La taxe carbone a rendu la Suède écolo

Publié le 4 Mai 2018

Très intéressant de voir la différence de mentalité sur les sujets  du réchauffement climatique et de l'usage d'énergies fossiles,
des suédois avec nous les français. Intéressant aussi  de voir leurs solutions.



Reportage France info du 2/5/2018

La mise en place d'une taxe carbone a changé les habitudes en Suède. Les particuliers produisent de plus en plus leur propre énergie. Les bus roulent au carburant vert.

La Suède est un pays qui s'est transformé en une génération. Elle a divisé par deux ses émissions de gaz à effet de serre. Clef de cette réussite : toute la population s'y est mise. Si les Suédois ont changé en masse de système de chauffage, passant par exemple du fuel à la géothermie, c'est à cause de la taxe carbone. D'une vingtaine d'euros la tonne en 1991, elle est passée à près de 120 euros.

La Suède roule aux déchets

Consommer du fuel et du charbon est devenu beaucoup plus cher. Et les particuliers en maison individuelle n'ont pas été les seuls à évoluer. Dans les immeubles, les habitants ont à leur disposition plusieurs machines à laver qu'ils se partagent. Plus de 90% des bâtiments de Stockholm sont chauffés par du bois. La chaleur vient de la plus grande usine biomasse du monde. Jusque dans les années 80, le chauffage provenait surtout des énergies fossiles.

Idem pour les transports. Avec la taxe carbone, les carburants fossiles sont devenus plus chers et les clients n'ont plus voulu de taxis polluants. La quasi-totalité de la flotte de Taxi Stockholm utilise des véhicules roulant au biogaz. Il provient des poubelles des ménages, des restaurants ou des grandes surfaces. Scandinavian Biogas traite 50 000 tonnes de déchets par an pour 80 millions de litres d'essence par an. Les bus roulent aussi au biogaz. La société française Keolis a remporté ce marché pionnier. Au sein du patronat suédois, la taxe carbone a toujours fait consensus.

Rédigé par ANAB

Publié dans #préserver les ressources

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article