Le Lézard vivipare

Publié le 17 Janvier 2018

Le Lézard vivipare	( Zootoca vivipara)         photos Anab ( Roland Gissinger)
Le Lézard vivipare	( Zootoca vivipara)         photos Anab ( Roland Gissinger)

Le Lézard vivipare ( Zootoca vivipara) photos Anab ( Roland Gissinger)

Nom scientifique : Zootoca vivipara (Lichtenstein, 1823)
Nom allemand :
Waldeidechse
Observation : le 8 juillet au Champ du Feu
Le Lézard vivipare est un lézard  de la famille des Lacertidés, ou Lézards vrais.
Dimensions: 12 à 18 cm pour un poids de 3 à 5  grammes. Durée de vie : jusqu’à 8 ans

Description :  c’est un  lézard à la tête et au museau courts, peu aplati. La queue est épaisse contrairement à celle du Lézard des murailles, les pattes moins fines.
Couleur ; les nuances de couleur sont très variables mais sa particularité est d’avoir des taches sombres ou noires sur le côté contrairement au Lézard des murailles.
Les écailles sont très différentes de celles du Lézard des murailles : elles sont perlées, rondes, brillantes, grandes sur le dos et les tempes, entre l’œil et l’écaille tympanique. Elles sont plus grandes et moins nombreuses, 37  rangs dorsaux contre 42.
Sur le cou les écailles forment une collerette nettement denticulée.


Le mâle possède une face ventrale orange ou rouge marquée de points noirs. La femelle est jaune ou range, en principe sans points noirs.


 

détail des petites écailles de Lézard des murailles (Podarcis muralis )

détail des petites écailles de Lézard des murailles (Podarcis muralis )

Ecailles perlées de Lézard vivipare ( Zootoca vivipara)     en petit nombre derrière l'oeil

Ecailles perlées de Lézard vivipare ( Zootoca vivipara) en petit nombre derrière l'oeil

Confusions : avec le Lézard des murailles dont nous avons vu les différences au paragraphe description. Les milieux de vie sont assez différents même sils peuvent cohabiter dans certains milieux secs.
Le Lézard des souches est beaucoup plus massif.

Biologie et activité: aime la chaleur du soleil sur les touffes d’herbe ou les souches d’arbres où il se laisse facilement capturer. Assez lent mais bon nageur, il est actif d’avril à octobre en présence de soleil.
En automne, avec le froid,  il hiverne dans les touffes d’herbe à faible profondeur (10cm) où il peut supporter de faibles gelées. (-4°C)


Reproduction
L’accouplement a lieu entre avril-mai.
Ce lézard est ovovivipare. (ovo = œuf, vivipare, vivant à la naissance). A la ponte des 3 à neuf œufs, les petits lézards crèvent la coquille aussitôt après la ponte fin mai à juillet.
La maturité sexuelle est acquise après deux ans. L’incubation dure 4 à 5  mois.

 

Nourriture : petits insectes, comme des coléoptères, araignées, cloportes, lombrics …

Habitat: milieux humides et chauds comme des lisières de forêt, les tourbières, prairies humides, étangs  , zones à végétation dense.
Le Lézard des murailles est cantonné aux endroits secs et chauds comme les murs, bâtiments, chemins.
Présent dans toute l’Alsace Lorraine mais dispersé. Il peut cependant être en populations assez denses  à certains endroits, par exemple 100 à 250 lézards vivipares à l’hectare !
Présent au nord du bassin méditerranéen jusqu’au fin fond de la Sibérie au bord de la mer de Chine.

Protection : protection nationale, classé vulnérable dans le sud ouest et le midi, classé Znieff dans les régions de l’Est.


Prédateurs : rapaces, mustélidés, chats, hérisson
Menaces en raison de la disparition des milieux favorables et augmentation de prédateurs comme les chats et les chiens.

Origine du nom : vient du grec« zoom » animal et « tocos », enfantement et du latin « vivire », vivre et « parere » ; accoucher, produire en raison de sa particularité de  ponte d’œufs.




Texte et photos Roland Gissinger (Anab)
Sources bibliographiques voir index biodiversité

 

Rédigé par ANAB

Publié dans #Biodiversité de notre région

Commenter cet article