Hercule Poirot mène l'enquête mycologique sur le gang des Tuburia (épisode4)

Publié le 24 Octobre 2020


Enquête fongique, au cœur de la brigade d’investigation des champignons  épisode4

Identifier un champignon n’est pas chose aisée au premier abord et c’est pourtant une démarche essentielle pour éviter toute fâcheuse méprise qui peut devenir fatale si on consomme un champignon toxique ou mortel.

Repartons à nouveau en immersion avec Hercule Poirot affecté pour un temps à  la BIC, Brigade d’Investigation des Champignons. Après nous avoir indiqué la méthodologie d’investigation, il va  emmener nos journalistes directement sur une nouvelle scène de « crime ». L’automne est la saison où en principe la criminalité fongique augmente et les enquêteurs sont sur le pied de guerre.

L’enquête a débuté avec une personne qui a signalé à la brigade l’apparition soudaine d’un gang de petits champignons bruns en forêt de feuillus

Hercule Poirot mène l'enquête mycologique sur le gang des Tuburia (épisode4)

Arrivé sur la scène du « crime », notre enquêteur sécurise tout de suite le lieu afin de mettre en place la méthode de l’entonnoir ou méthode SAPE (scène-arme-portrait-empreinte), resserrer l’étau sur les suspects pour les faire avouer.

 

La scène du crime

 

Ici la scène du crime est au sol, sur des débris de feuilles et de branches, dans une forêt de feuillus à dominante chêne et hêtre. Nous sommes le 12 octobre 2020 à Zetting. Le témoin, peu rassuré par tous les membres de ce gang, craint pour la quiétude de sa promenade sylvestre. Quel est ce nouveau gang qui a fait main basse sur le territoire forestier ?

L’enquêteur sait par avance que les gangs des petits champignons bruns ne sont pas faciles à appréhender.

 

L’arme du crime, où comment le champignon se nourrit

 

Un champignon qui pousse directement sur du bois et des débris est nécessairement un champignon saprophyte. Ça permet déjà d’éliminer des suspects comme les cortinaires, les inocybes et d’autres, qui eux sont mycorhiziens.

 

Le portrait robot

 

Il voit ici des petits champignons brun à orange, de morphologie classique pied/chapeau de petite taille, quelques centimètres, sans odeur particulière, de saveur douce.

lames non-libres espacées, avec  lamelles décurrentes

lames non-libres espacées, avec lamelles décurrentes

L’examen des lames montre qu’elles sont non-libres, donc elles touchent le pied. Elles sont espacées, avec la présence de lamelles (des lames qui partent du chapeau et ne touchent pas le pied). L’enquêteur  constate même qu’elles sont légèrement décurrentes, c’est-à-dire qu’elles descendent sur le pied. Un point lui tape tout de suite à l’œil c’est la forme arquée de ces lames, concave. Peu de champignons possède ce type de lames, uniquement les genres Deconica et Tubaria

L’examen des voiles ne montre pas la présence de voile au niveau du pied mais des restes de voile partiel sous forme de plaques sur la marge du chapeau. C’est un indice supplémentaire qui l’oriente vers Tubaria

 

Sporée ocre
Sporée ocre

Sporée ocre

 

Les empreintes

 

L’empreinte des spores, plus précisément leur couleur, est une clé essentielle pour identifier le suspect. L’empreinte ici est ocre. Ça conforte l’intuition de l’enquêteur qu’il est dans le genre Tubaria. C’est le seul genre de champignon à lames décurrentes qui a une couleur de sporée ocre.

Sporée ocre

Sporée ocre

Faire appel à la police scientifique

 

Les membres du gang des tubaires sont très difficiles à identifier entre eux et l’aide de la police scientifique est nécessaire. Leur examen nous montre des spores de 8 à 10 micron et surtout des cystides en forme de bouteilles (lagéniformes) et cylindriques. Chez d’autres tubaires, les cystides n’ont pas cette morphologie. Les cystides sont des cellules stériles présentes dans les lames des champignons.

spores de 8 à 10 micron et surtout des cystides en forme de bouteilles (lagéniformes) et cylindriquesmicroscopie x 1000- Tubaria furfuracea
spores de 8 à 10 micron et surtout des cystides en forme de bouteilles (lagéniformes) et cylindriquesmicroscopie x 1000- Tubaria furfuracea

spores de 8 à 10 micron et surtout des cystides en forme de bouteilles (lagéniformes) et cylindriquesmicroscopie x 1000- Tubaria furfuracea

Fin de l’enquête : rédiger son procès-verbal, sortir les codes en vigueur et mettre le suspect en garde à vue

 

Quand il dispose de tous ces éléments, l’enquêteur se plonge dans un guide d’identification, et surtout à jour. Le guide actuel le plus à jour est celui de Guillaume Eyssartier et Pierre Roux, édition 4 (GEPR dans le jargon des enquêteurs). Le bon enquêteur aura tout d’abord consigné dans un procès-verbal tous les éléments recueillis sur le terrain, avec photos à l’appui, sans oublier les éléments transmis par la police scientifique. Comme Hercule Poirot, l’enquêteur de la BIC a toujours son carnet avec lui pour noter tout élément d’enquête. Même le détail qui semble le plus insignifiant a son importance.

Il a ici tous les éléments pour identifier le suspect et appréhender le gang.

 

Conclusion de l’enquête

 

Avec ces éléments, il fait la conclusion;
c’est bien un membre du gang des tubaires, et plus précisément la Tubaire furfuracée.

 

Nom scientifique du champignon:  Tubaria furfuracea (Persoon) Gillet (1876)

Nom commun : la Tubaire furfuracée.

Comestibilité : non comestible

 

Un dernier mot de l’enquêteur

 

L’enquêteur nous a montré ici qu’il est indispensable d’avoir une bonne méthodologie et de se poser les bonnes questions, dans un bon ordre, pour réaliser une juste appréhension du suspect. De façon générale, l’enquêteur rappelle que les petits champignons bruns sont toujours très difficiles à identifier et qu’il faut une solide expérience. Dans tous les cas, la méthode SAPE permet de progresser avec justesse.

 

Texte, photos, et bibliographie : Gilles Weiskircher (Anab)


Enquêtes précédentes

Mieux que Sherlock Holmes, la traque pour l'identification d'un champignon épisode 1
Plus fort que Nestor Burma, la traque pour l'identification d'un champignon épisode 2
Plus fort que Columbo, la traque pour l'identification  d'un champignon épisode 3
Hercule Poirot mène l'enquête mycologique sur le gang des Tuburia (épisode4)

Rédigé par ANAB

Publié dans #champignons

Commenter cet article

doudou50 25/10/2020 14:55

j'adore ces enquêtes.... et vais finir par me passionner pour les champignons ....comestibles ou pas!

ANAB 25/10/2020 18:14

merci doudou50,

Gilles à l'art de nous tenir en haleine avec ses enquêtes dans les gangs mycologiques.

Nous attendons la suite...

Gérard 24/10/2020 18:42

Sacré Poirot ! Ah, ce belge ... il en remontre à plus d'un français! Et pas seulement une fois, savez-vous !

ANAB 26/10/2020 08:33

jouer avec ses pieds= perdre patience

sucer de son pouce= deviner

Bizarres nos amis belges mais nous, nous avons aussi nos expressions farfelues. Ne trouvez-vous pas que "pousser mémé dans les orties", c'est méchant, et pire, comme "jeter le bébé avec l'eau du bain". Ces français sont féroces avec les personnes fragiles!

Roland

Roland 24/10/2020 19:03

Excellent Gérard, d'accord avec toi,
Ce Poirot n'a pas joué avec nos pieds et nous pour ces tubaires on ne pouvait pas les sucer de notre pouce. (expressions belges, traductions suivront)

Martine 24/10/2020 17:13

Bonjour Gilles,
Un tout grand merci encore pour cette nouvelle aventure !
Dans ton approche, tu donnes une grande importance,dès le début, à la distinction entre champignons saprophytes et mycorhiziens.
Existe-t-il une liste exhaustive des champignons saprophytes d'une part, mycorhiziens d'autre part ?

Gilles Weiskircher 24/10/2020 22:35

Bonjour Martine.
Il n'existe pas ce type de liste, en revanche selon le genre on peut définir sa trophie, même s'il y a quelques fois des exceptions et aussi des groupes pour lesquels il y a encore débat.
Dans tout bon guide la trophie fait partie des éléments descriptifs du champignon

croliquette 62 24/10/2020 10:15

bonjour , merci pour ce partage , bon samedi , amitiés annick

Gilles Weiskircher 24/10/2020 22:33

Merci Croliquette pour vos encouragements. Je vous souhaite également un bon dimanche

Martineke 24/10/2020 07:01

Extra, cette nouvelle enquête qui dévoile qulques indices pour mieux repérer ces sacrés Tubaria. Ah ! Ces pcb, quelle affaire ! Bon week-end Gilles.

Gilles Weiskircher 24/10/2020 22:32

Merci Martine d'apprécier l'enquête