Le Laiteron rude, Laiteron piquant

Publié le 3 Novembre 2015

 Fleurs et feuille du Laiteron rude, Laiteron piquant (Sonchus asper )
 Fleurs et feuille du Laiteron rude, Laiteron piquant (Sonchus asper )
 Fleurs et feuille du Laiteron rude, Laiteron piquant (Sonchus asper )

Fleurs et feuille du Laiteron rude, Laiteron piquant (Sonchus asper )

Nom scientifique : Sonchus asper (L.) Hill, 1769

Allemand/dialecte : Gänsedistel

Date de l’observation : 24 octobre à Eich

Famille de plantes = celle de la marguerite (astéracées)

Catégorie : plante annuelle, elle disparait après avoir donné des graines

Hauteur : 30 à 100 cm

Feuillage : feuilles sinuées, brillantes, découpées souvent jusqu’au milieu, vert foncé dentées et épineuses. Elles se prolongent vers la tige par de petites « oreilles »

Tiges et racines : tige ronde, creuse, molle, un latex blanc caractéristique à la coupure

Floraison : de juin à décembre

Couleur : fleurs jaune vif, 10 à 15 mm

Les fruits sont très petits et bruns. Ils portent un parachute blanc caractéristique. Il est grand pour la taille des graines ce qui facilite leur dispersion lointaine.

Fruits/ akènes  du Laiteron rude, Laiteron piquant (Sonchus asper )
Fruits/ akènes  du Laiteron rude, Laiteron piquant (Sonchus asper )
Fruits/ akènes  du Laiteron rude, Laiteron piquant (Sonchus asper )

Fruits/ akènes du Laiteron rude, Laiteron piquant (Sonchus asper )

Habitat : Le laiteron rude pousse partout sur les friches, jardins et les terres sarclées riches en azote

Origine du nom : le mot français qui la désigne (laiteron), provient du fait que sa tige et ses feuilles produisent un latex (lait) blanc quand elles sont coupées. Son nom scientifique vient du mot grec "somphos" (mou), car sa tige est molle, et "asper" qui veut dire 'rude' en raison des multiples épines de ses feuilles.

Utilisation : au Moyen Age consommé en salade, mais actuellement la plante est considérée comme une herbe que seuls les lapins et les oies apprécient.

Pharmacopée africaine : usages vétérinaires mais intervient également dans la médecine traditionnelle humaine...

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région, #Fleurs jaunes

Commenter cet article
A
Excellent article qui m'a permis d'identifier cette plante envahissante dans mon jardin situé en Auvergne (haute-Loire). Comme quoi, les mauvaises herbes poussent partout !
Répondre
A
merci Annie de ce commentaire et retour de lecture.<br /> <br /> Oui les "mauvaises herbes " sont partout mais sont mauvaises pour nous selon nos besoins et nos cultures. Pour ma part je préfère dire qu'elles sont indésirables ici ou là!<br /> Elles peuvent être très utiles ailleurs et sont toujours utiles dans l'écosystème.<br /> Reste le problème des envahissantes, plantes venues d'ailleurs par accident ou transport volontaire, qui prennent la place de la flore locale.<br /> Vaste sujet impossible à aborder en 3 mots.<br /> <br /> A une prochaine<br /> <br /> Roland
L
Je n ai pas trouver ce qui m interraisser mais sinon super????
Répondre