Les inventions de la vie :stratégies pour se défendre

Publié le 19 Juin 2017

écorce du Pet du diable ou Arbre sablier (Hura crepitans) - Ile Royale Guyane

écorce du Pet du diable ou Arbre sablier (Hura crepitans) - Ile Royale Guyane

Rédaction : CNRS / Renan Aufray



Stratégies pour se défendre

Face aux différents modes de prédations, les animaux et les végétaux ont élaboré une multitude de moyens de défense originaux.

Epine d'arbre à Sette Kama (Gabon).Les plantes semblent désarmées, elles sont incapables de fuir face à un prédateur affamé. Il existe pourtant dans le monde végétal un grand nombre de moyens de défense. Le plus couramment utilisé est l’épine qui assure à la plante une relative tranquillité face aux grands herbivores. De la rose au cactus, en passant par l’acacia, l’épine se retrouve régulièrement dans le règne végétal.

Voir notre exemple d'arbre épineux  sous l'article suivant: cliquez

Certaines plantes produisent du poison qui repousse les attaques des plus petits prédateurs. C’est le cas de la belladone, de la digitale et de bien d’autres.

Mante religieuse.Les animaux possèdent de nombreuses méthodes de défense face aux agresseurs. L’une d’entre elles consiste à ne pas attirer l’attention : c’est ce qu’on appelle le mimétisme. Même si le caméléon reste l’animal le plus célèbre dans cette pratique, ce sont surtout les insectes qui excellent dans l’art de se fondre dans le paysage. Les phasmes sont capables d’imiter les branches d’arbre et vont même jusqu’à copier le balancement de la branche au gré du vent.
Il existe également une grande quantité de punaises, de papillons ou de mantes religieuses capables de prendre les couleurs de leur environnement.

Grenouille vénéneuse, Dendrobates tinctorius, batracien de la famille des Dendrobatidae.Un autre type de mimétisme - le mimétisme « batésien » - consiste à se faire passer pour une autre espèce. Ainsi, un grand nombre de papillons portent les mêmes couleurs qu’une autre espèce de papillon toxique. Résultat, leurs éventuels prédateurs les évitent.

D’autres animaux élaborent des poisons qui peuvent être très violents. Ainsi, les grenouilles dendrobates de la forêt amazonienne sécrètent sur leur peau un poison neurotoxique foudroyant à tel point qu’un seul contact de la peau avec ces grenouilles est mortel. Il existe ainsi de nombreux poisons, produits par des amphibiens, des reptiles, des poissons, des mammifères et même trois espèces d’oiseaux de Nouvelle Guinée du genre Pitohui.

Moins violents, les têtards de crapaud commun (Bufo bufo) sécrètent une substance qui leur donne un très mauvais goût. Ils peuvent ainsi circuler dans l’eau sans craindre l’attaque de poissons ou d’oiseaux.

Voir nos deux exemples locaux, celui  de la salamandre noire et du syrphe qui avec ses rayures jaunes et noires imite à merveille la guêpe, voir ces deux articles sur notre  blog en cliquant sur leur lien respectif.



 

Rédigé par ANAB

Publié dans #découverte nature, #Biodiversité hors région

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article