Emmanuel De Merode, le conservateur de l'un des parcs naturels les plus dangereux au monde

Publié le 20 Février 2018



Paru sur France Info le 19/2/2018 'cliquer sur l'image pour la vidéo 2min 30sec

Engagé contre le braconnage et la déforestation dans les parcs nationaux de l’Est du Congo, Emmanuel De Merode dirige le plus grand parc d’Afrique. Menacé par la présence de milices armées, ce parc est aussi l’un des plus dangereux au monde.

Depuis 2008, il est le directeur du plus grand parc d’Afrique : le Parc National des Virunga. Emmanuel de Merode, diplômé d’un doctorat d'anthropologie biologique à l'Université de Londres, est un fervent défenseur de l’environnement et de la conservation de la nature. Né en Tunisie et issu d’une famille princière belge, il a passé son enfance au Kenya et lutte contre le braconnage et la déforestation dans les parcs nationaux de l’Est du Congo.

 

Refuge de milices armées

 

À la tête du Parc National des Virunga, il dirige plusieurs centaines de rangers, chargés de défendre une biodiversité exceptionnelle : hippopotames, éléphants et 500 gorilles de montagne en danger critique d'extinction. En 2008, Emmanuel De Merode s’est fait remarquer en négociant avec un chef rebelle la protection d'une zone habitée par les gorilles. 

 

Le parc est en effet le lieu de refuge de milices armées rendant les Virunga l’un des parcs les plus dangereux au monde. Emmanuel De Merode assiste régulièrement à des "combats avec d’intenses affrontements", ce qui "affecte [leur] travail et la sécurité des rangers sur le terrain qui essayent de patrouiller dans la forêt." Plus de 150 rangers y ont été tués depuis 1994.

 

En 2014, le conservateur a été pris dans une embuscade dans laquelle il a reçu quatre balles de kalachnikov et a été laissé pour mort. Finalement conduit à l'hôpital, il a repris ses fonctions un mois plus tard en témoignant de sa détermination de continuer le travail de conservation et de développement du parc national. Ses assaillants restent toutefois inconnus.

 

Rivaliser avec les activités économiques illégales

 

Pour pallier les activités économiques illégales dans le parc, le conservateur développe l'hydroélectricité et l'éco-tourisme : "L’équation est simple : nous devons démontrer que le Parc peut contribuer au développement en rivalisant avec ces autres secteurs économiques." déclarait-il en 2013. En 2016, il a couru le marathon de Londres et a réussi à récolter un million de dollars pour les familles des rangers

Rédigé par ANAB

Publié dans #Protection animale

Commenter cet article