Les amours secrets du Chêne pédonculé ou Gravelin

Publié le 9 Mai 2021

Chêne multicentenaire du village de  Harskirchen (67), tronc et feuille de Chêne pédonculé, Gravelin (Quercus robur )
Chêne multicentenaire du village de  Harskirchen (67), tronc et feuille de Chêne pédonculé, Gravelin (Quercus robur )

Chêne multicentenaire du village de Harskirchen (67), tronc et feuille de Chêne pédonculé, Gravelin (Quercus robur )

 Nous n’avons pas encore parlé de cet arbre connu de  tout le monde par ses fruits, les glands. Aujourd’hui nous nous concentrerons sur l’aspect floraison et reproduction du chêne pédonculé.  Par expérience, je sais que peu d’entre vous connaissent  ou ont déjà vu ses fleurs mâles et femelles même si cet arbre vous  est très commun.
Roland




Nom scientifique  Quercus robur L., 1753

Origine du nom: du celtique « kaër quez » qui signifie, bel arbre et de « robur », force, impression  qui domine en regardant l’un de ces arbres en pleine maturité.
L’adjectif « pédonculé »  associé au nom Chêne provient du fruit. Le gland de ce chêne est relié au rameau par une longue tige contrairement à d’autres chênes comme le Chêne sessile.

Autres noms communs : Chêne rouvre (nom utilisé à La Réunion voir site INPN)  , Chêne commun, Chêne d’Angleterre, Chêne blanc, Chêne à grappe, Chêne mâle, châgne...

Nom commun dialecte / allemand: Eiche /
Stiel-Eiche, Sommer-Eiche

Nom anglais :  Pedunculate Oak


Date de l’observation: le  11 mai  à Harkirchen(67)
 


Famille de plantes :  celle des fagacées, famille de plantes qui contient moins d’une dizaine de genres dont le hêtre, le chêne, le châtaigner, mais pas moins de 900 espèces. En France il n’existe qu’une sorte de hêtre et de châtaignier mais une dizaine de sortes de chênes.

Catégorie: arbre droit, élancé au tronc court,  houppier globuleux et imposant avec de grosses branches tortueuses, bourgeons ovoïdes.

Dimensions: mesure de  25  à 35 m et jusqu’à 40m en hauteur et jusqu’à 5 mètres de circonférence pour des sujets exceptionnels

Durée de vie : l’âge forestier auquel sont coupés ces chênes est de 80 à 150 ans. Sa longévité est de 500 ans et quelques exemplaires européens ont plus de 1 000 ans (par exemple Le Chêne de Kongeegen  au Danemark).  
Chaque région comporte des chênes d’exception comme chez nous ceux de Hirschland, Harskirchen,  Rimsdorf, Herbitzheim, Domfessel dont nous parlerons un jour et  qui ont entre 250 et 400 ans.

Tronc : écorce crevacée, épaisse avec des fissures verticales à section triangulaire. Elles apparaissent sur les arbres après 20  à 30 ans

Tiges et racines:
souche  sans drageons



Feuilles: de 5 à 12 cm de long pour 3 à 10 de large, molles, caduques, alternes, simples, lobées. Les feuilles ont 8 à 10 lobes, un pétiole court et sont presque sans poils.

Fleurs mâles de Chêne pédonculé, Gravelin (Quercus robur )
Fleurs mâles de Chêne pédonculé, Gravelin (Quercus robur )
Fleurs mâles de Chêne pédonculé, Gravelin (Quercus robur )
Fleurs mâles de Chêne pédonculé, Gravelin (Quercus robur )

Fleurs mâles de Chêne pédonculé, Gravelin (Quercus robur )

Fleurs femelles de Chêne pédonculé, Gravelin (Quercus robur )
Fleurs femelles de Chêne pédonculé, Gravelin (Quercus robur )

Fleurs femelles de Chêne pédonculé, Gravelin (Quercus robur )

Glands de Chêne pédonculé, Gravelin (Quercus robur )
Glands de Chêne pédonculé, Gravelin (Quercus robur )

Glands de Chêne pédonculé, Gravelin (Quercus robur )

Floraison: fin avril à mai et juin pour certains. Les arbres commencent à avoir des floraisons très tard et seulement tous les deux ou trois ans.
Les chênes possèdent des fleurs mâles et femelles séparées et sont donc monoïques contrairement à de nombreux arbres fruitiers (, pommiers, poiriers, amandiers) et à la plupart des plantes herbacées qui sont hermaphrodites (marguerite, tulipe, coquelicot…).
Ces fleurs issues de bourgeons floraux n’apparaissent sur  ce chêne que vers l’âge de 40 à 50 ans et même 20 ans plus tard s’ils sont en peuplements denses.

Fleurs mâles :
ce sont les plus faciles à observer. Elles sont groupées en chatons de couleur vert tendre qui pendent et mesurent 2 à 9 cm. Ces tiges florales émergent de cônes de bractées brunes écailleuses (voir photo).
Chaque chaton est formé de groupements successifs  d’étamines  (7 en moyenne). Les sacs polliniques des étamines sont situés à l‘extrémité d’une tige courte. (= le filet). De nombreuses plantes disposent d’un transporteur de pollen  spécialisé  comme un insecte qui livre à domicile  le pollen d’une autre plante de la même espèce.
Pour compenser l’absence d’un pollinisateur animal et précis, les étamines du chêne émettent de très grosses quantités de grains de pollen. Ils sont  portés par le vent au hasard pour rencontrer des fleurs femelles sur un autre chêne de la même espèce.

Fleurs femelles :
Elles apparaissent juste après  les feuilles et sont groupées sur des chatons au bout des jeunes rameaux. Les fleurs sont portées sur l’extrémité d’un long pédoncule, dressé vers le haut. , de 3 à 10 cm. Ce critère est  caractéristique de l’espèce Chêne pédonculé.
Ces fleurs groupées, par 1 à 4,  sont rouges et très petites, 1 ou 2  mm si bien qu’il est difficile d’y distinguer les éléments habituels des fleurs, périanthe, styles. Avec une bonne loupe vous pourrez observer l’extrémité formée par les 3  stigmates rouges et visqueux. Ils vont collecter les grains de pollen d’autres chênes portés par le vent et permettre la fécondation puis la formation du fruit. Quand le fruit grandit, il est possible de  distinguer à sa base de petites feuilles en losange ou écailles imbriquées les unes dans les autres.

Fruits: de 2 à 3 cm, appelés glands comme chacun sait. Ils sont formés de deux parties : un réceptacle en forme de coupe ou cupule masquant 25 à 50% du gland. La cupule est couverte d’écailles  imbriquées, soudées à elle. Il faut 4 à 5 mois pour que le gland arrive à maturité (septembre- octobre).
Le gland contient l’embryon du chêne et deux cotylédons bourrés de réserve qui vont permettre dans de bonnes conditions de sol et d’humidité,  le développement des deux premières feuilles  puis de l’arbre.
Les glands sont disséminés par les animaux, écureuils et geais en particulier qui en font des réserves dans le sol, sans toujours mémoriser le lieu. Les forestiers disent entre eux du geai que c’est le meilleur collaborateur de l’ONF (Office National des Forêts) car le plus grand planteur de chênes. En ces temps de budget raccourci c’est encore plus vrai car sa valeur marchande est bien supérieure à celle de la majorité  des arbres de nos forêts

Habitat: ce chêne est une espèce rustique qui s’adapte à de nombreux milieux comme  des sols frais, humides et profonds, plaines alluviales inondées, sols sablonneux, sables acides. Ce chêne se développe jeune au soleil mais aime bien l’humidité et végète sur les sols trop secs. Il couvre 40% des forêts selon l’ONF., ce qui me semble beaucoup.

Confusion possible : oui avec le Chêne sessile, glands à pédoncule très court,

 

Utilisation : bois de première qualité dont il existe de nombreux usages. Il faudra en reparler.
 

Texte et photos Roland Gissinger (Anab) Relecture Bernard Weinzaepflen (Anab)




Sources bibliographiques voir index biodiversité

https://en.wikipedia.org/wiki/Quercus_robur
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%AAne_p%C3%A9doncul%C3%A9

Le chêne est un allogame strict, étude CIRAD- thèse de doctorat
Toutes les espèces de chênes du Monde ou presque et leur classification
Classification des chênes par la génétique Denk, Grimm, all  25/7/2017  (en anglais)

Rédigé par ANAB

Publié dans #Arbres, #Biodiversité de notre région

Commenter cet article

Claude 13/05/2021 08:33

Petits complémént sur la génétique géniale des chênes sous https://fr.kremer-antoine.com/

Roland 14/05/2021 11:21

Merci pour nos lecteurs Claude de ce complément

michel 13/05/2021 08:16

ce chêne est il mellifère ? merci pour votre réponse de très belles photos et commentaires précis

Roland 14/05/2021 11:20

Merci beaucoup Claude de cette question et commentaire.
A ma connaissance seul le chêne vert est mellifère.

Par ailleurs, ce chêne Quercus robur, chêne pédonculé est cité dans la liste des plantes mellifères wikipedia , sans aucune action ou pouvoir mellifère :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_plantes_mellif%C3%A8res_en_Europe

GMF 10/05/2021 17:55

Superbes photos...Malgré des années passées sous des chênes, je n'avais encore pas vu ses fleurs femelles d’aussi près ! Attention aux noms communs :
Le Rouvre, "petraea", n'est pas un "robur" - Le Blanc est plutôt un pubescent, quant aux communs ou à grappes ?
Dans le langage forestier, on utilise, lors des opérations sylvicoles, le nom "chesnot", quelle que soit l'espèce ?
Il existe > de 200 espèces de quercus + les hybrides : de quoi faire une tournée ANAB pour les reconnaître !

ANAB 10/05/2021 18:39

merci beaucoup GMF de tes remarques judicieuses et compliments.
Pour les noms communs selon les régions ils sont très différents et peuvent être contraires. Les noms repris dans l'article figurent dans des articles ou documents relatifs à notre Quercus robur!! Donc cela confirme que c'est mieux de s'en tenir au nom scientifique, les noms communs sont générateurs de doute et d'erreur.


Roland

BernardW68 09/05/2021 12:00

Je me demande si la fructification des chênes d'une même région a lieu en même temps, ou
si c'est un phénomène individuel ?
Belles photos.

Roland 09/05/2021 17:09

Bonne question cher BernardW68.
La réponse est oui. Ce phénomène souvent circonscrit à une région donnée, est appelé "masting". Il est destiné à améliorer les chances de fécondation d'une espèce. Il alterne avec des années de faible reproduction.
C'est valable pour le chêne mais aussi pour d'autres espèces végétales et animales;

voir aussi
https://prosilva.fr/files/brochures/brochure_Comprendre_les_glandees.pdf