Les myxomycètes, des organismes discrets et surprenants

Publié le 14 Octobre 2017

Fuligo septica

Fuligo septica

Les myxomycètes sont des organismes formées d'une gigantesque cellule remplie d'une multitude de noyaux.C'est ce qu'on appelle un organisme à plasmode (masse de cytoplasme molle, déformable, sans paroi squelettique, dans laquelle le noyau s'est divisé un grand nombre de fois sans qu'il y ait eu de cloisonnement par des membranes plasmiques)

Le radical « myxo » (du grec muxa signifiant gélatineux) fait référence à la formation du plasmode, un des stades de développement, caractérisé par une masse gélatineuse. Cette masse correspond à une seule cellule non segmentée, dans laquelle baignent de nombreux noyaux.

Les myxomycètes se rencontrent sur différents substrats toujours végétaux : bois morts, litière de feuilles et brindilles, etc. et se nourrissent de bactéries, d’algues, de champignons, etc.

Il existe environ 1000 espèces recensées de ces organismes dans le monde.

L'objectif de cet article est de présenter succinctement ces organismes et, qui sait, vous donner envie d'en savoir davantage sur eux.

Mucilago crustacea

Mucilago crustacea

Mucilago crustacea

Mucilago crustacea

Le cycle de reproduction des myxomycètes est complexe. pour schématiser et simplifier, leur cycle de vie démarre par une spore qui germe en donnant une unique cellule haploide,une amibe qui peut se déplacer et trouver une autre cellule, fusionner les cytoplasmes et les noyaux et grossir jusqu’à former une masse gluante et gélatineuse pouvant atteindre dans certains cas plusieurs centi­mètres et contenant ainsi plusieurs noyaux diploïdes.

Cette masse est capable de se déplacer de quelques centimètres par heure pour se nourrir. Dans certains cas, elle va se transformer en une structure ( petites boules parfois sur un pied, etc.) qui va produire les spores.

Badhamia utricularis (forme immature)

Badhamia utricularis (forme immature)

Badhamia utricularis

Badhamia utricularis

Badhamia utricularis

Badhamia utricularis

Les mouvements du plasmode ont intrigués les scientifiques qui ont fait une découverte surprenante à son sujet. Le comportement exploratoire du plasmode a été mis à profit pour résoudre des problèmes mathématiques. Ainsi, Toshiyuki Nakagaki, de l’Institut Riken, à Nagoya, au Japon, et ses collègues ont révélé comment Physarum polycephalum, un myxomycète, pouvait trouver la sortie d’un labyrinthe. En plaçant de la nourriture à l’entrée et à la sortie, l’organisme a envahi l’ensemble du labyrinthe et s’est ensuite résorbé de façon à constituer le chemin le plus court entre les deux extrémités. Un exemple d'optimisation que les férus de mathématiques n'hésiteront pas à comparer avec l'algorithme de Dijkstra.

Dans un milieu de culture reproduisant la carte des environs de Tokyo, ils ont déposé de la nourriture au niveau de la capitale japonaise et ont laissé l’organisme étendre ses filaments. Après quelques heures, le maillage obtenu ressemblait de façon surprenante… au réseau ferré de Tokyo !

Lycogala epidendron

Lycogala epidendron

Longtemps les myxomycètes ont intrigué les scientifiques. Moitié animal, moitié végétal, il était difficile de les classer dans une case. Un consensus s'était installé pour les classer dans le règne des champignons. On sait désormais que ce ne sont pas des mycètes car :

  • Ils ne possèdent pas de mycélium mais existent sous forme plasmode ;
  • ils assurent leur nutrition par phagocytose, qui est un mode de nutrition par ingestion,et non par absorption comme les mycètes ;.

Ils continuent toutefois à être étudiés par des mycologues.

On les classe désormais dans un règne bien particulier récemment créé : le règne Protozoa.

Trichia aff decipiens

Trichia aff decipiens

En conclusion, ces organismes discrets et de prime abord insignifiants sont déroutants à plus d'un titre et nous montre que la classification du vivant n'est pas aussi tranchée qu'on pourrait le croire. La classification n'est avant tout qu'un modèle humain bien pratique pour ranger les choses dans des cases mais elle ne reflètera jamais toute la diversité du vivant. Les myxomycètes sont un exemple d'organisme qui ressemble aux animaux comme aux végétaux et comme aux champignons mais en réalité de n'appartient à aucun de ces trois règnes.

La prochaine fois que vous vous promènerez en forêt et si les conditions sont propices, prêtez un œil attentif pour découvrir ces étonnants organismes dont les capacités n'ont peut être pas finies de nous surprendre.

Texte, photos, et bibliographie : Gilles Weiskircher (Anab )





Pour approfondir le sujet, je vous recommande ce lien très riche :

Rédigé par ANAB

Publié dans #champignons

Commenter cet article
M
Coucou Gilles. Cela fait de nombreuses fois que je relis avec attention et passion cet article et je m'aperçois que je n'ai même pas laissé un message ! Alors encore une fois bravo et merci Gilles !
Répondre
H
belles photos, il y a tellement de choses à découvrir même si on n'est pas à la recherche des merveilles naturelles....mais il me manque l'explication pourquoi on range ces organismes aujourd'hui dans le règne "protozoa", normalement connu pour héberger des petites créatures vivantes aquatiques.
Répondre
H
Merci
G
Bonjour <br /> En biologie, le terme protozoaire, du grec ancien proto- et zôon, désigne les protistes hétérotrophes mobiles qui ingèrent leur nourriture par phagocytose. Et c'est exactement ce que font les myxomycetes. C'est aussi une des raisons pour lesquelles ils ne sont pas dans le règne fongique car les champignons se nourrissent par absorption de substances déjà digérées.<br /> Les myxomycetes appartiennent donc à un règne à part qu'on appelle aussi amoebozoa (les amibes)<br /> En espérant avoir répondu à votre judicieuse question
M
Photos terrribles. Bravo Gilles et texte très instructif.<br /> <br /> Oui Aygues31, la loupe est de rigueur en forêt. Tout est différent et esthétique avec ce petit objet qu'est la loupe. Elle ne quitte plus mon sac.
Répondre
A
Magnifique ...<br /> Bref, le premier outil à prendre quand on va en forêt : une petite loupe d'horloger afin de mieux profiter de ce qu'on regarde rarement.
Répondre
B
ce beau document m'amènera à être meilleure observatrice de toute cette beauté de la nature!<br /> merci Gilles
Répondre
G
article tout à fait passionnant
Répondre