La manifestation prévue aujourd'hui est reportée au samedi 16 janvier

Publié le 28 Novembre 2015

La manifestation prévue aujourd'hui est reportée au samedi 16 janvier

Après avoir lancé une pétition papier et sur le site internet change.org, qui a recueilli près d’un millier de signatures, le « collectif anti-amiante du Pays de Niederbronn » invite à manifester contre le projet, samedi 16 janvier 2016 à 14 heures, au départ de la gare de Niederbronn-les-Bains pour se rendre devant la mairie.

La manifestation prévue initialement aujourd'hui a été annulée par le préfet du Bas-Rhin comme toutes les autres manifestations sur la voie publique...

La manifestation prévue aujourd'hui est reportée au samedi 16 janvier

Lire également ci-dessous :

Dépôt d’amiante :

avis favorable du commissaire enquêteur

Le commissaire enquêteur a émis un avis favorable à la création d’un dépôt d’amiante à Niederbronn-les-Bains, en Alsace du Nord. En attendant la décision du préfet, un collectif d’opposants au projet organisera une manifestation samedi 16 janvier à 14 h.

L’entreprise Sotravest souhaite enfouir 150 000 tonnes de cloisons en fibrociment, briques réfractaires, panneaux d’isolation, sur un terrain de 11 hectares situé dans le Parc naturel régional des Vosges du Nord. PHOTO DNA - FRANCK KOBI

L’entreprise Sotravest souhaite enfouir 150 000 tonnes de cloisons en fibrociment, briques réfractaires, panneaux d’isolation, sur un terrain de 11 hectares situé dans le Parc naturel régional des Vosges du Nord. PHOTO DNA - FRANCK KOBI

Il a rendu sa copie au préfet mercredi 18 novembre. Après un mois d’enquête publique, le commissaire enquêteur Gérald Cantonnet s’est prononcé en faveur du projet de création d’un dépôt d’amiante à Niederbronn-les-Bains, porté par la société Sotravest.

En l’absence de ce type d’équipement dans le Bas-Rhin, l’entreprise emmène ses déchets à Nancy ou Châlons-en-Champagne. Sur une friche dont elle est propriétaire, elle ambitionne d’enfouir 150 000 tonnes de matériaux amiantés issus des chantiers de démolition et un million de tonnes de gravats en trente ans ( DNA du 23 octobre).

« L’équivalent de six gymnases remplis d’amiante »

« 150 000 tonnes d’amiante c’est l’équivalent de six gymnases complètement remplis ! » comparent Evelyne Fuchs, présidente de l’association de défense de l’environnement Heron, et Victor Vogt, conseiller communautaire du Pays de Niederbronn-les-Bains, qui mènent la fronde.

Depuis plusieurs mois, le dossier divise. D’un côté, l’Autorité environnementale, le Parc naturel régional des Vosges du Nord et le conseil municipal de Niederbronn-les-Bains ont émis un avis favorable. De l’autre, la commune de Reichshoffen dont les premières habitations se trouveraient à quelques centaines de mètres du site, et celle d’Oberbronn ont émis un avis défavorable.

Élus et particuliers ont pu s’exprimer dans le cadre de l’enquête publique menée du 21 septembre au 23 octobre. « Cette enquête met, avant tout, en exergue le problème du stockage d’amiante lié dans la région, indique Gérald Cantonnet dans ses « conclusions motivées ». […] Pour les entreprises du territoire, il est indispensable au risque d’assister à un éparpillement d’un matériau qui doit être maîtrisé et contrôlé, de définir un lieu pour stocker les déchets venant des chantiers de démolition. »

Un bassin de décantation et la plantation de végétaux

Selon ce lieutenant-colonel à la retraite, « l’importante différence entre l’amiante lié et l’amiante libre n’est pas toujours comprise par le public ». Malgré les sollicitations du commissaire enquêteur, l’entreprise Sotravest a refusé d’expliquer ces différences techniques en organisant une réunion publique. « L’entreprise s’est privée de la possibilité de balayer les craintes et les idées préconçues en laissant aux opposants toute latitude pour faire passer leur message », estime Gérald Cantonnet.

« Ce n’est pas le bon endroit ! », insistent, depuis des mois, les membres du collectif anti-amiante redoutant la dispersion de fibres dans l’air, « si les sacs se déchirent en raison de l’empilement successif de ces déchets ». «

L’emplacement géographique du site n’est pas de nature à créer des risques sanitaires pour la population », assure cependant Gérald Cantonnet dans son rapport. « Il n’y aura pas d’opération de conditionnement sur place, les emballages arriveront déjà constitués et fermés, donc pas de poussière en suspension ».

Les opposants redoutent également une pollution des sols et des rivières. Là encore, le commissaire enquêteur estime que « les contraintes environnementales imposées et acceptées par Sotravest, éviteront d’impacter la faune et la flore du site ainsi que la biodiversité de la zone ».

Il demande cependant la création d’« un bassin de décantation des eaux et des boues […], en aval de la zone de dépôt et en amont de la zone humide » dont la délimitation devra être confirmée. Il demande également qu’une « haie, hébergeant la pie-grièche […] soit conservée en l’état ».

Pour le paysage, il recommande notamment la plantation de « végétaux à croissance rapide » afin de « mieux occulter le dépôt depuis le village d’Oberbronn ». Il propose également aux autorités « de prescrire deux analyses de mesure d’amiante avant la mise en activité » puis d’effectuer des analyses semestrielles dont les résultats pourront « être envoyés aux entreprises installées dans la même zone » où travaillent plusieurs centaines de personnes.

C’est maintenant l’avis du conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques (Coderst) qui est attendu. Le préfet devrait rendre sa décision au début de l’année prochaine

DNA-Geneviève Lecointre (27/11/2015)

Rédigé par ANAB

Publié dans #Pollution-pesticides

Commenter cet article