Roseau, Roseau commun, Roseau à balais

Publié le 10 Décembre 2016

Nom scientifique : Phragmites australis (Cav.) Trin. ex Steud., 1840
Nom commun allemand/ dialecte : Schilf, Rohr
Date de l’observation:  8 décembre à Altwiller
Famille de plantes celle du blé, de l’avoine (Poacées - Graminées)

Roseau commun, Roseau à balais (Phragmites australis) photos Roland Gissinger
Roseau commun, Roseau à balais (Phragmites australis) photos Roland Gissinger

Roseau commun, Roseau à balais (Phragmites australis) photos Roland Gissinger

Catégorie:     vivace à racine souterraine qui contient des réserves (rhizome)

Hauteur: grande plante dressée jusqu’à 4 m de haut
Tiges et racines:  tige robuste, 1 à 2cm,  glabre fixée sur un rhizome profond et rampant, qui s’étend et donne une colonie

Feuilles: feuilles vertes à gris vert, planes, de 20 à 60 cm de long, et 8 à 32 mm de large.
La ligule (=jonction entre le limbe et la gaine de la feuille) est constituée de poils courts.


Floraison: juin à octobre
Couleur des fleurs:
épillet très long (20 à 50cm de long, 6 à 15 de large) brun violacé, longs poils soyeux blancs autour des fleurs.
Epillets comprimés latéralement, contenant 3 à 11 fleurs fertiles, sans arrête.


Habitat: terrains humides et  endroits ensoleillés autour des lacs, étangs, rives de cours d’eau

Roseau commun, Roseau à balais (Phragmites australis)

Roseau commun, Roseau à balais (Phragmites australis)

Origine du nom :  , dérive  du mot grec  « Phragmites»,  qui veut dire roseau, et du latin  « australis», = qui signifie austral, méridional.

Le roseau ou phragmite est une plante aux usages universels  et sous de nombreuses latitudes, usages aussi bien comestibles, utilitaires, construction, épuration des eaux ...  en voici quelques uns.

Utilisation médicinale : Le roseau à balais contient des principes actifs, il est une source d’amidon et d’une grande richesse en sucre. C’est une plante médicinale usitée dans de nombreuses pharmacopées traditionnelles, dont la médecine ancestrale amérindienne.
Le rhizome a des capacités diurétiques et les feuilles étaient un remède préconisé contre la bronchite. Les fleurs permettaient, selon certaines traditions,  de remédier à un empoisonnement alimentaire ( ?) .

Utilisation alimentaire : le rhizome écrasé puis malaxé dans l'eau et laisser déposer de l'amidon par décantation.
Autrefois on en faisait des bouillies ou galettes. Les  très jeunes pousses tendres étaient consommées  crues ou cuites. La tige avant la floraison séchée, pulvérisée et tamisée servait de farine à gâteaux et la  gomme exsudée des tiges était mâchée. Les  graines sont également  consommables.

Utilité : refuge d’oiseaux, toitures, balais, brise vents
Usage :  fabrication de divers éléments utilitaires de type canisses, paillassons et autres.
Légendes :
les roseaux étaient les  porte paroles indiscrets du roi Midas de la mythologie grecque puni par le dieu Apollon.
Aucun des sujets de sa majesté n’osait avouer la monstruosité du roi.
Les roseaux eux ne cessaient de murmurer dans le vent,
« le roi Midas a des oreilles d’âne, le roi Midas a des oreilles d’âne, le roi … »


Pour les fanas des usages de plantes , lire l'article complet sur

http://uses.plantnet-project.org/fr/Phragmites_australis_(PROTA)
dont est issu cet extrait :

Le potentiel de Phragmites australis comme purificateur d’eau a suscité beaucoup d’intérêt, en raison de sa croissance drue, de son développement racinaire et de sa capacité à absorber les polluants, dont les éléments nutritifs des plantes et les métaux lourds. Sa capacité d’adaptation à des conditions alternantes de sécheresse et d’humidité en fait une des meilleures plantes de purification de l’eau pour les tropiques. Phragmites australis est utilisé dans de nombreux projets de réhabilitation et de stabilisation de terres marécageuses. Il est utilisé pour revégétaliser les zones ripicoles perturbées, contrôler l’érosion des côtes, stabiliser les berges de rivières et de canaux, et réduire l’impact des vagues sur les structures des bassins versants. Aux Pays-Bas, par exemple, Phragmites australis a joué un rôle important en matière de réhabilitation des terres. Dans les polders conquis sur la mer, c’est la première plante cultivée qui a été semée pour sa tolérance au sel, tandis que son fort taux de transpiration a permis de sécher et de stabiliser le sol. Ensuite, la terre a été labourée et drainée et Phragmites australis a été éliminé.

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région, #Fleurs vertes-brunes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article