Le Nénuphar Jaune - Nuphar lutea

Publié le 20 Août 2016

Nom scientifique : Nuphar lutea (L.) Sm. Allemand/ dialecte: Grosse Teichrose, Letschblätter
Lieu de l’observation : Sarralbe
Date: 16 août

Famille de plantes : celle des Nymphéacées, la famille des nénuphars, plantes aquatiques aux feuilles rondes et flottantes. Le lotus bleu, plante emblématique de l’Egypte ancienne est un nénuphar.

Nénuphar  Jaune  (Nuphar lutea) et  photo du rhizome Etienne Feuchter (Anab)
Nénuphar  Jaune  (Nuphar lutea) et  photo du rhizome Etienne Feuchter (Anab)

Nénuphar Jaune (Nuphar lutea) et photo du rhizome Etienne Feuchter (Anab)

Catégorie : plante aquatique enracinée dans la vase

Port : plante de 1 à 3 m, se terminant par un rhizome, vivace.

Feuillage : les feuilles sont flottantes,  ovales , en cœur et  longues de 10 à 30 cm. Les feuilles flottantes sont coriaces et celles qui sont submergées sont plus pâles et minces.
Elles sont vertes sous le dessous et à nervures pennées – en plume qui est un critère spécifique

Floraison : de juin à août

Couleur  et  fleurs : les fleurs  sont de couleur jaune intense et mesurent de 3 à 5 cm de diamètre. Les tépales sont souvent verdâtres à l’extérieur . Les étamines et nectaires sont nombreux.
Vous remarquerez la forme particulière des stigmates réunis en disque à 15 /20 rayons

 

Fleur de Nénuphar  Jaune  (Nuphar lutea)

Fleur de Nénuphar Jaune (Nuphar lutea)

Fruits : petites graines  (600 par plant environ)  , germent rarement car les sédiments des rivières actuelles sont trop lâches. La graine s’enfonce dans cette  vase légère  et la plantule ne peut pas s’en émerger en raison de sa taille.

Origine du nom : son  nom « Nuphar »  vient de langues anciennes comme l’égyptien     « nou phar  »  qui désignait déjà cette plante à l’antiquité et de « lutea   »   qui signifie  en latin «jaune».

Habitat : eaux tranquilles riches en éléments minéraux et  à courant faible, jusqu’à 2 m de profondeur.
Il exige un ensoleillement important et n’habite pas les eaux trop polluées.

 

Nénuphar  Jaune  (Nuphar lutea)

Nénuphar Jaune (Nuphar lutea)

Utilisation : pendant la germination et surtout pendant cette période le nénuphar jaune, produit un antioxydant très efficace, le résorcinol. Il agit aussi comme protecteur de la plante car il est toxique pour le zooplancton.
Ce nénuphar est aussi un dépolluant car il absorbe de nombreux polluants métalliques comme, les radionucléides et le cuivre.

Usage médicina: est un calmant, sédatif pourles excitations nerveuses et principalement les excitations sexuelles…
C’est aussi un protecteur de la croissance et de la nutrition des tissus. Il résorbe les gerçures et les crevaces de la peau et les irritations intestinales.

Menaces : Cette plante n’est pas protégée mais elle subit une régression. Les bateaux à moteurs, les animaux herbivores comme le rat musqué, les carpes ainsi que les nombreux insectes et champignons aquatiques réduisent son développement. Son  principal ravageur est un coléoptère, le Dendroctone du nénuphar ou Galerucella nymphaeae (= Pyrrhalta nymphaeae) (L.),


Texte et photos Roland Gissinger (Anab)

Source, en plus des sources habituellement utilisées et citées dans l’article générique index biodiversité,
Voir,  l’article très complet sur Wikipedia,  sur le nénuphar jaune., Nuphar lutea.

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région, #Fleurs jaunes

Commenter cet article