Traces de castors (article 2/ 2)

Publié le 19 Mars 2017

Cet article est la suite de notre article précédent
Traces de bucherons polonais (1) = les castors

Comment reconnaitre des traces de castor ?

 

Traces de dents :
les traces de dents sont de différents types :

1/ Traces sur les branches dont il se nourrit. Ce sont des traces de rongement de l’écorce.
Les traces de 3 à 4 mm de large sont perpendiculaires à la branche. Elles sont continues et l’écorçage est si minutieux  qu’il ne reste aucune trace d’écorce sur toute la baguette. Seules  des traces brunes interdentaires de moins de 1 mm témoignent du passage des dents !
Les écorçages sont quelquefois en longueur. Dans ce cas, de longues fibres de bois de 20 à 40 cm restent visibles sur le tronc écorcé.
Vous pouvez voir aussi sur les photos cet écorçage méthodique des troncs réalisé par le castor.

Avec ses dents,  le castor perçoit des différences de fractions de l’écorce .
Il arase l’épaisseur externe et fine des branches et troncs, celle qui contient la sève élaborée. Elle contient de l'eau mais surtout des réserves en sucres qui permettront le développement  des bourgeons, feuilles et  fleurs au printemps. C'est la plus nutritive de deux sèves des arbres.

2/ Les traces de sectionnement des petites branches sont très visibles. Les dents de castor  fonctionnement comme deux  ciseaux à bois, qui se rejoignent  et enlèvent  des copeaux pour les grosses branches.
Les dimensions atteignent 5 à 12 cm de long,3 à 4 cm de large et près de  0.5 à 2cm d’épaisseur !
Avec de tels rasoirs, en 5 minutes un castor peut découper un tronc de 8 cm, pas mal ?


Il est possible de trouver des végétaux coupés au ras de l'eau par les castors (voir photo)?
Le castor reste un rongeur qui se nourrit d'abord de végétaux non ligneux.

 

 coupe de branche  et de végétaux par le  Castor européen,(Castor fiber)
 coupe de branche  et de végétaux par le  Castor européen,(Castor fiber)

coupe de branche et de végétaux par le Castor européen,(Castor fiber)

 Ecorçage de troncs par le  Castor européen. Réfectoire à castor sur une plage  avec pièces et copeaux (Castor fiber)
 Ecorçage de troncs par le  Castor européen. Réfectoire à castor sur une plage  avec pièces et copeaux (Castor fiber)
 Ecorçage de troncs par le  Castor européen. Réfectoire à castor sur une plage  avec pièces et copeaux (Castor fiber)
 Ecorçage de troncs par le  Castor européen. Réfectoire à castor sur une plage  avec pièces et copeaux (Castor fiber)

Ecorçage de troncs par le Castor européen. Réfectoire à castor sur une plage avec pièces et copeaux (Castor fiber)

Les pattes
Notre Castor européen, Castor fiber, a de petites pattes antérieures très agiles avec lesquelles il tient le bois quand il en rouge l’écorce ou le coupe.
Elles mesurent environ 3.5 cm de long pour 4cm de large. Les doigts sont très écartés et seuls 4 doigts et leurs griffes sont visibles dans la terre et le sable.
Les pattes postérieures sont nettement plus massives, 15 cm de long et 10 ce large.
Elles sont utilisées pour la nage ou pour rejeter de la boue afin de  consolider un ouvrage, hutte ou barrage. Les griffes sont peu visibles car usées par les travaux.

La queue
Le castor laisse aussi souvent des traces de balayage de sa queue très  aplatie, dans le sable, la boue en particulier La queue mesure de 35 à 40 cm pour une largeur de 13 à 16 cm. Son aspect est celui du cuir et son épaisseur est de quelques mm. Elle est constituée de tendons qui à la manière de câbles la rendent rigide et facile à manœuvrer.
La queue  est couverte d’une centaine de rangées d’écailles.

Le castor laisse une marque en  demi-cercle avec  sa queue quand il marque son territoire sur le sable et dépose des sécrétions de castoréum.
Le castoréum est cette substance odorante  issue de grosses glandes situées près de la queue. Le castor s’en sert pour marquer les points stratégiques de son territoire. Ils serviraient de signatures de reconnaissance au sein d’un même clan et éviterait l’intrusion d’autres castors.
La présence d’odeur récente de castoreum dissuasive préserve des luttes de territoires et conserve leur énergie aux castors pour leurs taches alimentaires.


 



Voir notre autre article sur son alimentation et la coupe d'arbres.



Photos et texte Roland Gissinger (Anab)
 

Trace de patte postérieure  et antérieure du  Castor européen,(Castor fiber)
Trace de patte postérieure  et antérieure du  Castor européen,(Castor fiber)
Trace de patte postérieure  et antérieure du  Castor européen,(Castor fiber)

Trace de patte postérieure et antérieure du Castor européen,(Castor fiber)

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région

Commenter cet article
R
Bonjour DD,<br /> <br /> oui c'est moi qui écrit la majorité des articles originaux de ce blog depuis un an et la plupart dont les photos portent mon nom. D'autres collègues de l'Anab, Etienne et Gilles, en écrivent régulièrement. Jean-Louis a son propre blog et n'écrit plus pour celui-ci.<br /> Pour l'article en question tu ne pouvais pas savoir et tu es saine d'esprit, il n'était pas signé! <br /> <br /> J'ai ajouté la signature après ta remarque en constatant que je ne signe pas mes articles. Ils sont tous sous l'ombrelle Anab! Tu ne m'as pas froissé mais rappelé à plus de précision.<br /> <br /> Merci de tes commentaires. Bien cordialement.<br /> <br /> RG
Répondre
D
Roland bonjour,<br /> Il y a ci-dessous une toute autre invitation , me dis ma petite voix!<br /> <br /> Moi, par contre, après quelques jours où j' étais secouée, je voudrais te faire toutes mes excuses car je n' ai pas vu ta signature à la fin de l' article. J' ai vu uniquement rédigé par l' ANAB!<br /> Est ce à présent , toi qui prend la main pour écrire ? Lors, j'aurai aimé savoir à qui je parle et pas en en petite ligne . Sous la dernière photo apparaît rédigé par l' Anab, de là ma confusion.<br /> Je n' ai pas voulu te froisser, si cela était le cas, je m' en excuse sincèrement!<br /> Cordialement<br /> DD
Répondre
R
Belle histoire de fouine mais les bêtes sauvages sont sauvages, sans doute plus adaptées à la vie sauvage. Je ne porte aucun jugement mais je pense que tu n'as pas à avoir des scrupules puisque tu ne l'as pas achetée pour faire tourner le commerce.<br /> <br /> Pour l'article il est de ma sauce ainsi que les photos, merci de tes commentaires.(:-))
Répondre
D
Merci beaucoup Jean Louis,<br /> C 'est impressionnant un castor et le travail qu' il peut faire.<br /> Il me semble qu' il y en a, à Strasbourg, du côté des rives de l' Aar.<br /> Je me pose la question de la coexistence en ville.<br /> Je ne me rappelle plus est ce un nuisible cette pauvre bête?<br /> J 'ai élevé une fouine (sauvage) pas un NAC acheté, je me suis régalée! <br /> Le bonheur de la famille, jamais nous oublieront les éclats de rire, elle ne voulait que jouer.<br /> Je l' appelai, elle était en liberté à l' extérieur, cachée dans le tas de bois, et elle arrivait en courant en grimpant sur mon épaule.<br /> Je lui ai tout appris, d'une petite saucisse que j' ai élevé au biberon (jouet de poupée), jusqu'à se balancer comme un singe dans l' arbre, puis un jour l' appel de la nature a fait qu' elle s' est sauvée.<br /> Même les voisins me la ramenait quelque fois, elle était docile, sociable, domestiquée quoi. Mais <br /> j' aurai dû comprendre qu' elle élargissait son territoire! La forêt est toute proche!<br /> Mais je n' ai pas bien agit peut être, car a-t-elle pu se débrouiller dans la nature? Je culpabilise encore 25 ans après!<br /> Je vous fait grâce des recherches que nous avons fait avec tout le quartier!<br /> Si je vous ai ennuyé avec l'histoire de ma fouine vous me le dites SVP mais le reportage de Jean Louis me l' a rappelé, du fond de mon cœur.. <br /> Bon dimanche <br /> .
Répondre
C
Bien au contraire ...belle petite histoire