, Herbe de saint Jacques, (Jacobea vulgaris)
Séneçon jacobée, Séneçon de Jacob, Herbe de saint Jacques, (Jacobea vulgaris)
Séneçon jacobée, Séneçon de Jacob, Herbe de saint Jacques, (Jacobea vulgaris)

Séneçon jacobée, Séneçon de Jacob, Herbe de saint Jacques, (Jacobea vulgaris)

Voici une plante souvent vue en cette saison et pas toujours facile à identifier. J’ai essayé de vous donner des critères simples. Les éleveurs de chevaux la redoutent car elle est toxique pour les chevaux comme les autres séneçons.
Roland


Nom scientifique : Jacobaea vulgaris Gaertn., 1791


Nom commun dialecte / allemand :Jacob Greiskraut

Origine du nom : le
nom « jacobus» dérive  du prénom latin «jacobus  », qui signifie « jacob » et du latin   « vulgaris  » , commun.
Le nom « séneçon » dérive  du mot latin «senex », qui signifie vieillard, à cheveux blancs (souvent) comme les longs filaments blancs de ses graines.
Ce séneçon, autrefois Senecio jacobea,  a changé de nom en 2005, après des études approfondies génétiques et chimiques. Il forme un genre différent à part entière, Jacobea d’une quarantaine d’espèces.


Date de l’observation:  5 juin à Siltzheim


Famille de plantes : celle de la marguerite, du bleuet, du pissenlit, des centaurées. (Famille des Astéracées anciennement Composées). Cette famille de plantes est particulière car la fleur est en fait un ensemble de fleurs réunies en une tête serrée, on dit un capitule. C’est une famille de plantes très évoluée. Elle se signale aux insectes comme une grande et seule fleur. L’insecte visite plusieurs fleurs sur chaque capitule et plusieurs capitules. Les fleurs sont souvent munies d’aigrette ou parachute que le vent transporte au loin. Le nombre de fleurs et les aigrettes donnent de grandes facultés de dissémination. L’occupation des sols par ces plantes est plus rapide que la plupart des autres plantes. C’est pourquoi aussi de nombreuses astéracées, d’origine « exotique », sont considérées comme invasives.
Ce séneçon appartient à cette très grande famille de plantes astéracées qui couvre toute la planète avec ses 23000 espèces

Les caractères distinctifs des séneçons sont :
- plantes sans épines
- ensemble des bractées (petites feuilles sous le capitule) sur un seul rang ou avec quelques bractées formant un calicule.
 Un caractère distinctif et très présent  est que l’extrémité des bractées se termine par une pointe noire ou très foncée.
- fleurs jaunes
- akènes avec aigrette



Catégorie: Plante vivace ou bisannuelle, hémicryptophyte (plante aérienne dont les bourgeons persistent  au niveau du sol pendant l’hiver). La souche est courte.
           
Hauteur: 30  à 100 cm

Tiges et racines: tige rameuse dans le haut et à souche courte sans stolons contrairement à Jacobea erucifolius, souvent en touffe.


Feuilles: sont de deux types, les supérieures sont à divisions étalées et à angle droit. Les feuilles sont  glabres mais le dessous est blanc,  avec de très fins poils (aranéeuses). Les feuilles inférieures sont lyrées : leur lobe terminal est un losange-ovale plus grand que les autres. Elles disparaissent à la floraison.

 

Fleurs et tige florale de Séneçon jacobée, Séneçon de Jacob, Herbe de saint Jacques, (Jacobea vulgaris)
Fleurs et tige florale de Séneçon jacobée, Séneçon de Jacob, Herbe de saint Jacques, (Jacobea vulgaris)
Fleurs et tige florale de Séneçon jacobée, Séneçon de Jacob, Herbe de saint Jacques, (Jacobea vulgaris)

Fleurs et tige florale de Séneçon jacobée, Séneçon de Jacob, Herbe de saint Jacques, (Jacobea vulgaris)

Floraison: de mai  à septembre
 
Couleur: jaune, fleurs ligulées (de 12 à 15 par capitule) à l’extérieur et les fleurs tubulées au centre du capitule. Elles sont regroupées en capitules de 15 à 20 mm de diamètre  formant un corymbe  à l’extrémité des tiges.
point particulier les ligules sont larges. Les petites feuilles ou bractées qui entourent les capitules sont appliquées, parallèles et terminées par une pointe lancéolée noire. Un petit calicule de 2  bractées est situé sous ces bractées.

Confusion :
Peut se confondre avec de nombreuses autres astéracées jaunes radiées et les autres séneçons.
Cette plante a été pour moi difficile à distinguer des autres en particulier de Jacobea erucifolius. Certains critères ne sont pas francs comme celui de la forme des feuilles et des poils des aigrettes. Pour preuve, ces critères sont retenus dans certaines flores et pas dans les autres, car peu discriminants.

Pour résumer les critères les plus marquants

 

Séneçon jacobée
(Jacobea vulgaris)

Séneçon à feuilles de roquettes (Jacobea erucifolius)

Capitules de 15 à 20 mm

Capitules de 13 à 15 mm

Bractées appliquées et glabres

Bractées velues

Une tige

Une touffe, des stolons

Feuilles à segments perpendiculaires

Feuilles à divisions inférieures en oreillettes- grisâtres

Akènes velus sauf ceux de la périphérie glabres ou très peu velus

Akènes pubescents


 
 
Fruits :  les fruits sont des akènes de 2 mm velus  prolongés par une aigrette de soies blanches de 3 mm qui se détachent aisément.
Les akènes de la périphérie sont glabres ou très peu velus. Ce caractère est l’un des plus discriminants  pour certains botanistes.

Habitat: bords des chemins, prairies, pâtures, lisières forestières. Préfère les milieux calcaire ou neutre.


Protection : cette plante est très commune. En Amérique elle est considérée comme un fléau et comme une plante invasive. C’est une plante  dont l’expansion  est très rapide et qui  élimine les plantes locales. Ceci provient de l’absence de ravageurs spécifiques dans le pays envahi !
A noter qu’en Europe nous subissons le Sénéçon du Cap,
Senecio inaequidens, une invasive redoutable.

Ecologie : sert de casse croûte en Europe à de plusieurs chenilles d’insectes comme l’Ecaille de sang (Tyria jacobea) voir les photos et d’autres papillons de nuit  comme des géométridés..

Utilisation alimentaire
: : aucune car il contient des substances toxiques


Utilisation médicinale et toxicité :
Propriétés rafraîchissantes, adoucissantes pour la peau et le système digestif.

Etait utilisé contre les inflammations : piqûres, œdèmes, angines


Ce Séneçon est toxique. Il est très toxique pour les chevaux, porcs et les bovins. Il provoque une nécrose du foie.
Il est même mortel à partir de 40 g/ kg de poids soit 24 kg de plantes- de ce séneçon frais pour un cheval de 600 kg.  Les cas d’intoxications sont très rares car son amertume provoque un refus de broutage.
Les substances toxiques restent actives dans le foin d’où la recherche de ces composants dans le lait.

La toxicité envers les humains n’a pas encore était clairement établie. Des contrôles réguliers sont réalisés sur les miels et les préparations pour tisanes afin de doser les quantités de ces toxiques.

Les substances toxiques  sont des Alcaloïdes pyrrolizidiniques : la sénécionine, jacobine et jacozine. Il  diffère du
Séneçon à feuilles de roquettes par l’absence de l’alcaloïde érucifoline.

Comme toujours, les alcaloïdes sont toxiques dans un usage courant. Ils peuvent être des médicaments dans d’autres cas.
Dans les alcaloïdes on trouve des anti tumoraux, anticancéreux (taxol) des antiparasitaires, antiviraux, antidiabétiques, analgésiques (morphine, codéine).


 

Texte et photos Roland Gissinger (Anab)



Sources bibliographiques voir index biodiversité
https://de.wikipedia.org/wiki/Jakobs-Greiskraut
https://en.wikipedia.org/wiki/Jacobaea_vulgaris


d'autres séneçons:
 

Jacobaea aquatica

Sénéçon aquatique

Senecio inaequidens

Séneçon du Cap, Séneçon sud-africain

Senecio viscosus

Sénéçon visqueux

Senecio vulgaris

Sénéçon vulgaire, commun

Chenilles de Goutte-de-sang , Carmin (Tyria jacobaeae) sur du Séneçon jacobrée (Jacobea vulgaris)
Chenilles de Goutte-de-sang , Carmin (Tyria jacobaeae) sur du Séneçon jacobrée (Jacobea vulgaris)

Chenilles de Goutte-de-sang , Carmin (Tyria jacobaeae) sur du Séneçon jacobrée (Jacobea vulgaris)

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région, #Fleurs jaunes

Commenter cet article

Bernard_W68 07/06/2020 12:25

Ça va se stabiliser un jour ce changement de nom !?

ANAB 07/06/2020 14:51

Bernard, merci de ce commentaire. Oui ces changements sont un peu fatigants.

Le Melilot était Melilotus, est devenu Trigonella voici 5 ans puis est redevenu Melilotus!!

Les changements vont encore durer mais vont diminuer.Les analyses génétiques permettent de tracer les lignées des familles et espèces; Donc, de moins en moins de surprises.
Les historiens remettent aussi certains noms en question puisque la règle du premier nom défini est impérative.