La Prêle d’hiver ou Prêle des tourneurs ou jonc hollandais

Publié le 21 Décembre 2015

La Prêle d’hiver ou Prêle des tourneurs ou jonc hollandais
Nom scientifique :Equisetum hyemale L., 1753
Allemand/dialecte : Schafheu
Lieu de l’observation : Keskastel
Date : 12 décembre
Famille de plantes = celle des prêles : la Prêle des champs, la Prêle des marais beaucoup plus courantes (Equisétacées)
Catégorie : plante vivace, persistante l’hiver
Feuillage : gaines foliaires aussi longues que larges, appliquées sur la tige. Elles présentent une zone blanchâtre entourée de deux cercles noirs.
La Prêle d’hiver ou Prêle des tourneurs ou jonc hollandais (Equisetum hyemale )

La Prêle d’hiver ou Prêle des tourneurs ou jonc hollandais (Equisetum hyemale )

Dents noires et effilées : 10 à 20
Tiges : dressée, non ramifiée. Coriace, dure au toucher, vert sombre à grisâtre.
Floraison : l’épi ou strobile est en forme de fusée et porte des verticilles d’écailles, les clypéoles (encore vertes et soudées sur la photo). Les clypéoles vont blanchir et porter, à maturité, chacune au revers une dizaine de sporanges. Ces sporanges contiennent les spores mâles et femelles de la prêle, impossible bien sûr à distinguer à l’œil nu ou même à la loupe.
La Prêle d’hiver ou Prêle des tourneurs ou jonc hollandais (Equisetum hyemale )

La Prêle d’hiver ou Prêle des tourneurs ou jonc hollandais (Equisetum hyemale )

Couleur : vert sombre, grisâtre
Hauteur : 10 à 80 cm de haut
Habitat : la prêle d’hiver est très rare dans nos régions. On la trouve dans les forêts et vallons ombragés et humides. Le sol est en principe acide mais souvent un mélange acide–calcaire.
Origine du nom : du latin « equus », cheval et «setum », le crin, soit queue de cheval et « hyemale », qui signifie froid, d’hiver.
Utilité : les tiges sont riches en matières minérales ; silice, potassium, calcium, magnésium…
Pharmacie : traditionnellement elle était utilisée dans les œdèmes traumatiques comme les entorses, et les fractures. Elle est encore utilisée dans les cas d’infection urinaire , les calculs rénaux et l’ostéoporose en homéopathie en particulier. En externe sa richesse en silice active la cicatrisation des plaies superficielles

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région, #Fleurs vertes-brunes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article